Orduña – Urduña

Roche escarpée, chemin stratégique et douane

Située au pied d’une  roche importante, comme une île hors de son territoire provincial, toute entourée de villages de Alava et de Burgos,  se trouve une localité de Biscaye qui porte le titre de « ville »(ciudad), la seule qui y ait droit. La bonne gastronomie de la zone et les établissements où la déguster sont rassemblés sur notre page spécialisée Dormir et manger à Orduña.

Voulez-vous connaître ce site?

Le centre historique de la ville d’Orduña, déclaré site historique-artistique en 1997, conserve encore sa structure médiévale selon un tracé rectangulaire encadré par les anciens remparts. Sept portes y donnaient accès, dont une seule  est restée, le Portail Oscuro, actuellement rattaché à la mairie. La Plaza de los Fueros ou Foru Plaza en est le centre névralgique et géographique. Il s’agit d’une grande place à arcades sur laquelle donnent plusieurs bâtiments importants de la ville: l’ancien palais des Douanes, de la fin du XVIIIe siècle, un bâtiment néoclassique qui passa par différentes étapes jusqu’à devenir un hôtel balnéaire; le Palais Renaissance de Mimenza (XVIe siècle) et celui de Diaz de Pimienta, baroque du XVIIe siècle; l’église baroque de San Juan et bien sûr, l’Hôtel de Ville,  un bel exemple de l’éclectisme, car alors que sa tour crénelée est essentiellement médiévale, le reste du bâtiment fait partie d’un baroque sobre et élégant. Intéressants aussi L’église de la Sagrada Familia, une construction de style baroque avec deux clochers et le retable baroque à l’intérieur, l’un des plus importants du Pays Basque.

Traversant le portail Oscuro et la rue Burdin, vous atteindrez un autre bâtiment de Orduña, l’Église paroissiale de Santa María de la Asunción (XIVe-XVe siècles). C’est une église à trois nefs de style gothique basque, conçue comme une église-forteresse et, en tant que telle, construite sur une section de l’ancienne muraille, avec un chemin de ronde sur l’ abside et une puissante tour . À l’intérieur, le retable baroque, les peintures murales Renaissance qui recouvrent l’abside et la chapelle de San Pedro, qui contient un intéressant retable hispano-flamand, sont particulièrement intéressants. Non loin, se trouve le Palais Ortés de Velasco, Renaissance fin du 16ème siècle qui, comme l’église, est doté d’un caractère militaire bien marqué.

À l’extérieur des murailles se trouvent les Couvents de San Francisco (16ème siècle) et de Santa Clara, ainsi que le Sanctuaire néoclassique de Notre-Dame d’Antigua (18ème siècle), attaché à un couvent de religieuses de clôture. Pour conclure, il convient de mentionner que le Monument au Txarlazo, qui rend hommage à la Vierge d’Antigua, est l’un des premiers monuments d’Espagne entièrement construit  en béton.

La première référence écrite de l’histoire d’Orduña remonte au VIIIe siècle, mais elle ne fut fondée en tant que village qu’en 1229, lorsque Lope Díaz de Haro, seigneur de Biscaye, lui  accorda la juridiction de Vitoria. En 1284,  Sancho « El Bravo »  infant castillan  confirma ce statut, consolidant ainsi l’appartenance de cette cité à la Seigneurie de Biscaye. En 1288, le roi Sancho IV de Navarre s’empara du château d’Orduña, qu’il conserva comme une ville  dépendante  de la couronne par l’intermédiaire de Burgos. Lorsque le roi Enrique et sa femme transmirent  à leur fils, l’Infante don Juan, les seigneuries de Biscaye (1370) et de Orduña (1373)  elle furent toutes les deux réunies en tant que domaine royal.

L’intérêt des Biscayens pour Orduña visait sa situation dans une vallée fertile à travers laquelle passait la  voie la plus courte  reliant le Plateau et les ports de Bermeo et Portugalete. Son accès était un chemin cavalier (N’y pouvaient passer que les chevaux,  pas  les charrois) qui devait surmonter le rocher d’Orduña, un col de montagne à 900 mètres d’altitude avec des descentes de 9% dans de nombreuses sections, jusqu’à atteindre les 298 mètres de la plaine de la vallée. Ce chemin était dangereux par temps sec et impraticable le reste de l’année. Malgré tout, c’était la voie de transit de la laine castillane exportée vers le nord de l’Europe, et en direction contraire, vers le sud passaient les barres de fer et les armes basques, ainsi que les voyageurs et les produits de luxe venant d’Europe.

Depuis l’époque de Juan II de Castille c’était l’un des ports douaniers  secs de Biscaye. Son activité commerciale et douanière s’accrut jusqu’à ce qu’en 1467  le roi Enrique IV lui donna le titre de « ville », étant ainsi le premier et unique village de Biszcaye  le tenant. La ville fut remise par Enrique IV à la famille Ayala, qui l’a gardée jusqu’à ce que les rois catholiques la récupèrent par la force. Les  habitants de Orduña en arriveraient à acheter le château pour le démolir .Une importante douane commerciale y fut établie qui  commença à fonctionner en 1792.

L’arrivée du XIXe siècle avec ses guerres provoquèrent le déclin de la ville. Après la première guerre carliste, en 1841, le gouvernement décida de déplacer les douanes intérieures vers la côte. Depuis le début du XIXe siècle, les autorités d’Alava ont tenté à plusieurs reprises d’absorber cette enclave biscayenne sur leur territoire jusqu’à ce qu’en 1843, le gouvernement de Madrid décrète sa ségrégation de la province de Biscaye et son incorporation à Álava. Décision qui fut contestée avec succès. les Orduñeses arguant de leur identité biscayenne basée sur les  intérêts mercantiles de leur route vers Bilbao.

En 1870,  on inaugura une école qui plus tard  fut transformée en pensionnat, dans lequel de nombreux étudiants de la classe dirigeante basque firent leurs études Les jésuites qui la dirigeaient se plaignaient de l’atmosphère qui avait popularisé le dicton: « Orduña, ville de braves : dix tavernes et aucun libraire.

Au début du 20ème siècle, la ville  adopta la mode des eaux thermales, inaugurant la Station de Bains de la Muera, qui  attira les visiteurs. Au début du XXIème siècle, l’ancienne douane fut transformée en un hôtel thermal moderne; fermeture symbolique  du  passé.

Le centre historique de la ville d’Orduña, déclaré site historique-artistique en 1997, conserve encore sa structure médiévale selon un tracé rectangulaire encadré par les anciens remparts. Sept portes y donnaient accès, dont une seule  est restée, le Portail Oscuro, actuellement rattaché à la mairie. La Plaza de los Fueros ou Foru Plaza en est le centre névralgique et géographique. Il s’agit d’une grande place à arcades sur laquelle donnent plusieurs bâtiments importants de la ville: l’ancien palais des Douanes, de la fin du XVIIIe siècle, un bâtiment néoclassique qui passa par différentes étapes jusqu’à devenir un hôtel balnéaire; le Palais Renaissance de Mimenza (XVIe siècle) et celui de Diaz de Pimienta, baroque du XVIIe siècle; l’église baroque de San Juan et bien sûr, l’Hôtel de Ville,  un bel exemple de l’éclectisme, car alors que sa tour crénelée est essentiellement médiévale, le reste du bâtiment fait partie d’un baroque sobre et élégant. Intéressants aussi L’église de la Sagrada Familia, une construction de style baroque avec deux clochers et le retable baroque à l’intérieur, l’un des plus importants du Pays Basque.

Iglesia de los Jesuitas

Traversant le portail Oscuro et la rue Burdin, vous atteindrez un autre bâtiment de Orduña, l’Église paroissiale de Santa María de la Asunción (XIVe-XVe siècles). C’est une église à trois nefs de style gothique basque, conçue comme une église-forteresse et, en tant que telle, construite sur une section de l’ancienne muraille, avec un chemin de ronde sur l’ abside et une puissante tour . À l’intérieur, le retable baroque, les peintures murales Renaissance qui recouvrent l’abside et la chapelle de San Pedro, qui contient un intéressant retable hispano-flamand, sont particulièrement intéressants. Non loin, se trouve le Palais Ortés de Velasco, Renaissance fin du 16ème siècle qui, comme l’église, est doté d’un caractère militaire bien marqué.

À l’extérieur des murailles se trouvent les Couvents de San Francisco (16ème siècle) et de Santa Clara, ainsi que le Sanctuaire néoclassique de Notre-Dame d’Antigua (18ème siècle), attaché à un couvent de religieuses de clôture. Pour conclure, il convient de mentionner que le Monument au Txarlazo, qui rend hommage à la Vierge d’Antigua, est l’un des premiers monuments d’Espagne entièrement construit  en béton.

Indispensable

Dónde dormir en Orduña
Dónde dormir en Orduña

Informations pratiques

Coordonnées

42° 59′ 45″ N, 3° 0′ 30″ W

Distances

Bilbao 40 km, Donostia-San Sebastián 126 km, Madrid 373 km

Stationnement

Dans la Plaza de Gernika

Altitude

293 m

Habitants

4246 (2013)

Notre-Dame d’Antigua (8 mai), fête du couronnement (premier week-end de septembre)

Txakoli D.O. Bizkaia Bodegas La Antigua, Gure Ahaleginak et Llanera
Fromage Caserío Oruro

Autres destinations à proximité

Comentarios Facebook

About the author

Simple Share Buttons
Simple Share Buttons

Utilizamos cookies de terceros para mejorar la usabilidad para dispositivo de usuario. Si usted continua navegando, consideramos que acepta su uso. Puede cambiar la configuración y obtener más información

Los ajustes de cookies de esta web están configurados para "permitir cookies" y así ofrecerte la mejor experiencia de navegación posible. Si sigues utilizando esta web sin cambiar tus ajustes de cookies o haces clic en "Aceptar" estarás dando tu consentimiento a esto.

Cerrar