San Sebastián – Donostia

La destination cosmopolite d’été

Reconstruite au XIXe siècle sur les modèles français, cette ville est devenue l’une des principales destinations touristiques des royautés et aristocraties européennes. C’est maintenant une ville tes active où vous trouverez les meilleurs bars et restaurants de «pintxos» (Tapas) d’Espagne.

Planifiez votre escapade à Saint Sébastien – Donostia

Il y a beaucoup à voir à San Sebastian – Donostia, l’une des plus belles villes d’Espagne avec trois excellentes plages. La visite peut se faire principalement de promenades en plein air, ayant plusieurs zones très intéressantes à part de sa célèbre « Parte Vieja »; dans notre section «Que Voir à San Sebastian» vous trouverez quelques-uns des endroits les plus intéressants. L’une des plus grandes attractions de San Sebastian est sa cuisine, beaucoup de gens voyagent exclusivement pour manger là-bas; sont également célèbres ses tavernes de «Pintxos», des rations et des collations, ainsi que la bonne ambiance dans les soirées de jours fériés. Compte tenu des prix élevés et la disponibilité limitée des chambres d’hôtel, il faut suffisamment de temps pour trouver du logement le plus approprié; dans notre section pour «Se Loger et Manger à San Sebastian» nous avons sélectionné toutes sortes de types d´établissements d’hôtellerie et de restauration. Compte tenu des accès de la ville, les restrictions de stationnement et les prix, nous ne recommandons pas San Sebastian comme un point de départ pour des excursions dans la province; au contraire, il est même conseillé de dormir dans les proximités et y aller passer la journée dans la ville.

Voulez-vous visiter cet endroit?

L’histoire de Donostia commence vers l’année 1014 avec l’existence d’un monastère de nom San Sebastian l’Ancien, dépendant de l’abbaye de Leyre. De lui la ville aurait pris le nom. Des années plus tard, en 1180, le roi de Navarre Sancho le Sage, donna une juridiction (Fueros) à un petit village (antérieur à l’actuelle Donostia – San Sebastian) qui occupait les flancs du mont Urgull, entouré par l’embouchure de l’Urumea et la baie de la Concha, relié aux terres  par un étroit couloir régulièrement inondé lors des grandes marées.

Comme tout Guipuzcoa il fut intégré au royaume de Castille vers l’année 1200. De plus, ce fut l’une des quatre cités à juridiction dans la quelle tour à tour résidaient le «corregidor» (désigné par le roi) et le Député Général (élu par les assemblées des mairies de la province). Loin des routes par terres qui terminaient à Deba et Hondarribia, la principale activité des habitants ne pouvait être que la pêche. Une autre source de profits lui vint d’être une étape de repos pour les pèlerins du Chemin de Saint Jacques qui suit la côte Cantabrique.

En 1282, la ”Hermandad de las Marismas de Castilla” (Fraternité des Marais de Castille), une association crée dans un but d’entr’aide mutuelle  des ports face aux navires d’autres nations.

Les constructions en bois, entassées dans une enceinte fortifiée et réduite occasionnèrent de graves incendies (jusqu’à douze). Ces calamités plus les attaques répétées des Français, Britanniques et Hollandais, en firent une importante place forte militaire. La ville devint donc inexpugnable à de nombreux sièges, jusqu’à ce qu´en 1719 l’armée française sous les ordres du duc de Berwick la conquit et l’occupa pendant deux longues années.

Ayant reçu dès 1522 le titre de “noble et loyale” en 1728 on lui adjugea le privilège de commercer avec le Vénézuela à travers de la Royale Compagnie Guipuzcoana de Caracas, une société mercantile qui  réanima son activité portuaire. Ce fut un fait de grande importance pour San Sebastian.

À l’encontre des siècles antérieurs, en 1794 et en 1808, la ville se rendit sans combats aux envahisseurs français. Les commerçants de la ville tirèrent de grands profits de l’approvisionnement aux troupes de Napoléon, ce qui provoqua sa mise à sac et son incendie par les troupes portugaises et anglaises en aout 1813.

Durant la première moitié du XIXe siècle, les habitants de San Sebastian embrassèrent la cause libérale. Son développement de ville cosmopolite commença alors. En 1854 elle devint capitale de province et en 1863 on lui quitta le titre de place forte, abattant ses murailles. Le Plan d’Expansion d’Antonio Cortazar (1864) termina de créer un nouveau modèle d’urbanisme par le quel la ville s’agrandit vers le sud avec des zones modernistes selon les styles de Paris ou de Vienne.

En 1885, la reine régente Maria Cristina commença à venir y passer l’été, mettant la ville à la mode  parmi l’aristocratie européenne, qui venait prendre des bains de mer, et jouer dans son casino somptueux (construit en 1887). La prospérité économique permit une frénétique activité de construction occupant la rive droite de l’Urumea, s’étirant par l’Antiguo et le Nuevo Paseo, et la construction de tout un quartier nouveau sur les marais de Amara. Le cours de la rivière fut canalisé, on y fit les ponts de Maria Cristina et du Kursaal. De plus on reconstruisit des édifices comme l’hôtel Reina Cristina, le Théâtre Victoria Eugenia, le Palais de Justice, la Station Balnéaire de la Perlaet le Parc d’Attractions du mont Igueldo entre autres…

Barrio de Gros, en San Sebastián

La dite “Belle Époque” de Donostia atteint son moment culminant au cours de la Première Guerre Mondiale  devenant le lieu de rencontres le plus «chic» d’Europe, car vinrent s’y réfugier bon nombre de personnalités étrangères.

Mais cette époque de prospérité commença à décliner en 1925 lorsque le jeu devint illégal, ce qui réduisit sans remède les gains  que le casino et l’hippodrome apportaient à la municipalité. Cependant on peut encore ressentir  toute cette ambiance sophistiquée qui domina ces jours de gloire dans le San Sebastian actuel, une ville moderne et dynamique du XXIe siècle.

Saint Sébastien – Donostia est un littoral magnifique qui héberge l’une des plus belles plages d’Espagne: la Concha. L’activité culturelle et la gastronomie de cette ville en ont fait la première destination touristique d’Espagne en 2011.

Nous suggérons de commencer par visiter le centre de la ville, la Place Easo et où de nombreux édifices à l’aspect moderniste datent de la fin du XIXe siècle. Traversons la place en direction de la plage de la Concha, vous devrez visiter le Koldo Mitxelena Kulturunea, centre culturel actuel où ont lieu de multiples activités et expositions. Proche, aussi est la cathédrale néo-gothique du «Buen Pastor».

Partant de la cathédrale et longeant la rivière Urumea, vous verrez le bel édifice de l’hôtel Maria Cristina à côté du parc Okendo. C’est où se sont logés des participants au festival de ciné de San Sebastian comme: Alfred Hitchccock, Woody Allen, Meryl Streep et Richard Gere.

Vous verrez aussi des ponts de différentes époques. Les plus importants sont: le pont Maria Cristina(1903-1904) et le pont Santa Catalina (reconstruit en 1872). Le pont Zurriola (1921) vous mène directement au Palais de Congrès du Kursaal (1999).

La vieille ville de Saint Sébastien possède beaucoup de charme, et intègre le plus grand nombre de restaurants possèdant des étoiles Michelin. Parmi les sites à voir dans ce quartier, vous avez: la place de la Constitution, l’église paroissiale de San Vicente et la basilique de Santa Maria del Coro (XVIIIe).

Si vous avez le temps de voir un musée, il vous faut aller au Musée de San Telmo, qui donne sur la place Zuloaga, et qui contient des œuvres d’artistes comme Jorge Oteiza et Ignacio Zuloaga.

Sur la Promenade près du port, se trouvent l’Aquarium et le Musée Naval situé dans l’ancienne maison-tour du Consulat (XVIIIe siècle).

Une promenade jusqu’à la colline de Urgul vous permettra de jouir d’une vue panoramique sur toute la ville de Saint Sébastien. Vous pouvez aussi visiter le «Château de la Mota» occupé de nos jours par la Casa de la Historia (Maison de l´Histoire); le cimetière des Anglais et les Batteries des las Damas et du Gobernador. En redescendant vous rencontrerez surement quelques bars où déguster leurs «pintxos» délicieux.

Après avoir repris des forces, vous devriez continuer par une belle promenade le long des belles plages de La Concha et d´Ondarreta, cette  dernière ayant été longtemps considérée comme l’une des plus aristocratiques de la ville. La petite plage de l’Ile de Santa Clara, au centre de la baie, est encore un autre endroit spectaculaire qui fait de Saint Sébastien une destination touristique étonnante surtout en été.

Cathédrale du Buen Pastor

La Concha est l’une des plages les plus célèbres en Espagne et un symbole indubitable de Saint Sébastien. Vous y trouverez de belles balustrades, des lampadaires classiques, deux horloges du 19e siècle, et le Balnéaire de la Perla del Océano, un ancien établissement de bains en bois construit à la belle époque qui est maintenant utilisé comme centre de thalassothérapie avec des restaurants et une discothèque populaire. Dans votre exploration vers  la fin de la plage, à côté du Boulevard,  vous trouverez le conseil municipal (1887) en fonction  depuis 1947, un vieux casino de  style moderniste, les Jardins de Alberdi Eder, et le Real Club Náutique (1930), un exemple de l’architecture rationaliste qui le fait ressembler à un navire.  En continuant, vous trouverez l’Hôtel de Londres, une autre image de la construction de la Belle Epoque à Saint-Sébastien, avec une élégante façade rappelant les styles français et anglais et recouvert d’un dôme.

La plage de La Concha se termine au Pico del Loro, une falaise rocheuse sur laquelle se dresse le Palacio de Miramar. Le bâtiment de style anglais a été construit par la reine María Cristina de Habsbourg et accueille désormais des cours d’été à travers l’Université du Pays Basque. Il est entouré d’un magnifique parc public conçu par Pierre Duchesne. Après «Pico del Loro», vous trouverez la plage d’Ondarreta et le Barrio del Antiguo, où ses villas magnifiques reflètent le pouvoir d’achat des vacanciers les plus âgés de cette ville. À l’autre extrémité, vous verrez le «Mont Igueldo» occupé par un Parc d´Attractions (un parc à thème construit au début du 20ème siècle) anachronique qui fera sourire à tous ceux qui arrivent à pied ou en funiculaire. Si vous faites l’ascension  de la colline, vous aurez droit à un panorama à couper le souffle, dominant la ville, surtout si vous coïncidez avec le coucher du soleil, ou encore  lorsque les lampadaires qui éclairent les plages se reflètent dans la mer.

Pour terminer cette traversée de Saint Sébastien nous resterons sur le Mont Igueldo qui accueille l’un des symboles des plus emblématiques et le plus visité de la ville, le célèbre groupe sculptural: le Peine del Viento (le Peigne du Vent, de 1977), œuvre du sculpteur Eduardo Chillida : trois structures métalliques surgissant des rochers et continuellement battues par la mer et le vent.

Vous devez voir...

Playa de la Concha y Ayuntamiento
Peine del Viento

Informations pratiques

Coordonnées

43° 19′ 17″ N, 1° 59′ 8″ W

Distances

Irún 22 km, Hondarribia – Fuenterrabia 24 km, Bilbao 100 km, Madrid 452 km

Lieux proches

Comentarios Facebook

About the author

Simple Share Buttons
Simple Share Buttons

Utilizamos cookies de terceros para mejorar la usabilidad para dispositivo de usuario. Si usted continua navegando, consideramos que acepta su uso. Puede cambiar la configuración y obtener más información

Los ajustes de cookies de esta web están configurados para "permitir cookies" y así ofrecerte la mejor experiencia de navegación posible. Si sigues utilizando esta web sin cambiar tus ajustes de cookies o haces clic en "Aceptar" estarás dando tu consentimiento a esto.

Cerrar