O Carballiño

La foire qui devint ville

La seule et unique petite ville de Galice qui n’ait pas une origine romaine ou médiévale s’est développée dals l’âge moderne grâce à ses foires, ses eaux, le travail de ses gens. Sa qualité de vie généra un dit-on «  Viande, pain et vin : O Carballiñe »

Planifiez votre escapade à O Carballiño

Ceux qui vont à  O Carballiño savent que les délices gastronomiques sont le centre de l’escapade. Un attrait de plus à la visite d’une journée à peu près, est la proximité du Monastère de Oseira, connu comme l’Escorial Galicien par son aspect monumental. Cette escapade peut se compléter avec une promenade dans les montagnes de la Peña de Veidosa. La réputation de la cuisine locale et son importance comme centre commercial font que l’offre hôtelière soit importnte quant à la table, mais plus réduite quant au logement. Voici le lien pour notre page Dormir et  manger à O Carballiño

Voulez-vous connaître ce site?

Son nom peut provenir d’une appellation affectueuse dont en Galice on utilise le diminutif. Ainsi, O Carballiño, pourrait indiquer un terme affectif pour ce lieu peuplé de carballos (chênes). Dans diverses périodes historiques, le nom a été castillanisé à tort étant remplacé par Carballino, un mot qui n’a aucun sens  car le diminutif castillan serait chêne, tout court. Comme village,  il n’est apparu que fort tard, dans le premier tiers du dix-septième siècle, à la suite d’ une foire agricole et d’élevage qui devenait de plus en plus important au milieu du dix-huitième siècle.  Il faisait partie de la paroisse de Partovia qui, à son tour, dépendait du monastère d’Oseira (XIIe siècle), l’une des abbayes les plus puissantes de la fin du Moyen Age. Sa condition de carrefour, point de passage naturel entre les Rías Baixas et l’intérieur méridional de la Galice, et entre O Ribeiro et le nord du Portugal avec Compostelle, a marqué à la fois l’origine de la foire, sa consolidation et son développement. Tout au long de l’histoire d’O Carballiño, les participants de ces foires s’ installèrent dans la cité et, au début du XIXe siècle, les vertus curatives des sources chaudes  attirèrent  malades et touristes.

Calle de Mosquera

En 1901, une relique importante (un fragment de la Croix du Christ, la Vraie Croix) est parvenue à Carballiño depuis la Terre Sainte comme  cadeau du patriarche de Jérusalem Ludovico Piave. Cette relique fut portée sur sa poitrine par le pape Pie IX lors de ses derniers mois de vie. C’est pourquoi l’église d’ O Carballiño qui l’abrite  est nommé le Temple de la Vraie Croix, œuvre de l’architecte Antonio Palacios

Si la ville est née et a grandi à l’ombre de la foire, le tourisme l’a fait à l’abri de ses eaux thermales, ce qui a donné vie à trois stations balnéaires. De la région de O Carballiño et la vallée formée par la rivière, la première est la station d’Arenteiro ou Gran Balneaire, qui  ouvrit ses portes en 1816 et dont les eaux sont les meilleures de toute la Galice pour le système digestif. En plus du parc de la station même  toute une masse boisée dominée par des chênes centenaires et des hêtres  mène jusqu’à la Praia do Areal (Plage de Areal), avec de nombreuses rivières  qui en font un endroit de détente idéal. Le parc ethnographique de Arenteiro est également dans le coin, avec des moulins transformés en musées, restaurants et un camping sur le chemin. De la plage, vous pouvez également accéder à la Peña de los Enamorados, un ensemble de grandes roches de granit, qui semble avoir été un monument magique-religieux  néolithique. De nos jours, c’est l’un des coins les plus pittoresques de O Carballiño, avec un charme romantique qui en a fait le protagoniste de nombreuses légendes liées à des trésors et à des amours plus ou moins heureux.

Le Balneario Caldas de Partovia (appelé «Puerto de la Vida», Parto-via) possède une histoire plus ancienne, qui peut remonter à l’époque romaine, étant situé au point de départ d’une Voie. Depuis le Moyen Age  il appartenait aux moines du monastère d’Oseira, qui l’obtinrent en 1162 après l’avoir échangé contre des terrains qu’ils possédaient à Toro (Zamora). Le bâtiment qui abrite les installations est considéré comme le plus ancien en Galice et ses eaux, qui jaillissent de trois sources à des températuresdifférentes, sont particulièrement indiquées pour les processus rhumatismaux et pour les affections respiratoires et oto-rhino-laryngologiques.

Templo de la Veracruz

Si la ville est née et a grandi à l’ombre de la foire, le tourisme l’a fait à l’abri de ses eaux thermales, ce qui a donné vie à trois stations balnéaires. De la région de O Carballiño et la vallée formée par la rivière, la première est la station d’Arenteiro ou Gran Balneaire, qui  ouvrit ses portes en 1816 et dont les eaux sont les meilleures de toute la Galice pour le système digestif. En plus du parc de la station même  toute une masse boisée dominée par des chênes centenaires et des hêtres  mène jusqu’à la Praia do Areal (Plage de Areal), avec de nombreuses rivières  qui en font un endroit de détente idéal. Le parc ethnographique de Arenteiro est également dans le coin, avec des moulins transformés en musées, restaurants et un camping sur le chemin. De la plage, vous pouvez également accéder à la Peña de los Enamorados, un ensemble de grandes roches de granit, qui semble avoir été un monument magique-religieux  néolithique. De nos jours, c’est l’un des coins les plus pittoresques de O Carballiño, avec un charme romantique qui en a fait le protagoniste de nombreuses légendes liées à des trésors et à des amours plus ou moins heureux.

Le Balneario Caldas de Partovia (appelé «Puerto de la Vida», Parto-via) possède une histoire plus ancienne, qui peut remonter à l’époque romaine, étant situé au point de départ d’une Voie. Depuis le Moyen Age  il appartenait aux moines du monastère d’Oseira, qui l’obtinrent en 1162 après l’avoir échangé contre des terrains qu’ils possédaient à Toro (Zamora). Le bâtiment qui abrite les installations est considéré comme le plus ancien en Galice et ses eaux, qui jaillissent de trois sources à des températures

différentes, sont particulièrement indiquées pour les processus rhumatismaux et pour les affections respiratoires et oto-rhino-laryngologiques.

Totalement construit  avec des matériaux de la région,dont le granit et l’ardoise, le Temple de la Veracruz (1943-52) représente l’oeuvre la plus grandiose et la plus caractéristique de la ville, selon une conception d’Antonio Palacios. Le style, dans son ensemble, est difficile à définir, puisqu’il s’agit d’un amalgame de formes architecturales  et sculpturales très diverses. L’extérieur montre une grande tour, avec de nombreuses rosaces et des fenêtres en treillis. A l’intérieur, la magie s’articule avec, sous un dôme, un rond-point entouré d’absidioles.  On y trouve des influences et des traces de formes architecturales  de pazos, de monastères, de cathédrales, d’églises, de châteaux … La Veracruz est tout un symbole expressionniste de l’époque.

Un autre édifice avec sa propre histoire à voir à O Carballiño pour en apprécier l’extérieur est le Pazo de Banga, qui appartenait au Quiroga, et où Emilia Pardo Bazán a vécu pendant un certain temps, après avoir épousé l’un des membres de cette famille. L’écrivain l’a utilisé comme cadre pour le roman El Cisne de Vilamorta,(Le cygne de Vilamorta) en l’appelant « Balcón do Ribeiro ».

O Carballiño est très visité en été à la fois pour sa célèbre ville thermale et pour ses fêtes gastronomiques, La Grande et populaire « Festa do Pulpo » a été déclarée d’Intérêt Touristique National (2ème dimanche d’août). Signalons aussi la « Festa da Cahucha » qui est célébrée le dimanche de carnaval.

Les environs ont également une grande valeur écologique et paysagère, avec des échantillons abondants de forêts autochtones. Au sud de la municipalité, il est également possible de contempler la culture  en terrasses de ses vignobles, qui produisent les vins si appréciés de Ribeiro.

Essentiels

Muiño Das Lousas
Gran Balneario Carballiño

DONNÉES PRATIQUES

Coordonnées

42° 25’ 50’’ N, 8° 4’ 45’’ W

Distances

Jaén 104 km, Sevilla 129 km, Málaga 162 km, Madrid 400 km

Stationnement

Facilement dans la villa et ses environs

Altitude

397 m

Habitants

14 355 (2013)

San Cibrao (mi-septembre)

Festival Octopus (2ème dimanche d’août), Festa da Cachucha (tête de cochon, Carnaval lundi), Festival du nouveau vin (fin novembre)

Trebellos (artisanat galicien)

Autres destinations à proximité

Comentarios Facebook

About the author

Simple Share Buttons
Simple Share Buttons

Utilizamos cookies de terceros para mejorar la usabilidad para dispositivo de usuario. Si usted continua navegando, consideramos que acepta su uso. Puede cambiar la configuración y obtener más información

Los ajustes de cookies de esta web están configurados para "permitir cookies" y así ofrecerte la mejor experiencia de navegación posible. Si sigues utilizando esta web sin cambiar tus ajustes de cookies o haces clic en "Aceptar" estarás dando tu consentimiento a esto.

Cerrar