Noia

Le port de Compostelle

Noia fut fondé près du port situé à l’embouchure de la rivière Tambre. Sa proximité avec Compostelle en fit au Moyen Âge l’un des villages parmi les plus importants de Galice.

Planifiez votre escapade à Noia

Visiter  la belle et historique Noia peut occuper une journée entière. Pour le lendemain, il y a deux magnifiques espaces naturels dans les environs. Si vous prenez la  jolie route  de la côte AC550  vers le sud, vous arriverez au parc des Dunes de Corrubedo et les lagunes de Carregal et Vixón, en prenant pour le retour l’autoroute de l’intérieur. Une autre possibilité est de se diriger vers le nord le long de la côte, vers  les monts Pindo et Louro, avec la lagune de ce dernier. Pour les deux excursions, les jumelles sont un bon compagnon pour voir les oiseaux. Pour connaître la gastronomie locale et réserver dans la zone voyez notre page  Dormir et manger à Noia.

Voulez-vous connaître ce site?

L’origine du toponyme de Noia n’est pas claire, bien que, selon une légende célèbre, qui est reflétée dans les armoiries de la municipalité, la ville aurait été fondée par Noé, qui l’a nommée Noela, en souvenir de l’épouse de son fils Jafet. Sa condition de port de Compostelle avait l’inconvénient d’attirer l’attention des pirates et des envahisseurs. En 1115, des pirates s’installèrent sur l’île voisine de La Creba et attaquèrent toute la région. Pour empêcher d’autres attaques, le roi Ferdinand II, en 1168, a ordonné que la villa soit déplacée à son site actuel, un peu  au sud de l’original.

Vers 1319, le pape nomma  comme archevêque  de Santiago le français Berenguel de Landoira, mais  le peuple de Compostelle ne le laissa pas entrer dans la ville.. L’archevêque français a dû résider un certain temps à Noia, demandant son aide au chevalier Rui Soga de Lobeira-  alcaide du château de Tapal,- pour soumettre ses adversaires. L’aide des habitants de Noia  fut remerciée par la construction d’une muraille de pierre de six mètres de haut et la construction de l’église de Santa María a Nova; on y créa de même un hôpital  les malades et les pèlerins, et un lazaret – hôpital pour les maladies infectieuses – pour les malades de la lèpre qui seraient venus par la mer. Toutes ces constructions furent cher payées car finalement Rui Soga fut capturé et décapité pour avoir offert de l’aide à Berenguel. Noia continua à subir de violentes attaques, quelques années plus tard par le duc de Lancaster, et au milieu du XIVe siècle,  les Irmandiños rebelles -Fraternies  paysanes brûlèrent le fort Tapal. En 1589 Noia  fut visitée par la « Contra-armada » du pirate anglais Francis Drake, qui  choisit cependant de chercher des objectifs militaires plus accessibles.

Calle de Noia

Avec la découverte de l’Amérique, plusieurs habitants de Noia se lancèrent dans l’aventure, parmi eux Anton Varela qui mousse de Magellan fit son premier tour du monde ; ou encore Basilio Vilariño, pilote qui parcourut la Patagonie et finirait tué par les indigènes.

À l’époque contemporaine, les industriels catalans s’installèrent en Galice avec des fabriques de salaisons ( de sardines surtout). Le marché du tannage des peaux, nécessaires pour la fabrication de chaussures prit son essor , Noia est bien connue dans ce domaine.

Le centre historique de Noia offre bien de belles choses et fut déclaré bien d’intérêt culturel en 1985, c’est l’une des principales attractions de la ville. Depuis n’importe quelle hauteur environnante, vous pouvez voir sa forme compacte, avec un groupe serré de maisons au pied de l’église paroissiale de San Martiño (San Martín) orientée vers la mer. La perspective est comme celle d’une petite Florence galicienne: des toits de tuiles rouges, des cheminées, des tours et des places qui lui donnent un effet d’intimité médiévale. L’ensemble du complexe historique est dominé par la présence de la construction religieuse : L’église de San Martín mentionnée ci-dessus, de style gothique,  elle répète le modèle marin à une seule nef avec d’amples arcs en ogives qui s’appuient sur des contreforts, avec un toit de bois à deux eaux. Elle fut construite par ordre de l’archevêque Lope de Mendoza en 1434. On remarque la beauté de sa façade occidentale monumentale, encadrée par deux tours inachevées, l’une d’elles avec un sommet pyramidal. Son portail est de style Compostelle, décoré avec les douze apôtres,  autant de musiciens, quelques vieillards présidés par le Sauveur, et l’Annonciation avec seize anges. La rosace, entourée d’anges à trompettes, est exécutée avec de fins entrelacs.

Dans cette partie haute de Noia se trouvent aussi les restes de la forteresse de Tapal, où résidaient les archevêques de Compostelle pendant l’été, et les antiques murailles médiévales. Tout près, le Pazo de los Churruchaos, l’un des plus beaux manoirs d’origine gothique de la ville avec une fenêtre ogivale intéressante sur la façade. Parmi les pazos urbains, la Casa da Xouba et le Pazo Dacosta (1399) se distinguent par leur monumentalité,  le dernier avec une façade sobre sur quatre  robustes piliers.

Dans les célèbres jardins et promenades avec des palmiers de Noia, l’Hôtel de Ville Crénelé et le Couvent de San Francisco ont leurs places. L’église du monastère, construite au XVIe, est de style ogival Renaissance et se compose d’une nef sur plan d’une croix latine. Dans son intérieur, vous pouvez voir deux tombes intéressantes sous les arcs surbaissés et, dans la chapelle principale, le retable, qui représente la Vierge, Santa Clara et San Francisco. En contact avec le cloître franciscain se trouve la mairie, construite au milieu du XXe siècle sur le site qui était autrefois un hôpital pour les pèlerins. Sa tour néo-gothique se distingue, avec une grande arche d’accès et des créneaux ornementaux au sommet.

L’un des joyaux patrimoniaux qui distingue cette ville est sa collection exclusive de pierres tombales. Plus de 500 pierres tombales de pierre, d’entre le XIVe et XIXe siècles forment le Musée des pierres tombales de l’église gothique de Santa María A Nova (s. XIV), l’un des principaux centres de l’Europe lithographes. L’église, construite en 1327 par Berenguel de Landoira sur une ancienne église romane à l’extérieur des murs de la ville, a une seule nef, un chevet plat et des murs épais. Au XVIIIe on y ajouta une sacristie, une chapelle et un portail. A l’intérieur, en plus du musée, vous pouvez voir la chapelle des Carneros et une belle pile baptismale. Un autre bâtiment de grande valeur culturelle est le  Coliseo Noela  qui dispose d’un auditorium d’une capacité de 342 personnes.

Dans la partie ancienne aussi se trouve L’ hospital de Adentro (également connu sous le nom Maison  de la Grammaire), l’un des trois hôpitaux médiévaux de la ville( l’hôpital Santo et celui de San Lazaro). Sa façade  est plate avec un arc pointu dans les armoiries de l’archevêque de Compostela Rodrigo de Luna.

Le pont Traba communique les banlieues de San Bernardo et O Couto. Il est construit sur un pont de la vieille route romaine qui parcourait la côte galicienne depuis Braga et se compose de quatre arcs médiévaux avec des piliers solides pour supporter le courant de la rivière.

Iglesia de San Martín

Le moteur économique de Noia  repose sur deux secteurs: le secteur des services et le secteur primaire. Dans le secteur des services, le commerce est fondamental. La ville, de tradition commerciale, était autrefois connue pour la qualité de ses peaux et de ses chaussures. Dans le secteur primaire, l’activité économique par excellence est la pêche aux coquillages. Les principaux fruits de mer capturés dans l’estuaire sont la coque et la palourde.

À Noia on célèbre beaucoup de fêtes, étant les plus populaires celle du saint patron  San Bartolomé et la Feria Caballar de San Marcos. Ces dernières années, la foire médiévale a pris beaucoup de poids et de popularité avec ses marchés et ses représentations dans la partie ancienne de la ville.

Essentiels

Iglesia de Santa María a Nova
Puente Nafonso

Informations pratiques

Coordonnées

42° 47’ 6’’ N, 8° 53’ 16’’ W

Distances

Santiago de Compostela 40 km, A Coruña 113 km, Vigo 100 km, Madrid 633 km

Stationnement

Il se gare facilement autour de la villa

Altitude

10 m

Habitants

14 659 (2013)

San Bartolomé (du 23 au 28 août)

Foire de San Marcos (25 avril), foire médiévale (deuxième week-end de juillet)

Peaux et chaussures

Comentarios Facebook

About the author

Simple Share Buttons
Simple Share Buttons

Utilizamos cookies de terceros para mejorar la usabilidad para dispositivo de usuario. Si usted continua navegando, consideramos que acepta su uso. Puede cambiar la configuración y obtener más información

Los ajustes de cookies de esta web están configurados para "permitir cookies" y así ofrecerte la mejor experiencia de navegación posible. Si sigues utilizando esta web sin cambiar tus ajustes de cookies o haces clic en "Aceptar" estarás dando tu consentimiento a esto.

Cerrar