Lugo

La ville aux murailles romaines

Lugo est la plus ancienne ville de Galice. Ses murailles romaines sont les seules au monde qui se sont conservées intactes sur tout leur périmètre. C’est pourquoi elles furent déclarées Patrimoine de l’Humanité.

Planifiez votre escapade à Lugo

Visiter la ville de Lugo peut vous prendre un ou deux jours selon votre intérêt pour les détails, et le nombre de restaurants excellents où vous désirez vous arrêter. Pour les passionnés de Nature et de lieux feu fréquentés, qu’ils prennent l’autovia A6 direction sud vers le parc de la chaîne des Ancares, l’un des plus sauvages d’Espagne. Si c’est l’architecture qui vous intéresse, vous pouvez faire une excursion d’une journée à l’important monastère de Sobrado dos Monxes, prenant alors les routes N540 et N547 pour tourner ensuite vers le nord. Pour connaître la gastronomie locale et pouvoir réserver, voyez notre section Se loger et Manger à Lugo.

Voulez-vous visiter cet endroit?

Le général romain Paulo Fabio Máximo, la fonda l’année 25 a.C. sous le nom de .Lucus Augusti. En 460, les Suèves (une branche des Goths) l’occupèrent et en 714 les musulmans la conquirent. Trente ans plus tard, le roi Alfonso I des Asturies la reprit. La ville était en si mauvais état qu’elle dut être en grande partie reconstruite, et elle devint ainsi une étape de repos sur le Chemin  primitif de Saint Jacques de Compostelle. Elle resta sous la dépendance de la couronne jusqu’à ce-que Alfonso VI la cède à l’évêché en 1088, ce qui déplut profondément à la population (le roi était loin, l’évêque sur place) qui en 1312 attaqua et expulsa l’évêque et ses soldats de la ville. Les vilains étaient menés par l’infant Felipe de Castille et Molina, fils du roi Fernando IV et son représentant dans la ville.

Rue de la Reina

En 1833 elle devint capitale de la province du même nom ce qui supposa pour la ville une croissance en population et en extension, que renforça la construction du chemin de fer en 1875. Le 2 avril 1846, le colonel libéral, progressiste Miguel Solis prit la tête d’un soulèvement de la garnison de Lugo contre le gouvernement modéré du général Narvaez, mais défaits, le colonel et onze de ses partisans seraient fusillés quelques jours plus tard sur le Carral aux alentours de Compostelle.

En plus de sa gastronomie bien variée («Et pour manger, Lugo», dit-on dans la ville), Lugo conserve entre ses trésors d’importants vestiges médiévaux comme sa cathédrale, le vieux bourg, baroques sont les plus beaux édifices de la ville, et sachant la richesse de son patrimoine la Mairie prend grand soin tout au long de l’année de le mettre en valeur dans ses musées (surtout l’archéologie romaine). Le Musée Provincial, installé dans l’ancien convent de San Francisco  qui conserve intactes le réfectoire les cuisines et le cloître,  parmi ses fonds les œuvres d’artistes galiciens des XIXe et XXe siècles.

Presque tous les monuments qu’il faut voir à Lugo, sont groupés au sein des murailles romaines, ce qui fait que dans cette enceinte il n’y a pas de distances. La Muraille du IIIe siècle continue à captiver par sa grandeur: Sur 2.100 m de long se succèdent 71 tours et 10 entrées. La hauteur moyenne est entre 10 et 15 mètres, on peut se promener  sur leur totalité. Des 10 entrées actuelles, il faut signaler la Porte Miña ou du Carmen, crée sous les romains et utilisée par les pèlerins et la porte de Santiago ou du guichet, ouverte aussi par les romains, mais d’usage exclusif des chanoines jusqu’en 1659.

La Porte de Santiago (réformée en 1759) conduit directement à la cathédrale Santa Maria, commencée en 1129 en style roman, forme de croix latine à trois nefs et trois absides, transformée au cours des ans pour devenir cette façade néo classique actuelle. Le portail nord attire l’attention, de style roman avec double arcade trilobée et un front dominé par un christ gothique en majesté sur un chapiteau suspendu, (considéré comme l’un des chefs d’œuvres de la sculpture romane de Galice). En dedans, la chapelle baroque de la Vierge aux Grands Yeux, fut construite par Fernando de Casas Nova (1670-1750) auteur de la façade de l’Obradoiro de la cathédrale de Saint Jacques.

La Cathédrale

La rue de l’évêque Basulto mène à la typique praza do Campo, qui occupe le site du forum romain et du marché médiéval. La rue Nova laisse de côté l’ex couvent San Francisco (Paroisse de San Pedro de nos jours), dont l’église est un exemple de l’architecture médiévale des frères mendiants. À l’angle se trouve l’entrée du Musée Provincial.

De même dans les murs, nous pourrons voir le couvent des Augustines, ancien ermitage de Dominicains. Son église gothique du XIII fut réformée au XVIIe. Le Centre Culturel de Uxio Novoneyraest  dédié au poète et écrivain de contes pour enfants, et sert de centre d’expositions d’art contemporain. Vous pouvez aussi y voir le grand édifice de la Députation Provinciale (ancien Palais de San Marcos, qui aurait du être un hôpital) l’église de San Froilan (XVIIe), et la Mairie, une œuvre importante du baroque de Galice, avec une façade particulièrement décorée (travail de Lucas Ferro Caaveiro).

Vous devez voir...

Ayuntamiento
Murallas Romanas

Informations pratiques

Coordonnées

43° 1′ 0″ N, 7° 33′ 0″ W

Distances

Santiago de Compostela 112 km, Ourense 94 km, Madrid 500 km

Lieux proches

Comentarios Facebook

About the author

Simple Share Buttons
Simple Share Buttons

Utilizamos cookies de terceros para mejorar la usabilidad para dispositivo de usuario. Si usted continua navegando, consideramos que acepta su uso. Puede cambiar la configuración y obtener más información

Los ajustes de cookies de esta web están configurados para "permitir cookies" y así ofrecerte la mejor experiencia de navegación posible. Si sigues utilizando esta web sin cambiar tus ajustes de cookies o haces clic en "Aceptar" estarás dando tu consentimiento a esto.

Cerrar