Pontevedra

“ A Pontis Veteris” du Moyen Âge

Près de l’estuaire de la rivière Lérez, Pontevedra est la capitale de la province homonyme. Le nom lui vient de son « vieux pont » au fond de la ría. C’est une petite ville particulièrement bien conservée, idéale pour y passer quelques jours en combinant histoire, culture, gastronomie, achat d’artisanat et…plages.

Planifiez votre escapade à Pontevedra

Pour visiter Pontevedra il vous faudra bien un week-end complet; Bien qu’il s’agisse d’une petite ville, elle regorge d’attraits que nous résumons dans notre section À voir. Pour les amateurs de vin de raisin Albariño, il existe des dizaines de caves de l’appellation d’ origine Rias Baixas  dans les environs de la ville, ainsi que de nombreux endroits où manger les produits de la région à des prix raisonnables. A proximité se trouve également l’île de la Toja avec ses stations thermales, ainsi que plusieurs sites  très intéressants, en paysages, monuments et histoire, tels que CombarroO’Grove et Cambados . Nos pages Dormir et manger à Pontevedra  vous expliqueront ce que les habitants mangent et où vous pouvez  trouver  le style de la région.

Voulez-vous connaître ce site?

Planifiez votre escapade à Pontevedra

Pendant la Renaissance,  se répandit une légende selon la quelle Pontevedra aurait été fondée par Teucer, l’un des héros grecs de la conquête de Troie, qui  l’aurait nommée Belenes, avant de retournes  en Grèce. Pour cette raison, un poème en latin est inscrit sur la façade de la mairie,  disant :

« Le brave Teucro vous a fondé / aux borde de cette rivière / pour  qu’en Espagne vous soyez / un village merveilleux, / du Cebedeo l’épée / couronne  votre noblesse; / un château, un pont et la mer, / sont le sceau de votre noblesse.  »

Tout au long de son histoire Pontevedra,  a été reliée au passage de l’estuaire. Les Romains l’appelaient Ad Duos Pontes et au Moyen Âge, elle était connue sous le nom de Pontis Veteris (Vieux pont),  nom qui a survécu jusqu’à ce jour. Pour réactiver son économie, en 1452, elle fut déclarée « Port de Galice » et, en 1467, elle  obtint la concession d’organiser une foire libre d’impôt, qui durait 30 jours sur la Plaza de la Herrería. De ses chantiers navals sortit la caravelle colombienne de la Santa Maria, surnommée « La Gallega ». La guilde des mariniers (pêcheurs)  rassembla assez de richesse pour être le  principal financier de la construction de la grande église de Santa María La Mayor. Mais les activités industrielles et commerciales furent fortement réduites à la fin du siècle en raison de la perte de tirant d’eau de la rivière Lérez. Au XVIIe siècle, Vigo l’avait déjà remplacée comme port principal.

Plaza de las Verduras

En juin 1809, aprés leur défaite lors de la bataille du pont de Sampaio, les troupes napoléoniennes du général Ney se retirèrent à Pontevedra mettant la ville à sac. Pendant le XIXe, Pontevedra deviendra la capitale de la province de même nom, abattant ses murailles quelques années plus tard pour une libre expansion urbanistique. Le 6 décembre 1931, Castelao et Boveda avec d’autres dirigeants du parti 2galeguiste » de Pontevedra, fondé  en juin de cette même année, convoquèrent  en assemblée tous les nationalistes pour former un Parti Galeguista Unifié.

Patiemment construite au fil des siècles, Pontevedra conserve l’une des plus importantes et élégantes vieilles villes de Galice, déclarée  Ensemble Historique en 1951 qui est  composé d’une ville fortifiée de rues pavées dont les jolies petites places  portent les noms des guildes, certaines d’entre elles sont à arcades. Parsemé de constructions cultes et populaires ce quartier est totalement piétonnier. En son centre, sur la Plaza de España, s’élève l’Hôtel de Ville, un bâtiment éclectique du XIXe siècle.

On peut commencer l’itinéraire monumental depuis l’Alameda, en face de l’Hôtel de Ville, un des parcs publics les plus connus, qui occupe l’ancien potager du couvent de Santo Domingo. Dans la zone se trouvent  plusieurs organismes officiels et monuments, comme celui aux héros de Ponte Sampaio, qui rappelle la victoire sur les troupes de Napoléon en 1808. Là, vous pouvez également voir les ruines du couvent gothique de Santo Domingo, fondée en 1281, dont seulement une partie du chevet est conservée, l’église héberge quelques pièces archéologiques étant l’un des départements du Musée provincial, ainsi qu’ une partie du travail néo-classique, réalisé selon les plans de Álvarez Reguera.

Un autre point à voir dans le vieux Pontevedra est le Sanctuaire de la  Peregrina (XVIIIe),  tout un symbole pour la ville de Pontevedra. Le temple, conçu par les architectes Antonio Souto et Bernardo José de Mier, a un plan en forme de coquille Saint-Jacques. Une fontaine  puis un escalier mènent à un atrium et à une façade convexe  entre deux tours jumelles, où se mélangent le baroque avec le style néoclassique , le tout  est présidée par l’image de la Vierge de la  Peregrine (19ème siècle) ), patronne de la ville et de la province de Pontevedra. Dans le petit espace intérieur  on remarque le grand retable, néoclassique, fait en 1789 par Melchor de Prado.

En face de cette église est la célèbre Plaza de la Ferrería, avec ses arcades, qui est devenue l’image la plus typique de la ville. L’église de San Francisco (14ème-15ème siècle),sur uncôté de cette place, a une façade simple avec une tour et une rosace, qui éclaire l’intérieur de la longue nef; le plan du bâtiment comporte un transept et un chevet à triple  absides polygonales. A l’intérieur, on peut citer le sépulcre de l’Amiral et poète Payo Gómez Chamiro, du 13ème siècle. Très près, dans les jardins de Castro Sampedro qui séparent le monument de la place, se trouve la Fuente de la Ferrería, de style Renaissance.

Parmi les autres petites places de Pontevedra, il est bon de se promener  tout autour de la Plaza de las Cinco Rúas, où l’on peut voir le manoir du XIXe où l’écrivain Ramón María del Valle-Inclán a vécu pendant ses études secondaires et publia son premier livre, la collection d’histoires de sujet amoureux Femeninas (1894).  C’est à cette époque,  que l’écrivain commença à porter ses vêtements caractéristiques: manteau, chapeau et sa très longue barbe. La maison, propriété privée, ne peut  être visitée.

Dans la rue de Sor Lucia se trouve le Sanctuaire des Apparitions, sans intérêt architectural mais qui a reçu plus de 12 millions de visiteurs parce que Sœur Lucie, l’une des fillettes visionnaires de Fatima, y eut une vision le 10 décembre 1925. Très proche, dans la rue parallèle, est le Pazo del barón de la Casa Goda, avec des jardins et une façade néoclassique, maintenant  Parador de Tourisme.

Basílica de Santa María

Un autre édifice religieux qui attire l’attention à Pontevedra est l’église de San Bartolomé, une église jésuite baroque construite entre 1696-1714 qui abrite une collection extraordinaire de retables et de sculptures attribués à de grands artistes tels que Pedro de Mena et Gregorio Fernández entre autres. Contigu est  l’Édifice Sarmiento, siège du Collège de la Compagnie de Jésus jusqu’à leur expulsion en 1767, qui est actuellement l’un des sièges du Musée de Pontevedra. Le Musée Provincial de Pontevedra fut fondé en 1927 et installé dans plusieurs édifices, en particulier dans certains pazos (palais de courtisans) construits dans le dernier tiers du XVIIIe siècle sur la Plaza de la Leña, exemples clairs de l’architecture urbaine galicienne. Ses collections sont riches en art médiéval et en peintures espagnoles et européennes des XVIe et XVIIIe siècles, ainsi que des œuvres d’artistes galiciens et d’art populaire de Galice.

Le  Théâtre Principal, construit en 1878 sur l’ancienne église de San Bartolomé, faisant partie de l’ensemble original du Liceo-Casino propose une programmation importante. Il fut reconstruit en 1997 après un incendie.

Parmi les ponts qui traversent la rivière Lérez, le plus important est le pont El Burgo, du XIIe siècle, bien que très modifié. Il fait partie du Chemin de Compostelle et la dite Paz de Lérez y fut signée entre le roi Ferdinand II de León et le Portugais Alfonso I.

En suivant la route le long des rives de la Lérez  on arrive à l’île de Xunqueira, espace naturel protégé accessible par divers ponts et passerelles et connu comme l’île des Sculptures  car elle accueille douze

sculptures d’artistes internationaux réalisées en 1999  en granit. Œuvres qui dialoguent avec le paysage, avec l’histoire de la pierre et de la sculpture, avec la tradition du lieu et, surtout, avec l’essence des êtres humains et leur relation avec l’environnement naturel. L’île a été déclarée site d’importance communautaire (SCI) et fait partie du Réseau Nature 2000.

Essentiels

Ayuntamiento
Convento de San Francisco

Informations pratiques

Coordonnées

42° 26′ 1″ N, 8° 38′ 51″ W

Distances

Vigo 29 km, Santiago de Compostela 63 km, Madrid 614 km

Stationnement

Praza de España, Alameda, Ríos de Montero, Mercado de Abastos, Barcelos et Central. De l’autre côté de la rivière à côté de Pazo da Cultura.

Altitude

20 m

Habitants

82 400 (2011)

Je vote pour le patron San Sebastián (20 janvier, pour avoir débarrassé la ville de la peste), la Semaine Sainte, le Corpus, les grandes fêtes de la patronne Virgen Peregrina (mi-août), San Benitiño de Lérez (11 juillet) et 21 mars, pour traiter les plaies et les verrues)

Festa dos Maios (1er mai)

Magasins d’antiquités (Jaime Trigo), Artisanat galicien (Art in Forxa ou Agasallo)

Comentarios Facebook

About the author

Simple Share Buttons
Simple Share Buttons

Utilizamos cookies de terceros para mejorar la usabilidad para dispositivo de usuario. Si usted continua navegando, consideramos que acepta su uso. Puede cambiar la configuración y obtener más información

Los ajustes de cookies de esta web están configurados para "permitir cookies" y así ofrecerte la mejor experiencia de navegación posible. Si sigues utilizando esta web sin cambiar tus ajustes de cookies o haces clic en "Aceptar" estarás dando tu consentimiento a esto.

Cerrar