Cambados

La triple capitale de l’Albariño

Sur la rive de la Ría de Arousa, la cité historique de Cambados est la capitale de la contrée productrice du vin Albariño. Son littoral de sable est protégé des vents par la péninsule de O Grove et l’isthme de La Lanzada. Ce fut dans le passé un lieu de multiples combats et plus récemment  les luttes eurent lieu entre les contrebandiers et les forces de l’ordre.

Planifiez votre escapade à Cambados

La durée de la visite à Cambados est conditionnée par le goût du voyageur pour le vin de raisin Albariño, de l’ appellation d’ origine Rias Baixas. Car la visite et les dégustations dans les13 caves de la Route du  Vin peuvent prendre du temps en accord avec le goût de chacun pour ces vins et les délices de la mer qui peuvent y être dégustés à des prix bien plus économiques qu’à l’intérieur des terres. Quant aux paysages et aux monuments, la promenade dans les trois quartiers historiques de Cambados, la visite inéluctable du cimetière de Santa Mariña de Dozo – l’un des plus fascinants d’Espagne – et les environs peuvent occuper toute une fin de semaine Pour ceux veulent en voir  plus, à  très courte distance sont la belle ville de Pontevedra  et d’autres endroits aussi intéressants comme  CombarroO’Grove ou Villagarcía de Arousa. Pour savoir que manger dans la localité et choisir où rester dormir, vous consulterez notre ‘page  Dormir et manger à Cambados

Voulez-vous connaître ce site?

Zone aux richesses naturelles importantes : salines, gisements de cuivre et d’étain, les peuples se succédèrent sur les terrains et dans l’histoire de Cambados : celtes, phéniciens et romains… Tout à côté de l’église de Santa Mariña Dozo  est conservé tout un gisement romain.

Comme  pour tous les villages de la Ría, les attaques des Vikings et des Sarrasins se succédèrent à partir du XIe siècle. C’est pourquoi dans les débuts de ce XIe siècle, Diego Gelmirez (premier archevêque de Saint Jacques de Compostelle) décida de construire un réseau de tours de guets (sur les quelles on allumait des feux) pour prévenir de leurs débarquements et il fit  aussi  construire à Cambados le Château de San Sadurniño.

Selon la tradition, c’est ici que Juana de Castro, veuve du roi Pedro I de Castille vécut ses derniers jours. Le courage de la population lui valut en 1170 que le roi Fernando II de León lui donna le titre de « Villa très loyale » avec les privilèges fiscaux favorisant l’installation de familles de gentilshommes (auxquelles on doit la construction des nombreux beaux ‘pazos’ qui nous sont restés. L’histoire de Cambados est reliée à divers personnages illustres comme Pedro Pablo Bazan de Mendoza, de l’Illustration et traducteur de Voltaire, Emilia Pardo Bazan et Ramon del Valle Inclan qui y fixèrent temporairement leur résidence

Selon la tradition, c’est ici que Juana de Castro, veuve du roi Pedro I de Castille vécut ses derniers jours. Le courage de la population lui valut en 1170 que le roi Fernando II de León lui donna le titre de « Villa très loyale » avec les privilèges fiscaux favorisant l’installation de familles de gentilshommes (auxquelles on doit la construction des nombreux beaux ‘pazos’ qui nous sont restés. L’histoire de Cambados est reliée à divers personnages illustres comme Pedro Pablo Bazan de Mendoza, de l’Illustration et traducteur de Voltaire, Emilia Pardo Bazan et Ramon del Valle Inclan qui y fixèrent temporairement leur résidence

Le village de Cambados a été déclaré site d’intérêt culturel en 2001 et mérite une promenade à travers son noyau central, divisé en trois quartiers historiquement indépendants: Fefiñáns, l’ancien quartier aristocratique et noyau commercial; Cambados, le centre administratif; et le quartier de Santo Tomé, le village  marin par excellence

Nous commencerons par le quartier de Fefiñáns et son pazo, sur la place du même nom. Le palais, au pied du quel  la mer arrivait jusqu’au XVIIIe siècle, fut construit au XVIe siècle par Juan Sarmiento Valladares, conseiller de Philippe II, bien que d’autres réformes y aient été faites. Il se compose de deux corps en forme de L et d’une tour crénelée  de laquelle deux balcons circulaires font saillie en forme de chaire. Dans ce Palais de Fefiñáns, converti en 1904 en une cave à vin, vous pouvez acheter de l’Albariño avec appellation d’origine, brandy et marc. Sur la même place, mais de l’autre côté, il y a l’église de San Benito, reconstruite à la fin du 18ème siècle en style baroque sur une ancienne chapelle romane. Ses éléments les plus remarquables sont les clochers baroques churigueresque et l’intérieur gothique.

D’autres lieux d’intérêt à Fefiñáns sont la Plaza de Asorey, dédiée au populaire  sculpteur, naturel du village du XXème siècle; le Pazo de Torrado (actuel musée du vin), construit au XVIIIe siècle; la Maison-Musée de l’écrivain Ramón Cabanillas, qui abrite également l’office de tourisme et le Pazo de Bazán, construit au 17ème siècle par un ancêtre de la romancière Emilia Pardo Bazán, reconstruit dans les années 60 et transformé en Parador National de tourisme

Du quartier de Cambados,  signalons la promenade arborée de la Calzada, où se trouve le monument dédié au poète Ramón Cabanillas,  la Mairie et le Pazo Fajardo, du siècle XVII. Dans la Casa de las Conchas, sa décoration extérieure est frappante, avec de claires nuances néobaroques , en forme de coquilles Saint-Jacques; La Plaza de Alfredo Brañas mérite également une visite, flanquée de palmiers, avec une belle fontaine centrale sculptée dans la pierre. Parmi l’ architecture religieuse il faut noter l’ancien couvent de San Francisco (jusqu’à la confiscation de 1835) actuellement, église paroissiale, fondée en 1588.  On y remarque ses caractéristiques Renaissance et néo classiques , le bel intérieur et une excellente image de la Vierge.

Sur le chemin montant à la Pastora est situé le Pazo de Ulloa qui de nos jours fait partie du terrain de la maison du tourisme rural A Capitana. Sa construction remonterait au XVe, XVIe siècles avec des réformes et agrandissements au XVIIIe.

Un peu plus haut, sur la colline de La Pastora, nous trouvons le bâtiment le plus romantique de Cambados: les ruines de Santa Mariña de Dozo, déclaré monument national depuis 1943. C’est une église de style gothique construite au XVe siècle sur une autre Romane de XII; elle se compose d’une seule nef divisée par quatre arcs transversaux, cinq chapelles latérales, la sacristie et la chapelle principale. Elle a brûlé au XIXe siècle, et ses ruines ont servi – vue  la saturation du cimetière extérieur – aux habitants qui  y ont ouvert des fosses et construit des tombes à l’intérieur, générant un cimetière improvisé beau et désordonné. Pour l’écrivain Álvaro Cunqueiro, ses belles voûtes semi-circulaires «étaient là pour retenir le vent». Sur la même colline, vous pouvez également vous rendre au Mirador de La Pastora, d’où vous aurez un magnifique paysage de l’estuaire de l’Arousa.

Cementerio Parroquial en las ruinas de Santa Mariña de Dozo

Selon la tradition, c’est ici que Juana de Castro, veuve du roi Pedro I de Castille vécut ses derniers jours. Le courage de la population lui valut en 1170 que le roi Fernando II de León lui donna le titre de « Villa très loyale » avec les privilèges fiscaux favorisant l’installation de familles de gentilshommes (auxquelles on doit la construction des nombreux beaux ‘pazos’ qui nous sont restés. L’histoire de Cambados est reliée à divers personnages illustres comme Pedro Pablo Bazan de Mendoza, de l’Illustration et traducteur de Voltaire, Emilia Pardo Bazan et Ramon del Valle Inclan qui y fixèrent temporairement leur résidence

Le village de Cambados a été déclaré site d’intérêt culturel en 2001 et mérite une promenade à travers son noyau central, divisé en trois quartiers historiquement indépendants: Fefiñáns, l’ancien quartier aristocratique et noyau commercial; Cambados, le centre administratif; et le quartier de Santo Tomé, le village  marin par excellence

Nous commencerons par le quartier de Fefiñáns et son pazo, sur la place du même nom. Le palais, au pied du quel  la mer arrivait jusqu’au XVIIIe siècle, fut construit au XVIe siècle par Juan Sarmiento Valladares, conseiller de Philippe II, bien que d’autres réformes y aient été faites. Il se compose de deux corps en forme de L et d’une tour crénelée  de laquelle deux balcons circulaires font saillie en forme de chaire. Dans ce Palais de Fefiñáns, converti en 1904 en une cave à vin, vous pouvez acheter de l’Albariño avec appellation d’origine, brandy et marc. Sur la même place, mais de l’autre côté, il y a l’église de San Benito, reconstruite à la fin du 18ème siècle en style baroque sur une ancienne chapelle romane. Ses éléments les plus remarquables sont les clochers baroques churigueresque et l’intérieur gothique.

D’autres lieux d’intérêt à Fefiñáns sont la Plaza de Asorey, dédiée au populaire  sculpteur, naturel du village du XXème siècle; le Pazo de Torrado (actuel musée du vin), construit au XVIIIe siècle; la Maison-Musée de l’écrivain Ramón Cabanillas, qui abrite également l’office de tourisme et le Pazo de Bazán, construit au 17ème siècle par un ancêtre de la romancière Emilia Pardo Bazán, reconstruit dans les années 60 et transformé en Parador National de tourisme

Du quartier de Cambados,  signalons la promenade arborée de la Calzada, où se trouve le monument dédié au poète Ramón Cabanillas,  la Mairie et le Pazo Fajardo, du siècle XVII. Dans la Casa de las Conchas, sa décoration extérieure est frappante, avec de claires nuances néobaroques , en forme de coquilles Saint-Jacques; La Plaza de Alfredo Brañas mérite également une visite, flanquée de palmiers, avec une belle fontaine centrale sculptée dans la pierre. Parmi l’ architecture religieuse il faut noter l’ancien couvent de San Francisco (jusqu’à la confiscation de 1835) actuellement, église paroissiale, fondée en 1588.  On y remarque ses caractéristiques Renaissance et néo classiques , le bel intérieur et une excellente image de la Vierge.

Sur le chemin montant à la Pastora est situé le Pazo de Ulloa qui de nos jours fait partie du terrain de la maison du tourisme rural A Capitana. Sa construction remonterait au XVe, XVIe siècles avec des réformes et agrandissements au XVIIIe.

Un peu plus haut, sur la colline de La Pastora, nous trouvons le bâtiment le plus romantique de Cambados: les ruines de Santa Mariña de Dozo, déclaré monument national depuis 1943. C’est une église de style gothique construite au XVe siècle sur une autre Romane de XII; elle se compose d’une seule nef divisée par quatre arcs transversaux, cinq chapelles latérales, la sacristie et la chapelle principale. Elle a brûlé au XIXe siècle, et ses ruines ont servi – vue  la saturation du cimetière extérieur – aux habitants qui  y ont ouvert des fosses et construit des tombes à l’intérieur, générant un cimetière improvisé beau et désordonné. Pour l’écrivain Álvaro Cunqueiro, ses belles voûtes semi-circulaires «étaient là pour retenir le vent». Sur la même colline, vous pouvez également vous rendre au Mirador de La Pastora, d’où vous aurez un magnifique paysage de l’estuaire de l’Arousa.

Dans le quartier marin de Santo Tomé il y a le peu qui reste du château et  la tour de San Sadurniño, construite (XIIe) sur l’îlot connue comme l’îlot de Figueira. Réformée au XIIIe, détruite lors des révoltes irmandiñas, la tour fut reconstruite et au XVIIIe siècle, puis abandonnée jusqu’à ce qu’elle soit dans l’état qu’elle présente aujourd’hui. Fort délabrés  ses restes suggèrent l’existence de trois étages révélant la pierre de taille et les traces de l’édification.

Le pazo de Montesacro, ou de Santo Tomé est le plus important de ce quartier. Situé sur une hauteur face à la mer, il fut construit au XIIIe et son style néo classique actuel est du aux réformes réalisées au XVIIIe siècle. Sur décision de testament de ses propriétaires, c’est maintenant une résidence pour vieillards. Sa chapelle adossée est d’usage semi public et dedans on remarque une vierge gisante dans un autel baroque.

Des quantités de Caves entourent Cambados et si vous voulez faire une ‘Route du Vin? Vous disposerez de 13 caves ouvertes au public, avec visites commentées, dégustations et vente, que vous organisez sur rendez-vous. Un premier pas pour pénétrer dans les particularités de ce type de vin sera de visiter le Musée Ethnographique du Vin où vous trouverez toutes les explications pertinentes sur les progrès des techniques les plus d’avant-garde. Au cours de la première semaine d’aout a lieu la Fête de l’Albariño, la festivité gastronomique la plus ancienne de Galice et l’ une des plus importantes d’Espagne, déclarée d’intérêt Touristique National. Des caves installent des stands qui offrent des vins à prix populaires accompagnés d’empanadas, de moules, palourdes et autres produits locaux.

Essentiels

Iglesia de San Benito
Palacio de Fenfiñanes

Informations pratiques

Coordonnées

42° 30′ 0″ N, 8° 48′ 0″ W

Distances

Pontevedra 26 km,
Vigo 53 km,

Madrid 652 km

Stationnement

Pas de problème dans la villa
et ses environs

Altitude

0 – 15 m

Habitants

13 544  (2013)

San Benito de Fefiñáns (11 juillet, pèlerinage populaire sur la place de Fefiñáns), Santa Mariña (patronne de Cambados, 18 juillet), Romería Divina Pastora (dimanche après le 15 août)

Festa do Albariño (premier dimanche d’août et toute la semaine précédente), Festa de la Vieira (deuxième week-end d’août), Festival des récoltes (dernier week-end de septembre)

Vannerie, céramique, dentelle, objets à motifs celtiques (Cucadas, Aquelarre, Arume)

Autres destinations à proximité

Comentarios Facebook

About the author

Simple Share Buttons
Simple Share Buttons

Utilizamos cookies de terceros para mejorar la usabilidad para dispositivo de usuario. Si usted continua navegando, consideramos que acepta su uso. Puede cambiar la configuración y obtener más información

Los ajustes de cookies de esta web están configurados para "permitir cookies" y así ofrecerte la mejor experiencia de navegación posible. Si sigues utilizando esta web sin cambiar tus ajustes de cookies o haces clic en "Aceptar" estarás dando tu consentimiento a esto.

Cerrar