Carthagène

Le port de toutes les cultures

Ville de la province de Murcie, Carthagène (Cartagena) possède une baie extraordinaire où différentes cultures se succédèrent depuis plus de deux milles ans, ce qui lui a crée un très riche héritage historique et culturel. Ces dernières années elle a subi une transformation importante, devenant une destination touristique de tout premier ordre due à ses monuments, ses plages diverses et des possibilités de tourisme actif tout au long de l’année.

Planifiez votre escapade à Carthagène

Carthagène vous propose énormément de choses à voir: c’est une ville riche de nombreux vestiges sur les civilisations carthaginoise et romaine qui s’y établirent, avec des sites de caractère militaire et sous-marin, sa cathédrale et tant d’autres monuments et musées… Une escapade à Carthagène implique deux bons jours de visites et de promenades, plus les journées que vous voudrez passer sur ses plages, ou que vous consacrerez à des excursions dans les environs comme La Unión, le Parc Naturel de Calblanque et La Manga del Mar Menor, tous lieux où pratiquer un grand nombre d’activités de tourisme actif durant toute l’année. Pour connaître la gastronomie locale et choisir où la déguster et vous loger, voyez notre section Se loger et manger à Cartagena.

Voulez-vous visiter cet endroit?

Civilisations, cultures et religions ont traversé l’histoire de Carthagène, profitant de sa situation comme l’un des meilleurs ports naturels de la Méditerranée. Le général carthaginois Asdrubal y fonda en 227 av.J.C. la ville de Qart Hadasht, sur le site d’un peuplement ibère ou tartésien de nom Mastia qui ne fut conquis par le général romain Publio Cornelio que 18 ans plus tard, le nommant alors Carthago Nova.Les romains lui donnèrent le titre de «colonie» en 44  en faisant la capitale de la province

Pendant les IIe et IIIe siècles elle subit une crise profonde d’où elle ne sortirait qu’au VIe siècle à l’époque byzantine. Au cours de cette sombre époque, l’empereur romain Mayorano réunit dans sa baie toute une flotte dans le but d’envahir l’empire africain des vandales, mais ceux-ci attaquèrent la ville par surprise  gagnant  ainsi la bataille de Carthagène.

Conquise en 555 par les troupes de l’empereur Justiniano elle resta sous le pouvoir byzantin jusqu’à 622, année au cours de la quelle les hordes wisigothes de Suintila la dévastèrent. Après la capitulation de la cora de Tudmir (734), la localité passa aux mains des arabes qui lui donnèrent le nom de Qartayannat al Halfa.

Cinq siècles plus tard, en 1245, elle fut conquise par le prince Alfonso de Castille, futur roi Alfonso X le Sage.

Pendant l’Age Moderne, sous le gouvernement de la Maison d’Autriche, Carthagène, avec Malaga, furent les seuls ports de la Méditerranée autorisés à mener des opérations commerciales avec les Indes Orientales (l’Amérique) Plus tard, en 1726, sous Carlos III, la ville fut élue capitale du Département Maritime de la Méditerranée; on y construisit alors des fortifications impressionnantes et un arsenal pour la flotte de guerre. Grâce à ce coup de pouce économique, la population de la ville se vit multipliée par cinq en quelques années.

Le 12 juillet 1873, le jeune étudiant en médecine Manuel Carceles proclama le «Canton de Carthagène» obtenant  le soulèvement des marins de la garnison qui s’unirent à sa proposition de sécession d’avec l’Espagne. Les troupes du gouvernement de Madrid bombardèrent la ville jusqu’à sa reddition le 11 janvier 1874.

Pendant le dernier tiers du XIXe siècle, la chaîne de montagnes minière de Cartagena-La Union, facilita le développement économique de la ville. Ce fut le moment de la construction de bon nombre d’édifices modernistes et éclectiques que nous pouvons encore admirer.

Image anciènne du Port de Carthagène

La Carthagène actuelle est toujours l’une des villes principales de la province de Murcie, qui s’oriente vers le secteur “services”, principalement le commerce et le tourisme. Sa situation en fait une des localités particulièrement privilégiées de la chaude côte murcienne.

Au cours de la Guerre Civile, Carthagène, base des opérations de la flotte républicaine  fut donc durement bombardée par les troupes franquistes. Cette base navale fut témoin d’un coup de main des plus spectaculaires de l’étape finale de la guerre. La nuit du 4 mars 1939, quelques militaires républicains sympathisant avec les franquistes se soulevèrent contre leurs supérieurs, prirent les fortifications de la ville et visèrent de leurs canons la flotte de la République, qui dut sortir rapidement du port pour éviter d’y être bombardée, allant au port de Bizerte où elle resta.

La visite de Carthagène suppose se plonger dans tout un mélange de cultures qui ont laissé leurs traces dans le riche patrimoine architectonique qui peuple la vieille ville: nous passons des romains aux baroques, néo-classiques, éclectiques et modernistes, sans oublier les interventions actuelles de l’architecte prestigieux Rafael Moneo au Musée Théâtre Romain de la Ville.

Son port est le principal élément  qui a marqué toute l’histoire de la ville de Carthagène et c’est par où nous commencerons notre visite, que nous centrerons surtout sur son centre historique. Le port a récemment été rénové selon un ambitieux projet urbanistique. C’est un lieu idéal pour une promenade permettant d’admirer cette baie magnifique avec de nombreux éléments défensifs, enserrée entre de hautes montagnes  et la mer.

Dans la partie correspondant au port de loisirs, nous trouverons l’un des objets les plus chers aux cœurs des habitants: le premier sous marin du carthaginois Isaac Peral, mis à la mer en 1888, le prototype du sous marin moderne. Nous pouvons aussi prendre sur les quais un bateau touristique pour faire une balade sur les eaux de la Méditerranée

Il faut aussi voir à Carthagène la Muraille de la Mer, ou de Carlos II, construite quand la ville devint la Capitale du Département Maritime de la Méditerranée au XVIIIe. En la suivant vers l’ouest nous arrivons au Monument aux Héros de Cavite (1923), un ensemble sculptural de grand dramatisme. La place de la Mairie est dominée par le Palais du Consistoire, l’un des principaux édifices modernistes de la ville, construit par Tomas Rico aux débuts du XXe. C’est un édifice triangulaire à la façade de marbre blanc et aux coupoles de zinc. Un grand escalier impérial dessert les dépendances  municipales intérieures : grand salon, bureau du maire…

Face à la Mairie, se dresse le Palais Pascual de Riquelme (XIXe) qui fait partie du Musée du Théâtre Romain, une intervention architectonique de Rafael Moneo. Le musée, inauguré en 2008, présente divers aspects du théâtre: les fouilles, sa récupération. L’édifice est relié au gisement du théâtre. L’un des plus grands d’Espagne, construit à la fin du Ier siècle et découvert par hasard en 1988. À eux deux ils forment  le monument et l’espace de musée les plus visités de la région de Murcie.

À la droite du théâtre restent les ruines de la Cathédrale de Santa Maria (fin du XIIIe), détruite au cours de la Guerre Civile. Derrière la scène, sont encore les restes de la Muraille Bysantine (qui de fait est un mur romain): un pan de mur droit et une tour semi-circulaire, faits de pierres de grès. Toute proche, une villa romaine aux sols décorés. D’autres vestiges de muraille (puniques cette fois) sont aux alentours de la place Basterreche, au nord est de la ville historique, là aussi se trouve le Centre d’Interprétation de ce gisement qui date du III av.J.C.

Depuis la place de la Mairie, nous pouvons prendre la rue Mayor (piétonnière) ornée de nombreuses façades modernistes, entre elles: la Casa Cervantes sur un design de l’architecte Victor Beltri, avec ses balcons et ses fers de forge modernistes, et un beau fronton décoré d’allégories du commerce, des mines et de l’industrie. À son côté, le Casino, qui du XVIII, fut restauré en 1897 par Beltri, au gout moderniste, rajoutant à la façade bas reliefs et balcons de forge artistiques.

Place de la Mairie

La Rue Mayor termine sur la place de San Sebastian, où se dressent la Capitania General (XVIIIe) à la façade néo-classique, et le Gran Hotel, l’édifice le plus représentatif du modernisme à Murcie. À côté, les restes de la Decumano Maximo, l’antique chaussée romaine reliant le port au forum.

Traversés les jardins de la place San Francisco on arrive à l’Augustum, rue Caballero:  les restes de l’ancien Forum constitués de deux édifications romaines des I et IIe siècles où sont exposés des pièces, des monnaies et autres outils de l’époque de Auguste. Tout à côté, la Casa de la Fortuna (Ier av.J.C.) autre construction romaine avec une décoration de peintures et mosaïques aux belles couleurs.

En prenant la rue Gisbert, nous arrivons à l’amphithéâtre romain et à l’ascenseur qui mène au parc Torres avec les restes du Château de la Concepcion, construit sous les arabes, reconstruit sous Enrique III de Castille (XIVe). Il nous en reste le Donjon, utilisé actuellement comme Centre d’Interprétation de l’Histoire de Cartagène. De l’Amphithéâtre, (Iers.av.J.C.) vous ne pourrez voir que quelques restes depuis l’ascenseur, qui prouvent qu’il devait être très grand. Il ne nous en reste qu’un grand morceau de cimentation du mur extérieur et quelques murs rayonnants, qui devaient compléter l’offre ludique de la Carthago Nova Romana. Vous pouvez aussi visiter à proximité le Refuge-Musée de la Guerre Civile: une série de galeries utilisées pour se protéger des raids aériens.

Quant à l’architecture deffensive, bien que à quelque distance du centre historique, les bastions, fortins et batteries sont impressionnantes, mais nous signalerons la Batterie de Castillitos, déclarée Bien d’Intérêt Culturel, située au Cap Tiñoso, sur la côte de la municipalité de Carthagène, dans un site abrupte dominé par des falaises et des monts escarpés, à 250 mètres au dessus de la mer. Le Ministère de la Défense en est le propriétaire et l’a laissé  sans utilité et à l’abandon.

L’offre culturelle de Carthagène est aussi très importante: elle accueille de nombreux musées, entre autres le Musée Ethnologique del Campo de Cartagena, où vous pourrez voir des machines, véhicules, vêtements… Qu’utilisaient nos ancêtres. Le Musée Régional d’Art Moderne MURAM, installé dans la somptueuse Casa Aguirre, de l’architecte Victor Beltri, par le quel passèrent, par exemple, une grande variété de sculptures de l’époque du français Auguste Rodin; le Musée Historique Militaire, où l’on peut revoir l’Histoire de l’Espagne, et où est expliquée l’origine de l’artillerie et des divers corps militaires. Et aussi le Museo Nacional de Arqueología Subacuática, sur un projet de Guillermo Vazquez-Consuegra, inauguré à la fin de 2008, pour faire connaître aux visiteurs le Patrimoine Culturel sous marin espagnol. Parmi les pièces exhibées, se remarquent la collection d’amphores phéniciennes, puniques et romaines, ainsi que la récréation d’un navire phénicien, trouvé à Mazarron, la plage de l’île.

Vous devez voir...

Museo Naval de Cartagena
Muralla del Mar

Informations pratiques

Coordonnées

37° 35′ 56″ N, 0° 59′ 9″ W

Distances

Murcia 48 km, Alicante 104 km, Almería 185 km, Valencia 265 km, Madrid 450 km

Lieux proches

Comentarios Facebook

About the author

Simple Share Buttons
Simple Share Buttons

Utilizamos cookies de terceros para mejorar la usabilidad para dispositivo de usuario. Si usted continua navegando, consideramos que acepta su uso. Puede cambiar la configuración y obtener más información

Los ajustes de cookies de esta web están configurados para "permitir cookies" y así ofrecerte la mejor experiencia de navegación posible. Si sigues utilizando esta web sin cambiar tus ajustes de cookies o haces clic en "Aceptar" estarás dando tu consentimiento a esto.

Cerrar