Verín

Monterrei dans les hauteurs et Verin dans la plaine

Sur les rives de la rivière Támega, cette ville riche d’ histoire conserve le plus grand ensemble fortifié de Galice. Mais ce qui attire le plus ce sont ses célèbres stations balnéaires.

Planifiez votre escapade à Verin

En plus de ses formidables stations balnéaires, Verin vous offre bien d’autres choses. La visite de son centre historique et du centre d’interprétation qui permet de comprendre son  importante histoire peut se faire en une journée. Plusieurs jours peuvent être consacrés à jouir des eaux ou recevoir des traitements dans les stations thermales de Cabreiroá, Fontenova ou Sousas, les amoureux de la nature peuvent monter par l’OU 114 et passer une journée dans le magnifique parc naturel do Invernadeiro;  Nous vous conseillons de réserver à l’avance car l’accès est limité à 30 personnes par jour. Une autre option pour le reste du voyage est de prendre l’autoroute vers le nordjusqu’à la ville médiévale d’Allariz. Et si vous faites le chemin de Saint-Jacques en suivant la Vía de la Plata, il y a une variante pour traverser cette magnifique ville.  Voici notre lien pour les pages de Dormir et manger à Verín  pour faire vos réservations

Voulez-vous connaître ce site?

Plaza de la Merced

Tout au long du Moyen Age, la population agricole de Verín a connu une existence relativement calme, interrompue par les conflits guerriers des gouvernants successifs de Monterrei, par les révoltes Irmandiñas, ainsi que par les querelles frontalières entre l’Espagne et le Portugal. En l’an 1506, Philippe le Bel  et le cardinal Cisneros se réunirent à Verin. En mars 1809, pendant la guerre d’Indépendance, le maréchal Soult prend la forteresse qui devient le dernier de ses scénarios de guerre. Avec le déclin de Monterrei, déjà entré dans l’âge moderne, la ville  commença à prospérer et à gagner la primauté en raison de la puissance de ses corporations, du commerce et de l’artisanat local, conservant un certain rôle sa noblesse jusque bien entré le XXe siècle.

Verín est une ville célèbre pour ses vins, son carnaval, son passé historique et son emplacement stratégique; mais aussi  et surtout pour ses eaux, étant l’endroit avec la plus haute densité hydrothérapeutique de Galice. Les stations thermales de Fontenova, Cabreiroá et Sousas sont ses principales attractions touristiques. Sûrement l’une d’entre elles fut la protagoniste de la légende suivante: quand les Français  envahirent la Galice  lors de la Guerre d’Indépendance, le cheval du Capitaine tomba malade, et fut  abandonné. Mais sur le chemin du retour en France, on le retrouva complètement guéri. Apparemment il avait bu de l’une des sources de la ville et mangé l’herbe irriguée par cette eau.

La Source la plus célèbre de la ville est celle de Cabreiroá,  à 1,5 kilomètre, dont l’eau est commercialisée dans tout le pays. Le détour mérite d’être fait pour la zone naturelle qui l’entoure, avec environ 72 000 m2 de jardins et de forêts, ainsi que la visite de Templete de los Agüistas (Temple des curistes), un bâtiment couvert de carreaux de céramique construit en 1907 de forme octogonale, avec au centre  une énorme bulle pleine d’eau avec un petit robinet du quel on peut boire librement.

À deux kilomètres de la ville se dresse le château de Monterrei, enclave stratégique au Moyen Age, qui est non seulement un château, mais une forteresse entourée d’une triple muraille contenant plusieurs bâtiments. De l’Hôpital des pèlerins, fondé par D. Gaspar de Zuniga, ne reste que le portail, en ogive évasée avec quatre archivoltes. Sur le tympan, Jésus-Christ parmi les figures Tétramorphes, et sur la clef de  voute, un ange la tête en bas. L’arc est flanqué des figures de l’Annonciation. L’église de Santa Maria de Gracia est une église gothique (XIV siècles-XV) toit en bois, nef unique  et abside rectangulaire avec voûte en ogives. Signalons un retable de pierre avec le Sauveur et douze reliefs de la Passion. De la muraille  ne restent que deux tours: celle des Dames (XIV) et  le Donjon, la plus imposante. Sur la place d’armes est situé le Palais des Comtes, de style Renaissance avec de grandes galeries aux arcs surbaissés. Cette forteresse est également  protagoniste de nombreuses légendes, comme celle de la comtesse infidèle, qui craignant la colère de son mari, se  précipita du haut des murailles dans un puits, dénommé le « Puit Vert ».

Vous devez voir à Verin l’église paroissiale de Santa María la Mayor, construite au début du 17ème siècle, avec une tour  bien plus tardive. A l’intérieur, le Christ des batailles  est attribué à Gregorio Fernández ou à Martínez Montañés,  Voyez  aussi la croix Rococo. L’église et le couvent de La Merced furent donnés aux frères de la miséricorde par le comte de Monterrey. Oeuvre essentiellement du XVIIIe siècle, elle consiste principalement en une tour baroque avec balustrades balcons. L’église du couvent a une façade très simple, avec une tour carrée surmontée d’un dôme et à l’intérieur il y a un retable baroque réalisé par Francisco Moure.

Vista general del Castillo

De l’autre côté du pont sur le Támega se trouve la Maison de l’écusson ou  de l’Assistant qui fut construite pour l’assistant du comte de Monterrey, d’où le nom. Le plus caractéristique de ce bâtiment est l’écusson d’armoiries de grandes dimensions que l’on peut voir sur la façade. A l’intérieur, se trouvent deux grandes salles d’exposition temporaires, avec le bureau d’information touristique et l’auberge du Chemin de Saint Jacques.

Pour  mieux connaître et l’histoire et la culture de cette belle ville, il est utile de visiter le Centre d’interprétation de Verín, où vous pourrez découvrir toutes les facettes de la ville avec des photographies et des films. Le musée est divisé par secteurs qui sont consacrés au patrimoine historique, aux eaux minérales et médicinales, aux balnéaires et aux sources, ainsi qu’au vin, au carnaval, à la gastronomie et aux espaces naturels.

Non loin deVerin, vers Laza, est l’église de Santa Maria de Mixós,  sur plan  de basilique avec trois absides,  à l’intérieur il y a deux autels et des peintures des XIIe et XIVe siècles; et le sanctuaire des Remedios, commencé en 1541, mais dont la façade ne sera terminée qu’au XXe siècle abrite un triptyque de la Nativité, digne représentant de l’art populaire typique de la région, et plusieurs peintures du XVIIIe siècle.

Il y a de nombreuses  fêtes à Verín : religieuses et patronales, comme celles de Santa María la Mayor (en décembre), les Remedios et les Dolores (en septembre); comme les gastronomiques ou traditionnelles avec celles de l’Entroido (carnaval)

Essentiels

Iglesia de San Lázaro
Torre de las Damas del castillo

Informations pratiques

Coordonnées

41° 56′ 27″ N, 7° 26′ 9″ W

Distances

Ourense 73 km, Lugo 166 km, Vigo 163 km, Saint Jacques de Compostelle 173 km, Madrid 428 km

Stationnement

Pas de problèmes dans les environs

Altitude

373 m

Habitants

14 633 (2013)

Fêtes patronales en l’honneur de Santa María A Maior (deuxième week-end d’août), Nuestra Señora de los Remedios (8 septembre), Virgen de los Dolores (15 septembre)

Festival du chorizo de Abedes (17 janvier), Veronica entroido (carnaval très ancré dans la région d’Ourense), Los Maios (festival ancestral du premier dimanche de mai), Wine Fair (coïncide avec les festivités estivales et les bouillons sont exaltés de Monterrei)

Aguas de Sousa, Agua de Fontenova

Comentarios Facebook

About the author

Simple Share Buttons
Simple Share Buttons

Utilizamos cookies de terceros para mejorar la usabilidad para dispositivo de usuario. Si usted continua navegando, consideramos que acepta su uso. Puede cambiar la configuración y obtener más información

Los ajustes de cookies de esta web están configurados para "permitir cookies" y así ofrecerte la mejor experiencia de navegación posible. Si sigues utilizando esta web sin cambiar tus ajustes de cookies o haces clic en "Aceptar" estarás dando tu consentimiento a esto.

Cerrar