Requena

Grande réserve Valencienne.

Cette place forte, sise sur un rocher transpercé de grottes, joua un rôle important dans les relations entre les royaumes de Valence et de Castille. Elle est flanquée de deux excellents parcs naturels où pratiquer du tourisme actif comme il vous plaira.

Planifiez votre escapade à Requena.

Cette localité historique conserve des attraits comme le Palais du Cid, Le Donjon, des édifices religieux comme l’église de Santa Maria et l’arciprestal de San Salvador, entre autres points d’intérêt que nous vous détaillons dans notre section Que voir à Requena. Parmi ses premiers atouts, est l’accès aux Parcs Naturels de Chera-sot de Chera et celui des Gorges du Cabriel à quelques 25 kilomètres de Requena. Deux lieux formidables pour toutes sortes de modalités de tourisme actif de montagne. Très attirante aussi est la visite des caves de dénomination d’origine locale. Vous pouvez préférer visiter des villages de l’intérieur, comme le célèbre Buñol ou encore la municipalité voisine d´Utiel. Quelque soit l’itinéraire choisi, il faut savoir choisir parmi la gastronomie locale. Notre section Se loger et manger à Requena vous donnera toute l’information nécessaire sur les différents établissements de cette  petite ville.

[su_accordion]
[su_spoiler title= »Histoire de Requena. » class= »jrg-spoiler » icon= »plus-circle »]

Au VIIe siècle av.J.C. le peuple ibère de los Edetanos s’installe sur le Molon de Camporrobles. Y vinrent en suite les romains à partir du IIe siècle av.J.C. dont nous restent un dallage dans le château, un silo et trois citernes. Les berbères  musulmans de la tribu des Banu Zenun leur succédèrent, nommant ce site Rakanna (la Forte, la Certaine) ils protègeraient leur urbanisme irrégulier par un mur.

En 1089, le fameux chevalier Le Cid, résida à Requena, s’y rencontrant avec le roi Alfonso VI pour organiser le mariage de ses filles avec les Infants de Carrion. Les musulmans de Requena reprendront le contrôle de la ville et résisterons aux assauts chrétiens en 1181, 1212 et 1219, prouvant ainsi l’efficacité des fortifications. Finalement vers 1238 la ville fut conquise par les troupes castillanes de l’évêque de Cuenca.

En 1257 la ville reçoit une charte de droits  pour  faciliter son repeuplement; Dès ce moment apparait le personnage du «binadero» chargé de protéger les vignes. Vinrent alors une trentaine de chevaliers (fils cadets de familles nobles) qui se donnèrent le titre de «Aux frais du Roi» ils devinrent la force armée de la ville  en son nom. On  donna quelques maisons aux nouveaux venus sans pour cela déposséder complètement les musulmans qui conservèrent la plus part de leurs propriétés et ne participèrent pas au soulèvement général qui se produisit dans tout le levant au XIIIe. En 1264, on établit une douane pour les marchandises qui transitaient entre les royaumes de Valence et de Castille.

Les aragonais ne renoncèrent pas au contrôle de la ville, l’occupant entre 1370 et 1374 date à laquelle Requena fut récupérée par les castillans, En 1467, l’intrigant marquis de Villena prendre le contrôle de cette ville stratégique. Après le mariage des Rois Catholiques, la localité cesse d’être un objet de conflit entre les royaumes d’Aragon et de Castille. On utilisa à cette époque les grottes creusées dans le tuffeau de la place de la Vila comme réserves et magasins.

En novembre 1520, les habitants  se proclamèrent partisans des Communautés, et guidés par les capitaines Luis de Carcel, Juan Lopez et Juan Despejo, résistèrent plusieurs mois aux troupes de Carlos I. Lorsque la localité tomba, ils furent exécutés.

En 1609, les familles mauresques furent expulsées du royaume, ce qui provoqua une grande perte démographique et économique pour la ville.

En juin 1706, assiégée par l’armée de l’Archiduc d’Autriche qui ayant perdu 500 soldats mit le bourg à sac, détruisant trois cents maisons et le portail gothique de l’église de San Nicolas. Cette dévastation fut complétée par une épidémie de peste.

Avenue de l´Arrabal (1950)

L’implantation de l’industrie des soieries (jusqu’à 800 métiers à tisser),  l’ampliation des cultures, l’amélioration de l’irrigation et l’exportation vers l’Amérique aidèrent à la récupération. Son groupe important de commerçants créa en 1785, La Société Royale Économique des Amis du Pays de Requena. Cet ambiance explique que la ville resta fidèle au Gouvernement Libéral face aux absolutistes, étant attaquée plusieurs fois par les troupes carlistes. Ce pourquoi Requena fut récompensée en 1836 par le titre de «Très Noble, Très loyale et Très Fidèle». De même apparut le dit-on «  Le drapeau de Requena  ne s’incline devant aucune chose ni personne ». Et le nom de la ville fut mis à une rue donnant en face du Palais d’Orient à Madrid.

Ainsi que Utiel, toute proche pour améliorer le passage du col de Cabriel, la localité proposa son annexion à la province de Valence, ce qui se fit par décret en juin 1851. Ce col valencien deviendra la meilleure voie d’exportation de ses produits (les vins en particulier)

En 1910 fut inaugurée la Station Énologique et, en 1961 s’installe l’Ecole d’énologie. Établissant ainsi les bases de la promotion de la déjà florissante industrie du vin. Autres de ses grands produits sont les charcuteries.

[/su_spoiler]
[su_spoiler title= »Que voir à Requena. » class= »jrg-spoiler » icon= »plus-circle »]

Nous commencerons notre visite dans l’enceinte médiévale connue comme le Barrio de la Vila, déclaré Ensemble Historique National en 1966, qui se dresse sur un tuffeau. Situé sur l’ancienne alcazaba maure il y avait des accès à la Cuesta du Château, la Cuesta des Boucheries ou de San Julian (XVe), la Cuesta de Cristo et la Cuesta et Porte de l’Ange. Dans Rue Santa Maria s’installèrent les premiers chrétiens dont la trentaine de chevaliers cadets qui vinrent les premiers pour profiter des prìvilèges obtenus lors de la Charte de 1257., connus comme les Chevaliers aux frais du roi. Ils construisirent leurs demeures caractérisées par des arcades de pierres, portails originaux, grilles et blasons. Depuis le Callejon de Paniagua, de réminiscences arabes on peut contempler les ruines du temple le plus ancien de Requena, l’église de San Nicolas, réformée en style néo classique dans les débuts du XVIIIe qui fut mise à sac et démantelée en 1936.

Autour de la Plaza de la Jorra  étaient réunis les artisans du quartier juif et les rues portaient le nom des corporations  des résidants. Entre les principaux édifices, citons la Casa del Perdon, où résidaient les rois Felipe III et Felipe IV lors de leurs visites à Requena, et la Casa de Santa Teresa, ainsi nommée car la Sainte y fut hébergée Dans la Maison du Grand Art de la Soie, dans un cul de sac près de l’ancienne muraille musulmane, se trouve un musée sur l’élaboration de ce fin tissus. La façade présente un panneau de mosaïques de San Jeronimo, patron des soyeux. Tout à côté est l’ancienne Plaza de la Vila qui fut urbanisée au XVIe. Dans son sous sol se trouvent les caves creusées au temps des Almohades, qui servaient de refuges en temps de guerre et furent utilisées par la suite comme greniers. Actuellement, on y garde les ustensiles utilisés pour l’élaboration du vin depuis le XIIe siècle, ce qui prouve que les musulmans déjà  en produisaient.

Un peu plus au nord, nous trouvons la Plaza du Château, sur le terrain qu’occupait l’ancienne Cour d’Armes de la forteresse du XIIIe. Quelques unes des demeures des lieux sont adossées à la muraille de la alcazaba, restes du grand Donjon du Xe construit par les arabes et renforcé par les castillans au XVe par des pierres de tailles. Il y a deux belles églises gothiques proches l’une de l’autre qui méritent une visite pausée: l’église de Santa Maria (XIVe) d’une seule nef avec des chapelles appuyées sur les contreforts, et l’église du Salvador (1380-1533) à la belle façade de gothique plateresque.Au-dedans, la chapelle de la Comunion, la salle du Chapitre des religieux et le chœur sont de l’époque néo classique. Non loin est le Palais du Cid où selon la tradition vécut ce personnage, de nos jours c’est un Musée du vin intéressant.

Donjon

En dehors de la partie emmuraillée il faut voir à Requena le Quartier de las Peñas où se trouve les ruines du Couvent de San Francisco (1569), l’église de San Sebastian (XIVe, restaurée en 1786 et 1999) et la plaza de Toros de 1901.

Dans le quartier de l’Arrabal (faubourg) nous trouverons l’église du Carmen (XIII-XVIII). Cet édifice protège  l’ancien couvent des carmélites (gothique et intérieur baroque et  une frise de carreaux valenciens). Le Musée Municipal de Requena y est installé avec d’importantes collections archéologiques et ethnographiques, en particulier de vêtements, et  sur les activités de viticulture. Cette activité, la plus importante dans l’économie locale est aidée par la Station de Viticulture (1910) qui contient l’un des laboratoires parmi les plus modernes du pays. La Fondation Lucio Gil Fagoaga recèle une importante collection artistique. Et finalement, tout proche est le Monument aux Vendanges, œuvre de l’architecte Ricardo Roso et du sculpteur Esteve Edo.

[/su_spoiler]
[/su_accordion]

Vous devez-voir…

Detail de l´Église de Santa Maria

Vignobles de Requena

Où se loger à Requena.

Vous trouverez toutes les classes d’hôtels à Requena: Doña Anita est un petit hôtel de 14 chambres, de style rural avec des attraits particuliers comme spa et restaurant. L’hôtel Patilla Ciudad de Requena est un établissement de type familial  situé à l’entrée de la ville, avec 20 chambres parfaitement conditionnées et d’autres services comme restaurant et service de transport gratuit au centre ville et à la gare du TGV. La Villa est un autre établissement recommandable pour dormir à Requena, pour la qualité et commodité de ses 18 chambres comme pour toutes ses installations, dont un bon restaurant.

[URIS id=41960]

[su_accordion]
[su_spoiler title= »Que manger à Requena. » class= »jrg-spoiler » icon= »plus-circle »]

Un voyage à la Communauté Valencienne est une grande occasion pour profiter de sa gastronomie. Requena, située dans la partie orientale de la région Requena-Utiel, vous donnera la preuve dans ses cuisines de la variété et de la qualité, dues en partie à son exquise Huile de la Communauté Valencienne avec A.O.C, présente dans tout ce que l’on peut manger à Requena. Vous pouvez commencer par les charcuteries régionales artisanales: longanizas, chorizos, saucissons ou boudins, que vous accompagnerez par un verre de Vin avec A.O.C. Utiel Requena, bien connu dans la région. Puisque Valencienne, Requena propose tout plein de variétés de plats de riz, à la casserole, avec des «bajocas» (haricots rouges)… Puis d’autres plats comme le morteruelo, un ragout avec du foie de porc, des épices, du pain, des patates dans un bouillon, et aussi l’ajoarriero (patates, œufs, ail et huile) et pour finir en douceur, la municipalité a ses desserts particuliers: pain bénit, alaju, galettes de chicharritas ou petits turrones.

[/su_spoiler]
[su_spoiler title= »Où manger à Requena. » class= »jrg-spoiler » icon= »plus-circle »]

Vous trouverez toute une variété de lieux pour manger à Requena: Le restaurant Mesón del Vino est l’un des principaux établissements de la localité grâce à sa cuisine traditionnelle sans additifs ni secrets, spécialisée en riz valenciens, viandes et poissons  de qualité et de la région. Le restaurant de l’hôtel La Villa est un autre endroit au quel penser. Vous y trouverez une ambiance familiale et une cuisine de recettes classiques, espagnoles et valenciennes avec plusieurs menus spécialisés, tant de dégustation comme pour groupes plus ou moins nombreux. Mesón Fortaleza est situé en plein centre historique et présente une carte appétissante de plats traditionnels de Requena, un menu du jour et d’autres spécialisés, avec de plus une fort bonne cave de vins. En dehors de la localité La Pinada, est un restaurant spécialisé en viandes grillées au feu de bois et autres plats méditerranéens, riz et poissons. Si vous cherchez des bars de tapas et de rations  vous irez à La Migueleta ou à La Marimanuela .Si vous cherchez un endroit pour célébrer une fête familiale ou une réunion de travail avec banquet, Finca Casa Nueva, dans les environs de Requena est un ensemble hôtelier bien organisé pour complaire à ses clients.

[/su_spoiler]
[su_spoiler title= »Vie nocturne: bars et discothèques à Requena. » class= »jrg-spoiler » icon= »plus-circle »]

Requena est une localité qui possède quelques pubs préparés pour passer une bonne nuit dans la localité: La Farándula est un local avec une terrasse agréable pour boire un demi le soir et écouter une bonne sélection musicale la nuit. Le pub Desakato, de son côté offre une ambiance animée parfaite pour danser et y boire en bonne compagnie jusque tard dans la nuit. Un autre lieu, encore est El Perro Verde, à l’ambiance rock et où assister à des spectacles de musique en direct ou des monologues.

[/su_spoiler]
[/su_accordion]

Ven a España !!! Venez en Espagne !!!

NB: Certains des liens vous conduiront à des sites en espagnol.

Pour terminer, pour mieux visiter Requena voici une liste de hôtels où dormir et de bars et restaurants pour s’y restaurer.

 

  • À Utiel (à 15 Km)
  • El Pollo de en Medio
  • El Olivar

 

  • Patilla Ciudad de Requena
  • À Utiel à 15 km 
  • Tollo
  • 2-estrellas
  • Doña Anita
  • La Villa

Hôtels avec du charme

  • À Utiel à 15 km 
  • Entre Viñas

Auberges

  • Avenida
  • Sol II
Comentarios Facebook

About the author

Simple Share Buttons
Simple Share Buttons

Utilizamos cookies de terceros para mejorar la usabilidad para dispositivo de usuario. Si usted continua navegando, consideramos que acepta su uso. Puede cambiar la configuración y obtener más información

Los ajustes de cookies de esta web están configurados para "permitir cookies" y así ofrecerte la mejor experiencia de navegación posible. Si sigues utilizando esta web sin cambiar tus ajustes de cookies o haces clic en "Aceptar" estarás dando tu consentimiento a esto.

Cerrar