Camariñas

Écume, rochers et dentelle de filigrane

Camariñas est la petite ville du Cap Villano. Pombiña do Villano la nomma un poète, pombiña ou colombe pour sa blancheur, la blancheur de ses maisons blanchies à la chaux, de l’écume qui fouette le littoral et de ses dentelles célèbres.

Située sur la Costa de la Muerte de la Corogne : Costa da Morte(Côte de la Mort), son littoral turbulent contraste avec le paisible de sa Ria. Pour connaître les plats typiques et savoir où réserver une chambre, voyez notre page Dormir et manger à Camariñas.

Voulez-vous connaître ce site?

l y a des restes de deux collines fortifiées préhistoriques – le Mourin, sur la montagne de Croa, et celui de A punta dos Castro –  ce qui prouve que les conditions extraordinaires de la baie ont attiré les colons depuis les temps  les plus anciens. Il y a aussi les vestiges d’une voie romaine, les romains ont toujours su profitér d’un bon port naturel. Au cours du Moyen Âge, un marin  rapporta à la ville le travail de la dentelle , office que les « palilleiras » de Camariñas ont déloppé depuis lors.

Pendant le règne de Carlos III, on construisit le Fort du Souverain , qui serait assailli en 1809 par les troupes de Bonaparte, en prélude au pillage et au meurtre d’une grande partie de la population.

Camariñas en el siglo XX

La Costa da Morte a gagné son nom au prix de nombreux naufrages et Camariñas est située sur l’un de ses tronçons les plus dangereux. Le 10 novembre 1890, le croiseur de guerre HMS Serpent s’est écrasé à Punta do Boi et seulement trois de ses 175 membres d’équipage survécurent. Tout le village se consacra au sauvetage et à la récupération des cadavres, qui furent enterrés dans le « Cimetière des Anglais ». À la suite de ce drame, un phare avec une tour de 24 mètres de hauteur fut construit, ce fut le premier en Espagne à utiliser l’énergie électrique.

L’attrait principal de Camariñas est sa baie extraordinaire, très bon refuge, même lorsque les conditions météos sont adverses.

Depuis les ruines du Château du Souverain – également appelé Batterie du Soberano, en honneur du roi Carlos III – situé à l’entrée de la baie, vous pouvez contempler des vues magnifiques. Le château se composait d’une enceinte fortifiée avec un bastion et un fossé et l’entrée était située sur un côté. À l’intérieur se trouvait une nef qui servait de poudrière, d’entrepôt et de cantonnement. Il avait été construit avec de grosses pierres de taille en granit dont ne restent que les fondations de nos jours car, n’ayant plus de raison d’être défensives, elles furent réutilisées dans les années 40 pour la construction de la jetée actuelle.

Dans la villa, on écoute le son constant  des bolillos de boj (petits fuseaux de buis) qui nous indique que les femmes (As Palilleras en galicien : celles aux fuseaux)  sont en plein « palillando ». Le métier remonte au seizième siècle, probablement apporté par les marins qui allaient aux les Pays-Bas et dans les  Flandres. Grâce à la création de l’École du fuseau  et au fait que le Centre de promotion de la dentelle a renouvelé le secteur en adaptant les anciennes techniques aux dessins actuels du secteur textile, et grâce à la célébration de la Feira do Encaixe (Foire de la Dentelle en Semaine Sainte), la production en a été améliorée. Comme témoignage de cette activité, le voyageur peut visiter le musée de la dentelle qui recueille la tradition ethnographique et l’innovation dans le secteur, ainsi qu’une exposition qui montre des pièces de dentelle de Camariñas avec d’autres provenant d’autres parties du monde, d’une période allant du XVIIe siècle à nos jours.

Faro de Cabo Villano

Le monument principal de Camariñas est à quelques kilomètres de la ville, sur la côte. C’est le phare de Cabo Villano (1896). Dressé 125 mètres au dessus du niveau de la mer  il est  relié à l’ancienne maison des gardiens, il dispose d’un puissant rayon lumineux pouvant atteindre 55 km. Il fut déclaré d’intérêt national en 1933 pour être sur un endroit rocheux et escarpé et de nos jours  il fait partie du patrimoine naturel, avec le reste de la côte de Camariñas à Camelle, le réseau Natura 2000 Costa da Morte. À l’intérieur, se trouve le Musée du Phare, un centre d’interprétation des naufrages et des signaux maritimes. Sur le chemin du retour, il est bon de s’arrêter au Mirador de Pedrosa, d’où vous pourrez apprécier des vues extraordinaires. A proximité se trouve le Castro de Croa, un exemple des premiers établissements de peuplades de la région. Dans ses ruines,  on voit la forme circulaire et les restes de sa puissante fortification.

Un autre musée qui mérite d’être visité dans la municipalité est le Musée de l’Allemand à Camelle. Manfred Gnädinger était un Allemand qui vint en Galice et resta pour toujours à Camelle, se consacrant pendant plus de 30 ans à sa création, étroitement liée à la nature et proche, par conséquent, des budgets du land art. Selon les habitants, l’Allemand mourut de tristesse avec la tragédie de la nappe de pétrole causée par le pétrolier Prestige, en 2002. Le musée présente une vaste  collection de pierres, cartons, bois, os d’animaux et éléments d’engins de pêche, parfaitement combinés dans des couleurs vives et des formes variées qui recherchent, avec une interprétation écologiste et particulière, la plus grande harmonie entre la mer et les rochers.

 

La mer a toujours été le moyen de subsistance traditionnel et une grande source gastronomique. La pêche et le ramassage de coquillages sont les principales sources de richesse de Camariñas, qui possède un important port de pêche et des restaurants où vous pouvez manger leurs prises fraîchement sorties de la mer.

Essentiels

Costa da Morte
Faro del Cabo Villano

Informations pratiques

Coordonnées

43° 7′ 48″ N, 9° 11′ 6″ W

Distances

A Coruña 80 km, Santiago de Compostela 75 km, Madrid 674 km

Stationnement

De vastes zones dans la municipalité

Altitude

10 m

Habitants

6168 (2011)

Romería del Carmen (16 juillet), Fiesta de San Bartolomé (à Arou, 24-25 août)

Feira do Encaixe (Semaine Sainte)

Pièces de dentelle des Camariñas Palilleiras

Autres destinations à proximité

Comentarios Facebook

About the author

Simple Share Buttons
Simple Share Buttons

Utilizamos cookies de terceros para mejorar la usabilidad para dispositivo de usuario. Si usted continua navegando, consideramos que acepta su uso. Puede cambiar la configuración y obtener más información

Los ajustes de cookies de esta web están configurados para "permitir cookies" y así ofrecerte la mejor experiencia de navegación posible. Si sigues utilizando esta web sin cambiar tus ajustes de cookies o haces clic en "Aceptar" estarás dando tu consentimiento a esto.

Cerrar