Benicarlo

Le village des artichauts célèbres

Cet important village de pêcheurs est aussi un grand producteur d’artichauts réputés avec Dénomination d’Origine Protégée. Ce fut dans l’histoire une place forte loyale à la  couronne qui sut résister aux corsaires, aux envahisseurs et aux carlistes. Ses plages et sa gastronomie attirent les visiteurs conscients de la relation qualité-prix et de l’authentique de Castellon.

Planifiez votre escapade à Benicarlo

Benicarlo est une localité tranquille avec plusieurs plages et bien des sites proche pour s’y rendre en excursion. La visite des trois principaux édifices religieux de Benicarlo et une promenade dans sa vieille ville peuvent se faire en une matinée. L’après midi, vous pouvez la consacrer aux trois gisements ibères des environs (tout aussi ou plus importants même que la visite matinale.) Pour compléter la fin de semaine, nous recommandons d’aller au sud par la route de la côte, vers la très belle Peñiscola et en suite continuer pour vous promener au coucher du soleil dans la Sierra de Irta. L’intérieur des terres offre un bon nombre de lieux d’excursions d’une journée. En prenant la N-232 vous arriverez aux villes médiévales de MorellaCati et Sant Mateu. Le voyageur devrait alors en profiter pour acheter les fameux Artichauts de Benicarlo avec A.O.C. Notre section Se loger et manger à Benicarló, vous informera sur les meilleurs établissements de cuisine locale où déguster cette merveille gastronomique.

Voulez-vous visiter cet endroit?

Dès le VIe siècle av.J.C. les ibères étaient installés sur le  site du gisement connu actuellement comme de La Tossa et du Puig de la Nau, en dehors du village.

Ce village s’est formé à partir de l’ampliation de la localité musulmane  fortifiée de Beni Gazium, formée par 24 maisons. Dépendant de la voisine Banaskula Peñiscola, elle fut agrandie par l’installation de réfugiés musulmans déplacés par l’avance des aragonais. En 1233, après la chute de Burriana par pacte, elle passe aux mains des aragonais et le 14 juin 1236 la dite Benicastlo reçoit du roi Jaime I une charte de peuplement inspirée des lois de Saragosse.

En 1294, elle est remise à l’ordre militaire des templiers et passe à la couronne lorsque l’ordre est supprimé, celle-ci la remet alors en 1319 à l’Ordre de Montesa  grâce à  la quelle  une grande croissance  s’opéra dans l’histoire de Benicarlo. En 1359, Benicastlo se sépare de Peñiscola prospérant encore à partir de 1370 grâce à une exemption d’impôts concédée par le roi Pedro IV d’Aragon.

En 1521, lors du soulèvement des Germanias contre le roi Carlos I, la localité reste fidèle au roi et est assiégée. Deux ans plus tard, pour sa loyauté la dénommée Benicarlon reçoit du roi le titre de «villa» et le privilège de pouvoir célébrer une foire annuelle, et celui d’importer du blé sans payer d’impôt.

Comme toutes les localités du littoral elle a toujours été sous la menace des corsaires berbères et en 1556, une attaque de ceux-ci fut repoussée.

La promenade Ferreres Breto et le couvent de San Francisco dans une carte postale ancienne

Lorsque commença la Guerre de Succession, en 1705, la ville prit le parti des “autrichiens”, étant conquise par les troupes des Bourbons du général Asfeld l’année suivante. En aout 1810 elle fut assiégée par les troupes françaises qui voulaient dominer le Royaume de Valence. Elle resterait sous contrôle français jusqu’en 1814. Lors de la première Guerre Carliste ceux- ci l’attaquèrent en 1835, 1837 et 1838., succombant  à cette dernière attaque commandée par le général Cabrera, « le Tigre du Maestrazgo ». À la fin de la guerre, en 1840, un plan d’urbanisme élimina les murailles et transforma totalement le centre médiéval.

Jusqu’à la fin du XIXe siècle, le vin «carlon» produit dans ses environs fut sa principale source de richesse, mais le phyloxéra tua toutes les vignes et les champs furent transformés et jardins potagers et vergers.

En 1926,Benicarlo reçut du roi Alfonso XIII, le titre de “ciudad”(ville).

Le plan d’urbanisme de 1840 démolit les murailles, la forteresse et la structure de la localité médiévale, faisant place à une station méditerranéenne commode et agréable où l’on peut jouir d’une  excellente gastronomie basée sur ses fameux artichauts, le poisson de son port et profiter de ses belles plages et de ses fêtes bien connues.

Nous commencerons notre visite de Benicarlo en face de l’édifice principal de la ville: l’église Paroissiale de San Bartolomé(1724-1743) avec son beau clocher, tour octogonal et sa façade élégante de pierres sculptées. La partie supérieure de la façade attire l’attention par la niche avec la statue de San Bartolomé flanquée de deux colonnes salomoniques. À l’intérieur, le retable de la Virgen del Remedio, probablement venue d’un temple antérieur. Y sont aussi conservées des pièces d’orfèvrerie sacra très belles: croix,  reliquaires… le Nazareno. Deux portes extérieures baroques magnifiques: la Porte latérale et la Porte de la Chapelle de la Communion.

Couvent de San Francisco

La Chapelle du Christ de la Mer est un édifice à l’apparence néo classique avec un front coloriste qui contraste avec le reste de l’édifice. On y conserve une sculpture apportée en barque par un personnage de nom Cesar Cataldo en 1650. Les guérisons attribuées à cette image l’ont dotée d’une grande vénération qui dure encore. Le Couvent de San Francisco, déclaré Bien d’Intérêt Culturel, fut érigé entre les XVIe et XVIIIe siècles (baroque).

À près de deux kilomètres se trouve la Chapelle de San Gregorio,, Antique édification qui conserve une image expressive du Christ (XVIe) et où a lieu une fête populaire religieuse chaque 9 mai.

Près du Barranco de Aguaoliva se trouve le Gisement de Puig de la Nao, peuplement ibérique qu’il faut voir, a flanc de colline avec toute une Nécropole proche.

À l’ouest de la municipalité, sur la cime de la montagne de Tossa, se trouve le Village Ibérique de Tossa, des VI au IIe siècles av.J.C. et toute proche, la Nécropole du Bovalar.

Plusieurs fêtes populaires sont célébrées à Benicarlo chaque année. Le 17 janvier est celle de San Antonio Abad, qui comprend des populaires « torradas »( feux pour rôtir des aliments), suivis d’un bucher sur la place de l’église pour y bruler un démon, plus un défilé de chars avec des cantiques satyriques (les «lloes»). Les fêtes patronales de San Bartrolomé sont le 24 aout (depuis l’année 1523, quand le roi concéda ce privilège aux habitants). Plus récemment la Fête de l’Artichaut s’est faite très populaire, qui a lieu dans la deuxième quinzaine de janvier, mais se poursuit sur plusieurs journées.

Informations pratiques

Coordonnées

40° 25 7″ N, 0° 25′ 23″ E

Distances

Castellón de la Plana 71 km, Madrid 487 km

Lieux proches

Comentarios Facebook

About the author

Simple Share Buttons
Simple Share Buttons

Utilizamos cookies de terceros para mejorar la usabilidad para dispositivo de usuario. Si usted continua navegando, consideramos que acepta su uso. Puede cambiar la configuración y obtener más información

Los ajustes de cookies de esta web están configurados para "permitir cookies" y así ofrecerte la mejor experiencia de navegación posible. Si sigues utilizando esta web sin cambiar tus ajustes de cookies o haces clic en "Aceptar" estarás dando tu consentimiento a esto.

Cerrar