Segura

La place-forte la plus sûre de la frontière

Segura est une très belle ville fortifiée située au cœur d’un site de grande valeur paysagiste et monumental. Ses processions de la Semaine Sainte sont reconnues comme parmi les plus intéressantes du Pays Basque. Sa mise en scène de la Semaine Sainte et son Église Paroissiale sont célèbres dans la province.

Planifiez votre escapade à Segura

À Segura,. Il faut voir son temple paroissial extraordinaire et flâner dans ses rues, pour admirer ses magnifiques demeures, palais; Cette visite peut vous prendre environ deux heures. A proximité se trouve le Parc Naturel d’ Aralar, et non loin le Parc Naturel de Aizkorri;  les deux  vous offrent mille possibilités du tourisme actif. À quelques kilomètres il y a plusieurs endroits à visiter pour quelques heures,  pouvant voir en une seule journée plusieurs d’entre eux: Idiazabal (célèbre pour ses fromages), la minuscule et belle Zerain (avec de bonnes vues sur Segura et le reste de la vallée) et la belle Zegama à moitié cachée;  ; De cette dernère, il est possible de faire une excursion  à pied de plusieurs heures à l’historique Túnel de San Adrián,, un lieu unique dont l’aller-retour peut prendre une journée complète. Comme c’est une destination inconnue pour la grande majorité du public, il n’y a pas d’hôtel et les restaurants sont pour les gens du coin, ce qui ne veut pas dire qu’il n’est pas possible de déguster parfaitement les extraordinaires produits basques.  Notre page Dormir et manger à Segura  vous indiquera où vous logez dans la région.

Voulez-vous connaître ce site?

Au milieu du 13ème siècle, la population primitive de Segura devait se regrouper autour de la chapelle-ermitage de San Andrés, qui servait de paroisse, mais un incendie provoqué probablement par une incursion des gens de Navarre –  brûla les maisons en bois qui la composaient. Depuis que en  1200 Guipúzcoa  abandonna son lien traditionnel avec la Navarre et  devint une partie de la Castille, cette région était devenue un muga ou une frontière  ouverte pour les anciens dirigeants. Pour ces  raisons, le roi Alphonse X le Sage  autorisa en 1256 le transfert de la population au sommet de la colline voisine qui serait plus défendable. La nouvelle ville fut fortifiée, ce qui  offrit une plus grande sécurité aux habitants de la région, d’où son nom (peut être). En outre, le Camino Real(Chemin Royal) qui reliait  la Castille à la côte cantabrique passait par l’actuelle Calle Mayor, devenant la principale place forte après avoir traversé le Tunnel de San Adrián.

Pour renforcer la défense de Segura  il était commode d réunir une population avec  capacité militaire. Pour cette raison, en 1290, le roi Sancho IV de Castille  étendit des privilèges aux fils des gentil-hommes  qui viendraient s’installer dans la ville. Il a ordonna également que les fonderies qui se trouvaient en direction de Legazpia soient déplacées dans les environs de Segura, afin qu’elles soient plus facilement défendables.

Au cours du XIVe siècle, l’insécurité causée par les raids de Navarre fut augmentée par les guerres de Bandos dites entre les lignées oñacinos et gamboínos. Pour cette raison, en l’an 1384  neuf villages des environs de Segura s’unirent pour se protéger mutuellement, en y installant aussi la douane avec la Navarre. Ce rôle de capitale  défensive de la ville lui apporta la prospérité et même la splendeur pour les deux siècles suivants.

En 1418, il fallut l’abandonner pendant plusieurs mois à cause d’une épidémie dévastatrice de peste et, en 1422, un nouveau grand incendie termina avec les maisons construites en bois des forêts voisines; seule la paroisse de pierre resta debout. Après l’incendie, la villa fut reconstruite en pierres de ses montagnes.

Ce fut l’une des dix-huit villes de Gipuzkoa où se tinrent les assemblées générales. En 1491, les rois catholiques lui accordèrent une série de privilèges, notamment la possibilité d’organiser un marché hebdomadaire tous les mardis pendant vingt-cinq ans. En tant qu’indication de son importance, il convient de noter qu’en 1566 il y avait 24 écrivains publics dans la grande juridiction unifiée de Segura. L’espace et le confort de ses maisons de pierre  motivèrent que, dans leurs voyages vers le continent, l’empereur Carlos V et la reine Isabel de Valois, épouse de Felipe II, y logèrent.

Au milieu du 13ème siècle, la population primitive de Segura devait se regrouper autour de la chapelle-ermitage de San Andrés, qui servait de paroisse, mais un incendie provoqué probablement par une incursion des gens de Navarre –  brûla les maisons en bois qui la composaient. Depuis que en  1200 Guipúzcoa  abandonna son lien traditionnel avec la Navarre et  devint une partie de la Castille, cette région était devenue un muga ou une frontière  ouverte pour les anciens dirigeants. Pour ces  raisons, le roi Alphonse X le Sage  autorisa en 1256 le transfert de la population au sommet de la colline voisine qui serait plus défendable. La nouvelle ville fut fortifiée, ce qui  offrit une plus grande sécurité aux habitants de la région, d’où son nom (peut être). En outre, le Camino Real(Chemin Royal) qui reliait  la Castille à la côte cantabrique passait par l’actuelle Calle Mayor, devenant la principale place forte après avoir traversé le Tunnel de San Adrián.

Pour renforcer la défense de Segura  il était commode d réunir une population avec  capacité militaire. Pour cette raison, en 1290, le roi Sancho IV de Castille  étendit des privilèges aux fils des gentil-hommes  qui viendraient s’installer dans la ville. Il a ordonna également que les fonderies qui se trouvaient en direction de Legazpia soient déplacées dans les environs de Segura, afin qu’elles soient plus facilement défendables.

Au cours du XIVe siècle, l’insécurité causée par les raids de Navarre fut augmentée par les guerres de Bandos dites entre les lignées oñacinos et gamboínos. Pour cette raison, en l’an 1384  neuf villages des environs de Segura s’unirent pour se protéger mutuellement, en y installant aussi la douane avec la Navarre. Ce rôle de capitale  défensive de la ville lui apporta la prospérité et même la splendeur pour les deux siècles suivants.

En 1418, il fallut l’abandonner pendant plusieurs mois à cause d’une épidémie dévastatrice de peste et, en 1422, un nouveau grand incendie termina avec les maisons construites en bois des forêts voisines; seule la paroisse de pierre resta debout. Après l’incendie, la villa fut reconstruite en pierres de ses montagnes.

Ce fut l’une des dix-huit villes de Gipuzkoa où se tinrent les assemblées générales. En 1491, les rois catholiques lui accordèrent une série de privilèges, notamment la possibilité d’organiser un marché hebdomadaire tous les mardis pendant vingt-cinq ans. En tant qu’indication de son importance, il convient de noter qu’en 1566 il y avait 24 écrivains publics dans la grande juridiction unifiée de Segura. L’espace et le confort de ses maisons de pierre  motivèrent que, dans leurs voyages vers le continent, l’empereur Carlos V et la reine Isabel de Valois, épouse de Felipe II, y logèrent.

Le déclin de Segura  commença au XVIIe siècle lorsque les populations sous sa tutelle  commencèrent à s’émanciper pour gérer leurs propres affaires de façon autonome. Plus tard, l’adaptation des accès à Leintz Gaztaga (Salinas de Léniz) comme  le Camino Real pour les charrettes  relégua l’ancien chemin cavalier (uniquement apte aux chevaux) du tunnel de San Adrián à un deuxième plan. C’est pourquoi certaines forges et magasins  furent déplacés de Segura et d’autres villes de la vallée d’Oria  vers le voisinage de la nouvelle route de communication. Cependant, cet abandon progressif de Segura a été la cause de l’excellent état de conservation de l’un des meilleurs centres historiques que l’on puisse voir actuellement en  Guipúzcoa.

Le centre historique de Segura, l’un des mieux conservés de Guipúzcoa, a été déclaré site historique et artistique. De forme ovale, il conserve tout le charme de l’époque médiévale et  de nombreux manoirs et palais qui rappellent la grandeur de la ville dans le passé se sont conservés. Il se compose de trois rues qui convergent et d’une multitude de petits cantons ou de rues étroites perpendiculaires à elles. Parmi les cinq portes qui s’ouvraient autrefois dans la muraille, trois sont encore là aujourd’hui: la Puerta de Zerain, qui est la mieux conservée, la Puerta de Jauregi et la Puerta de Osina, également connue sous le nom de Puerta de Navar

À Segura  l’Eglise paroissiale de Nuestra Señora de la Asunción, monument historique et artistique gothico-basque construit au XIVe siècle et la plus importante. C’est une église-hall à trois nefs et des voûtes  en ogives. A l’intérieur, se trouve un retable spectaculaire du XVIIIe siècle dédié à la Vierge composé de quarante-deux sculptures. L’ensemble, œuvre de Luis Carmona, est de style churrigueresque et a également été déclaré Monument Historique Artistique individuellement. On dit que le lustre spectaculaire arriva à Segura par erreur car il était destiné à la la Cathédrale de Seville

Le Couvent de la Purísima Concepción, fondé en 1519 suit les plans de Francisco de Mora pour le Palais de Lerma. Au-dedans nous trouvons un autre magnifique retable baroquie-rococo du XVIIIe siècle, lui aussi déclaré monument Historique et Artistique.

L’hôtel de ville est installé dans l’ancien Palais Lardizabal, construit au XVIIe siècle et rénové en 1819 et en 1983.Le grand écu des armes de la famille y est particulièrement significatif. D’autres édifices civils d’intérêt dans la ville sont le Palacio de Guevara, un parfait exemple de l’architecture noble basque médiévale, arborant plusieurs blasons; la Maison de Jáuregui, la Maison terrain d’Arrúe (16ème siècle), la dernière avec des éléments mudéjares sur sa façade et la Maison d’Ardixarra ou de Don Garci. Qui est une maison-atelier du XVIe siècle, l’une des plus anciennes du Pays basque et très rare de plus car elle a conservé toute sa structure en bois. Elle abrite actuellement le Centre d’Interprétation médiéval.

En preuves de son lien avec le Chemin de Saint-Jacques plusieurs  chapelles ermitages s’y trouvent, parmi lesquels nous soulignons celle de San Andrés, ancienne paroisse de la ville, où est conservée une sculpture sur bois du Christ du XVIe siècle et une croix processionnelle de style gothique.

La Semaine Sainte de Segura est la plus importante de toutes celles de Guipúzcoa. Chaque année, la population reçoit de nombreux visiteurs attirés par la qualité des processions du jeudi et du vendredi saint. En outre, la localité est l’une des rares qui célèbrent encore des processions à ces dates, puisque dans la plus grande partie du territoire basque elles ont été supprimées peu à peu après le Concile Vatican II (1962-65)

Dans la section gastronomique  il faut citer la Tarta de Segura, une friandise à base d’amandes et d’œufs dont la recette fut transmise de  bouche à l’oreille dans les familles qui la font depuis toujours. Compte tenu de sa longue conservation, elle était parfois envoyée comme ravitaillement lors de voyages vers le continent américain. D’autre part, dans la ferme Ermasoro, nous pouvons assister au processus de fabrication artisanale du miel.

Informations pratiques

Coordonnées

43º 0’ 30” N, 2º 15’ 10” W

Distances

Donostia-San Sebastián 48 km, Bilbao 89 km, Madrid 423 km

Stationnement

À la fin de Calle Mayor

Altitude

240 m

Habitants

1488 (2011)

San Juan (24 juin), San Nicolás (6 décembre), Semaine Sainte

Concours de danse en vrac (pendant les festivités de San Juan)

D.O. Fromage Idiazabal Mª Carmen Murua

Miel du Caserío Ermasoro

Autres destinations à proximité

Comentarios Facebook

About the author

Simple Share Buttons
Simple Share Buttons

Utilizamos cookies de terceros para mejorar la usabilidad para dispositivo de usuario. Si usted continua navegando, consideramos que acepta su uso. Puede cambiar la configuración y obtener más información

Los ajustes de cookies de esta web están configurados para "permitir cookies" y así ofrecerte la mejor experiencia de navegación posible. Si sigues utilizando esta web sin cambiar tus ajustes de cookies o haces clic en "Aceptar" estarás dando tu consentimiento a esto.

Cerrar