Calpe

La ville du rocher D´Ifash et des corsairs

À l’ombre de son rocher et entourée de gratte-ciel, cette ville, édifiée par le fameux amiral Roger de Lluria fut pendant les siècles suivants le but favori des corsaires berbères, péripéties qui de nos jours se voient reflétées dans les fêtes de «Moros y Cristianos» (Maures et Chrétiens).

Planifiez votre escapade à Calpe

Cette localité côtière possède suffisamment d’attraits pour vous occuper toute une journée. Vous pouvez passer la matinée à visiter les ruines de la plage et la vieille ville et après déjeuner, vous pouvez  vous promener  et  admirer les vues magnifiques qu’offre l’espace naturel du Peñón d´Ifach. Vous trouverez aussi à faire de nombreuses excursions d’une demi-journée á VillajoyosaAlteaDenia ou à la montagneuse Guadalest. Pour connaître toutes les options gastronomiques et de logement qu’offre la région, voyez notre section Se Loger et Manger à Calpe.

Voulez-vous visiter cet endroit?

Il y a plusieurs théories sur l’origine du nom de Calpe, associées à des personnages de l’Antiquité: Les une l’associent au mythique Hercules Tebano qui avec ses argonautes appelèrent ce lieu «rocher» au XIIIe siècle av.J.C, en parallélisme à  celui de Gibraltar. De même,  il fut dit que les phéniciens le nommèrent Ifach qui dans leur langue signifie «Nord» en opposition au rocher de Gibraltar (celui du sud). D’autres associent le nom à celui du roi numide Sifax dont les sujets pouvaient s’y être établis. Ce que l’on sait de sources sures est que sur les pans du Rocher vécut un peuple de culture ibère pendant des siècles.

Sous la domination romaine de Calpe l’occupation se concentra sur les plages de la face sud de la péninsule, dans la zone connue actuellement comme les «Bains de la Reine Maure» car il y eut en cet endroit une série d’édifices qui profitant de la présence des salines naturelles les utilisèrent pour la préparation de salaisons de poissons ; en plus d’un établissement piscicole et des thermes.

Il n’y a pas de vestiges importants ni de nouvelles particulières des six siècles de l’occupation islamique. On ne sait pas non plus avec certitude quand elle fut reconquise : les  uns disent que en 1240, après Denia tandis que d’autres la retardent jusqu’à 1254. Il semblerait que le roi Jaime I aurait chargé   le chevalier  Pedro Eximenis Carros de défendre la forteresse

En 1282, le roi Pedro III ordonna la construction de la Pobla tout près du Rocher; vers 1291 Elle est donnée au célèbre amiral Roger de Lauria qui obtint du roi la permission de fortifier les lieux en 1298. Sa fille Maria, en 1344 inaugura l’église de Nuestra Señora de los Angeles, faisant partie de la muraille du nord.

Mais les attaques répétées des corsaires dépeuplèrent pratiquement la zone. En 1386, on sépara du château la juridiction des villages actuels de Benisa, Teulada et Senija. En 1408, le village même fut abandonné, ne restant que la garnison de la forteresse.

En 1548 eut lieu la “bataille de Calpe” au cours de la quelle les galères du chevalier Vicente de Peñaroja vainquirent les corsaires. C’est l’époque où fut édifiée une tour de guet sur une forteresse arabe, dans la gorge de Mascarat, ainsi nommée à cause d’un bandit masqué qui commettait ses méfaits dans la région.

En 1600  il y eut une nouvelle  venue des corsaires, puis une autre en 1637, quand Ali Pichulim et Mahamut Manin entrèrent dans la ville, capturèrent 290 personnes, qui resteraient prisonnieres pendant cinq ans, temps pendant le quel le lieu resta totalement dépeuplé. Encore une attaque en 1663, mais la plus  sonnée fut celle de 1744, lorsque le descendant de mauresques. «Caragol» en fut le héro tandis que «Moncofar» s’unit aux attaquants. Les fortifications seront renforcées les années suivantes, mais il n’y eut plus d’attaques.

Anciènne carte postale du « Peñón » (rocher) de Ifach

Pendant la Guerre d’Indépendance les habitants résistèrent à l’assaut des français, méritant le titre de « Ville très héroïque » qui figure sur ses armes.

Au XIXe siècle, elle devance d’autres localités quant au tourisme. En 1935 le premier établissement hôtelier fut inauguré. Pendant la guerre civile, il reçut entre autres hôtes Ernest Hemingway. Au cours des combats, l’église paroissiale et la chapelle du Salvador furent saccagées, le curé et les habitants de droites furent assassinés. Toutes les archives de la mairie et de la paroisse ayant été détruites, il est fort difficile de connaître une bonne partie de l’histoire locale.

Le 29 mars 1943, des pêcheurs de Calpe sauvent neuf naufragés du sous marin allemand U-77, coulé la veille par des bombardiers anglais venus de Gibraltar.

Entre les grands édifices qui entourent les marais salants, les plages et le Rocher se trouvent de nombreux attraits archéologiques et monumentaux. Commençons notre visite depuis le Rocher de Ifach, le parc naturel le plus petit d’Espagne (seulement 45 Ha.) Le Centre des Visiteurs et la Salle de la Nature, en donnent une excellente information. De son sommet, on dispose de la vue panoramique la plus spectaculaire de la Côte Blanche: certains jours, même on distingue l’île d´Ibiza. Durant la Semaine Sainte et l’été, l’accès en est limité.

Descendant du Rocher vers le village, du côté de la Plage de Cantal Roig, on trouve des ruines  du nom de «Les Bains de la Reine Maure», qui malgré leur nom, furent taillées par les romains: Ce sont comme des piscines rectangulaires à niveau de la mer, que l’on pense avoir été des cuves d’élevage de poissons. Vous verrez aussi les vestiges de la Fabrique de Salaisons, près du Moli del Morello, un moulin adapté sur la base d’un bastion  de guet  contre les attaques des corsaires. À côté, aussi  on peut voir les vestiges des Thermes de la Ville Romaine. Au-dedans, vers le nord, entouré de constructions vous avez le Site Naturel des Salines de Calpe.

Pénétrons maintenant dans la vieille ville: place du Beato Sendra se dressent des restes de murailles et la grosse Tour de la Peça (XVe). Place de la ville, le Musée du Collectionnisme réunit des pièces des collectionneurs de la région, et accueille aussi des expositions temporelles. Vous avez aussi l’église moderne (1973) de Nuestra Señora de las Nieves et à côté l’Eglise Ancienne (1344), un exemple unique de Gothique mudéjar dans la communauté de Valence. Se conservent la Chapelle Sud, la Tour du Clocher et la Nécropole. Dans l’ancien consistoire est logé le Musée Archéologique avec des panneaux, maquettes et objets provenant du gisement romain des Bains de la Reine. Place d’Espagne est le Musée Festero, avec les typiques costumes des Maures et Chrétiens et les Ninots grâciés. Il y a aussi un Musée de Maures et Chrétiens (rue San Roque), fête qui remémore l’histoire des mauresques Caragol et Moncofar.

Vue de Calpe depuis le « Peñon » (rocher) de Ifach

Le Musée-Maison de la Senyoreta, demeure seigneuriale du XVII accueille une collection d’affiches publicitaires. Les rues du Santisimo Cristo, des Pescadores, Puchalt et San Roque, formaient l’ancien quartier mauresque. Le Llavador de la Font est un vieux lavoir du XIXe.

À 2 kilomètres vous trouverez la Casa Nova, une ferme fortifiée du XVIIIe, qui garde son four et sa citerne. Proche aussi est la Casa del Coco, une construction agraire typique de la région, spécialisée dans la production de raisins secs, la riu-rau (arcades formant porche) et siège du Musée ethnologique.

Prenant la route d´Altea (au sud) vous arrivez  au  Morro de Toix, un rocher saillant qui ferme à l’ouest la rade de Calpe, avec des vues magnifiques sur les criques, parfaites pour y faire de la plongée.

Il faut pour finir aller au Ravin du Mascarat, de grands rochers sombres qui doivent leur nom au bandit” le Masqué » Sur un rocher central, sont les restes d’une tour de guet: le Castellet que Felipe II fit construire sur les restes d’une forteresse musulmane du XIIe siècle, refaite par les chrétiens au XIVe et dont on conserve les citernes creusées dans la roche et des pans de muraille.

Vous devez voir...

Iglesia Parroquial de Nuestra Señora de las Nieves
Vista de la localidad y del Peñon de Ifach al fondo

Informations pratiques

Coordonnées

38º 38’ 42’’ N, 0º 2’ 39’’ W

Distances

Alicante 62 km, Madrid 465 km

Lieux proches

Comentarios Facebook

About the author

Simple Share Buttons
Simple Share Buttons

Utilizamos cookies de terceros para mejorar la usabilidad para dispositivo de usuario. Si usted continua navegando, consideramos que acepta su uso. Puede cambiar la configuración y obtener más información

Los ajustes de cookies de esta web están configurados para "permitir cookies" y así ofrecerte la mejor experiencia de navegación posible. Si sigues utilizando esta web sin cambiar tus ajustes de cookies o haces clic en "Aceptar" estarás dando tu consentimiento a esto.

Cerrar