Vera de Bidasoa – Bera

A orillas del río fronterizo

Sur les bords de la Bidasoa, à la frontière de Guipuzcoa se dresse Vera de Bidasoa-Bera, une petite ville pitoresque avec un centre ville intéressant plein d’édifices  formant un riche patrimoine.

Planifica tu escapada a Bera

La visite de Vera de Bidasoa est surtout d’extérieurs: les façades des édifices de son centre urbain. De fait, la promenade à travers elle et les zones environnantes peut vous prendre quelques heures. Dans la ville voisine d’Igantzi,  vous trouverez une société de de tourisme actif qui organise des activités dans la vallée. La visite peut continuer vers le nord vers les villes de Guipuzcoa dIrún et d’ Hondarribía pour profiter de la mer; Ceux qui préfèrent la montagne peuvent se  diriger vers le Parc de las Peñas de Aya . Au sud, vous avez aussi pouvez visiter le  Parc del señorío de Bertiz, et continuer la N-121b jusqu’à Elizondo, un très beau village où vous pouvez très bien déjeuner; l’après-midi, vous pouvez continuer la même route vers le nord et visiter Zugarramurdi et ses grottes. Pour apprendre à connaître la cuisine locale de la vallée de la Bidasoa et réserver où loger, nous vous proposons notre page Dormir et manger à Vera de Bidasoa.

Voulez-vous connaître ce site?

Il n’y a pas d’accord clair sur l’origine du nom de la ville. Tout au long de l’histoire de Vera de Bidasoa  le nom a été utilisé indistinctement  en castillan et en basque et de là, chaque langue a ses théories. D’une part cela pourrait indiquer le village est sur la rive de la rivière Bidasoa, mais si Bera  vient du mot basque behera, (partie inférieure), cela signifierait que c’est l’une des villes situées à la plus basse altitude de Navarre. Quoi qu’il en soit, l’appellation « de Bidasoa » fut rajoutée en 1916 afin d’éviter la duplication des noms de certaines localités espagnoles.

Vera de Bidasoa est une petite ville frontalière qui tout au long de l’histoire,  a dû servir de défense au Royaume de Navarre contre les Français et les Guipuzcoans (séparés de ce royaume et intégrés en Castille en 1200). En 1402, Carlos III le Noble  reconnu ce labeur en  accordant des privilèges aux habitants. Ce caractère frontalier a également servi à Vera de Bidasoa à participer tout au long de son existence à l’une des activités économiques historiques les plus florissantes de la région: la contrebande

L’église de Vera dépendait du Seigneur d’Alzate et Urtubie, qui en 1606 nomma Lorenzo de Hualde comme curé. Ce fut l’un des principaux collaborateurs des inquisiteurs de l’époque de la  paranoïa  sur les sorcières qui déchaîna le Procès de Logroño, où il était intervenu pour que beaucoup de ses paroissiens soient accusés de sorcellerie.

Dans l’été de 1794, Vera de Bidasoa fut occupée par des troupes françaises de La Convention, qui effectuèrent toutes sortes de pillages. De même le village subit bien des dommages pendant la Guerre d’Indépendance et les conflits carlistes. En 1872, le prétendant Don Carlos de Bourbon entra en Espagne par Vera de Bidasoa pour commencer la dernière des guerres carlistes.

Au début du 20ème siècle, Pío Baroja  acheta une ferme dans la ville et depuis ce moment l’histoire de Bera s’est trouvée liée à la lignée de l’écrivain.  Ses rues ont été fréquentées , en plus de l’auteur,  par des personnages comme Carmen Baroja, anthropologue, écrivain et mère de l’anthropologue et historien Julio Caro Baroja. Également du monde des lettres,  l’écrivain et académicien de la Royale Académie de la Langue Basque : Euskaltzaindia, Ignacio Larramendi est fils de Vera de Bidasoa.

Le centre urbain de Bera s’étend sur la rive gauche de la rivière Bidasoa en direction de la mer Cantabrique. C’est un complexe patrimonial attrayant plein de manoirs nobles construits selon les paramètres de l’architecture traditionnelle de la région. Il est courant dans la ville de voir des façades avec des poutres en bois, des balcons ornés d’une multitude de pots de fleurs, des rez-de-chaussée à  arcades ou de grands toits à deux pans. Parmi toutes les maisons, on remarque le Caserío Itzea, un édifice du XVIIe siècle acquis en 1912 par l’écrivain Pío Baroja et occupé depuis des générations par sa famille. Il est remarquable ses avant-toits  spectaculaires de bois.

La Maison Lazarobaitia, de style Renaissance, hébergea le prétendant Don Carlos en 1872, peu avant le début de la dernière guerre carliste. La Casa Arostegia, érigée en 1796, est un autre édifice intéressant à voir à Vera de Bidasoa. Joseph Bonaparte y dormit lors de sa fuite vers la France depuis Vitoria peu de temps avant que le duc de Wellington n’y séjourne lui aussi. Sur la partie supérieure de sa façade se trouvent les armoiries de la famille Legia.

La Casa Zelaia comporte une structure traditionnelle de grande harmonie, avec des poutres en bois aux étages supérieurs et de grands balcons également en bois. Sur son terrain se trouve l’Hornacina del Cristo de Contrabando, une figure qui, comme son nom l’indique, provient des fruits de cette activité. L’origine étrangère de l’image est évidente dans le fait d’être soustenue par quatre clous, un dans chaque extrémité, au lieu des trois que régit la tradition espagnole.

De toutes ces maisons, l’élément civil qui le plus important de Vera de Bidasoa est son Hôtel de Ville, construit en 1776. En 1983, au cours de la restauration de sa façade, on découvrit des vestiges d’anciennes peintures murales représentant les quatre vertus cardinales. Le groupe pictural a été étudié et complété par Julio Caro Baroja pour être ensuite restauré par le peintre local Juantxo Larramendi.

L’église de San Esteban fut construite au XVIe siècle dans une ancienne maison -tour convertie à des fins ecclésiastiques. Malgré le remodelage ultérieur, il est encore possible de deviner dans sa physionomie son caractère antérieur de logement de forteresse. Elle conserve dans son intérieur le meilleur orgue roman de toute la Navarre et de très belles  stalles de chœur de bois à côté.

Informations pratiques

Coordonnées

43° 16′ 42″ N, 1° 40′ 57″ W

Distances

Pamplona 65 km, San Sebastián – Donostia 34 km, Madrid 484 km

Stationnement

Paseo de Julio Caro Baroja et les environs de la gare routière

Altitude

56 m

Habitants

3829 (2013)

Corpus Christi, San Esteban (du 2 au 6 août)

Carnaval (Pasteurs et baby-sitters, dimanche comparsa,
coût et défilé de chars sur Carnaval lundi et enfin, coût et iñude
cet artzaiak représenté par des enfants le jeudi gras),
Artisanat, Lurraren Eguna, Jour de la Terre (quatrième dimanche d’octobre)

Autres destinations à proximité

Comentarios Facebook

About the author

Simple Share Buttons
Simple Share Buttons

Utilizamos cookies de terceros para mejorar la usabilidad para dispositivo de usuario. Si usted continua navegando, consideramos que acepta su uso. Puede cambiar la configuración y obtener más información

Los ajustes de cookies de esta web están configurados para "permitir cookies" y así ofrecerte la mejor experiencia de navegación posible. Si sigues utilizando esta web sin cambiar tus ajustes de cookies o haces clic en "Aceptar" estarás dando tu consentimiento a esto.

Cerrar