Lekeitio – Lequeitio

Cité de Chasseurs de baleines et d’une impératrice

Avec une orographie singulière, ce village pittoresque et élégant a attiré une impératrice autrichienne et un peintre universel. Il garde encore vivante sa tradition maritime et quelques festivités patronales quelque peu controversées. Il se trouve au centre de certains des endroits les plus extraordinaires de Biscaye.

Planifiez votre escapade à Lekeitio

Les deux belles plages, l’île de San Nicolás (seulement accessible à pied à marée basse) et le port de Lekeitio, ainsi que son centre historique, peuvent être vus en une journée; Dans notre section Que voir à Lekeitio nous vous détaillons les lieux principaux. Vue sa position géographique dans la profonde Biscaye, les routes étroites doivent être parcourues calmement pour accéder aux destinations d’excursion. Il faut absolument consacrer une journée à aller vers l’ouest  en suivant  la route côtière pour visiter deux des villes les plus particulières du Pays Basque: d’abord vous atteignez Ea — avec son petit port et  sa plage ( qui n’existe qu’à marée basse) –  et un peu plus loin est le port de pêche d’Elantxobe, , littéralement accroché à une grande paroi rocheuse. À l’est, le  la route côtière, vous mènera à Ondarroa,  un excellent endroit pour manger du poisson et faire une promenade. Vers l’intérieur, la route BI 2238 mène à La Forêt de Oma et au centro d’explications de Santimamiñe,  ainsi qu’à la réserve d’ Urdaibai  et à la ville historique de Gernika.  Mieux vaut ne pas faire ces trois destinations dans la même journée.  Lekeitio est un excellent centre de vacances pour les familles de Bilbao, cependant l’offre d’hôtels y est quelque peu limitée, nous vous   les présentons sur notre page, dormir et manger à Lekeitio.

Voulez-vous connaître ce site?

L’histoire de Lekeitio commence en tant que petit port de pêche sur la rive gauche de la Lea, dans un site privilégié aux pieds de l’île de San Nicolas.

En 1325, María Díaz Haro lui accorda une charte de peuplement, un document qui fut ratifié par Alfonso XI de Castilla en 1334 dans l’intention de faire de la nouvelle cité un important centre de pêche. Ce fut aussi la première localité à élaborer des ordonnances municipales traitant des aspects de la coexistence avec ses voisins. Son port s’est rapidement avéré être un centre important pour le transport maritime et la pêche et, de plus, il semble que certains de ses navires aient reçu une licence pour exercer la piraterie.

La pêche fut donc l’activité principale de Lekeitio pendant des siècles. Elle était contrôlée par l’Association des Pêcheurs de San Pedro, qui détenait un tel pouvoir tel qu’ils pouvaient même nommer un maire qui gouvernait la ville avec un autre représentant, élu par le peuple. La pêche à la baleine était l’activité essentielle de la flotte de Lekeitio, d’abord dans les eaux cantabriques et ensuite au Groenland ou au Canada. En fait, sur les armes de la ville apparaît une légende latine qui nous avise de l’habilité des gens de Lekeitio à capturer d’horribles cétacés.

Le port  subit plusieurs rénovations au cours des siècles, comme la construction de nouveaux quais et d’une jetée pour réduire les coups des vagues. La chasse à la baleine  apporta  renommée et  richesse à Lekeitio pendant le Moyen Âge et les temps modernes, mais au 19ème siècle cette activité  entra en crise. La flotte de pêche survivante était consacrée à plein temps à la pêche côtière, et une nouvelle industrie  vit le jour : la mise en conserve et le salage qui prospérèrent  et ont largement maintenu l’importance du port. La prospérité de cette industrie de la pêche  attira une certaine richesse à la population et les chantiers navals  commencèrent à proliférer dans le port. De fait, l’ industrie de la construction  et de la réparation navale était de toute importance jusque bien avant dans le 19ème siècle.

Par la suite, compte tenu du déclin de l’activité de la pêche, les services liés à cette activité disparurent progressivement, il n’y avait donc pas d’autre choix que de réorienter l’ activité principale de la ville À partir du XIXe siècle, Lekeitio  vit affluer tout un flot de visiteurs attirés par la beauté de son paysage privilégié, renommée  que consolida en 1922 à la suite de la défaite autrichienne lors de la Première Guerre mondiale, l’installation pour quelques années de l’ex-impératrice Zita de Habsbourg. De même, Diego Rivera, le muraliste mexicain marié à Frida Kahlo, a également vécu un certain temps dans ce village basque, où il  peignit plusieurs tableaux. De nos jours, l’attraction touristique de Lekeitio est encore intacte et la ville conserve toujours une partie de cette odeur de port de pêche qui l’a imbibé des siècles durant.

Situé à une extrémité du golfe de Gascogne, Lekeitio est un village de pêcheurs coloré, plein de bars et de cafés, de vie et d’agitation, en particulier pendant les mois d’été, le meilleur moment pour visiter la ville. Le quai de Txatxo, centre pendant de nombreuses années de l’économie du lieu, se couvre alors  de terrasses, qui se prolongent dans les rues  parallèles Arranegi et Pascual Abaroa,  qui sont les plus importants du lieu.

La basilique de Santa María de la Asunción, un immense temple gothique tardif des XV-XVI siècles déclaré monument national domine Lekeitio. C’est un plan sur trois nefs avec quatre sections couvertes de voûtes en croisées d’ogives, abside polygonale, ambulatoire et chapelles. Dehors, l’importance des  contreforts, arcs boutants et des pinacles attire l’attention. Sa façade occidentale, décorée de sculptures, est très attrayante et le grand retable, flamenco du début du XVIe siècle, est l’un des plus intéressants de toute la province. Il représente la vie de la Vierge et la Passion du Christ.

Tout autour du temple, dans toute la vieille ville et dispersés parmi les maisons typiques de marins, il y a les manoirs élégants de l’ancienne aristocratie basque. Parmi eux, il faut voir à Lekeitio le Palais Uriarte (16ème-18ème siècle), catalogué comme monument national, qui est de style baroque et enveloppe une vieille maison-tour de la fin du Moyen Age; le Palais Oxangoiti (XVIIème siècle), Baroque aussi et la Casa-Palacio de Uribarría. La tour Zahar est le plus vieux bâtiment de la ville tandis que la tour Turpín représente un cas de transition du gothique à la Renaissance. Quant à l’Hôtel de Ville (XVIIIe siècle), situé dans la rue Gamarra, il s’agit d’un parfait exemple d’hôtel de ville baroque. Enfin, dans la rue de Santo Domingo se trouve le Couvent des Dominicaines (fondé en 1368 et rénové au 16ème), qui est un autre beau monument gothique-renaissance de la ville.

Si nous prenons la rue Ezpeleta, nous atteindrons la falaise, avec la chapelle de San Juan, du XVIIIe siècle, d’où vous pouvez voir l’île de San Nicolás et la côte entière. Il est à noter qu’à marée basse vous pouvez accéder à pied à cet îlot situé en face de la villa.

De là, vous revenez vers le centre ville par le port où vous pouvez visiter un bateau de pêche côtière : le Playa de Ondatzabal dans le quel sont exposés tous les divers instruments employés pour pêcher.

En plus de vous délasser sur les plages de Lekeitio, nous vous conseillons d’aller jusqu’au Phare de Santa Catalina, siège du Centre d’Interprétation de la Technologie de la Navigation.

Indispensable

Dónde dormir en Lekeitio
Cruz de piedra en memoria de los marineros difuntos

Informations pratiques

Coordonnées

43° 21′ 44″ N, 2° 29′ 46″ W

Distances

Bilbao 56 km, San Sebastián-Donostia 65 km, Madrid 438

Stationnement

Autour du quai du port

Altitude

0 m

Habitants

7374 (2013)

San Antolín (du 1er au 8 septembre), San Pedro (du 29 juin au 1er juillet)

Festival des oies (pendant San Antolín), Festival international de théâtre de rue (juillet), Festival international d’Itxas Soinua (première moitié d’août)

Txakoli D.O. Bizkaia Winery Pipas

Autres destinations à proximité

Comentarios Facebook

About the author

Simple Share Buttons
Simple Share Buttons