Besalú

Qui fut comté et évèché indépendants

Dans les pré-Pyrénées de Gérone, située stratégiquement sur un rocher aux pieds du quel confluent deux rivières, cette belle petite ville médiévale est fameuse pour son marché et pour la foire que l’on y célèbre depuis plus d’un millénaire.

Planifiez votre escapade à Besalú

Il y a à Besalu un certain nombre de monuments et d’édifices intéressants ce pourquoi la visite peut vous prendre une journée complète. Elle est de plus entourée de jolies localités comme BanyolesFigueres ou Olot, qui peuvent vous occuper une autre journée d’excursion. Proche aussi est la zone volcanique de La Garrotxa, un site idéal pour réaliser des randonnées et autres sports de plein air de tourisme actif. Pour connaître la gastronomie locale et les meilleurs endroits où la déguster et vous loger, consultez notre section pour Se loger et manger à Besalú.

Voulez-vous visiter cet endroit?

On ne sait pas grand chose sur son passé lointain, mais le terrain fut certainement occupé depuis bien avant le VIe siècle Av. J.C. lorsque les romains s’y installèrent. Nombre de chemins y convergeant  le démontrent. Les vestiges de la Villa Romaine de Can Ring sont du Ier siècle Av. J.C.

L’occupation musulmane de Besalu fut courte: ils vinrent vers l’année 715, mais les francs la prirent en 785, après  qu’elle leur ait été remise par la population chrétienne de Gérone. Dès lors, le site fut défendu par le Comte de Girona. Son nom était Bisuldunum, à cause des deux rivières Fluvia et Capellades entre les quelles elle était située. À partir de l’année 800, des juifs vinrent s’installer dans la localité.

Au IXe siècle, Wilfredo el Velloso, comte de Barcelone fut aussi titulaire du comté de Besalu, il  nomma son frère Radulf à ce titre pour jusqu’à sa mort. En 920, le comte Miro «El Joven», incorpore Besalu au comté de Sardaigne. Les décades suivantes virent les nobles se battre pour le contrôle du comté, quoique toujours soumis à la Sardaigne. En 969 y est crée une fabrique de monnaie qui commença à frapper une monnaie propre au comté.

En 994, le chevalier Bernat Tallaferro hérite de son père le comté de Besalu, en devenant le premier comte totalement indépendant. En 1016, Bernat voyage à Rome et obtient du pape Benedicto VIII, le privilège pour Besalu de pouvoir être siège épiscopal (comprenant les monastères de RipollSant Joan de les Abadesses et Camprodon entre autres), ainsi que l’autorisation de construire une cathédrale. L’année suivante, Wifredo, fils de Bernat deviendra le premier évèque de Besalu, conservant sa charge jusqu’à 1020, lors que ce siège épiscopal fut aboli. En 1027, on commença à y célébrer un marché, qui a toujours lieu de nos jours.

Restes de la Collégiale de Santa Maria

En 1111, après la mort du comte Bernat III de Besalu et suite à un accord pacté antérieurement, le comté est absorbé par le comté de Barcelone. En 1351, le roi Redro IV d’Aragon (aussi comte de Barcelone) crée le titre de Prince de Gérone pour son héritier, y incorporant le comté de Besalu.

Le tremblement de terre de 1428 causa d’énormes dégâts dans la ville.

En 1676, l’armée française du maréchal Schonberg, au cours d’une incursion dans l’Empordan prend Besalu. Pendant la Guerre de Succession, Besalu prend parti pour la rébellion contre le roi Felipe V; étant conquise en 1711. Suite à sa défaite, on lui applique les Décrets de Nueva Planta, supprimant toutes les veguerias (entités administratives), devenant dépendante alors du corregirdor (représentant de la royauté) de Gérona.

Dans le cadre de la Guerre d’Indépendance en 1809, Besalu est prise par les français, ayant lieu des combats épisodiques dans ses environs jusqu’en 1811. Au cours des Guerres Carlistes, ce fut une cité à forte implantation carliste, étant occupée par eux en diverses occasions.

Dans la fin du XIXe et débuts du XXe, les gros propriétaires locaux d’idéologie traditionnaliste occupent généralement la mairie de Besalu et  sont élus députés.

Actuellement, Besalu est un important centre touristique et culturel.

Besalu montre les traces de son passé médiéval dans un certain nombre de monuments de choix, entre les quels se détache le Monastère de Sant Père que nous visiterons en premier. La Communauté fut constituée en 977, le monastère  consacré en 1003. Les XIIe et XIIIe siècles  en virent l’apogée. De l’ensemble bénédictin ne nous  reste que l’église où sont conservées les reliques des saints Patrons de la localité Saint Primo et Saint Felician ce qui fit ajouter le déambulatoire (caractéristique des églises de pèlerinages). À la suite des violences anti- cléricales de 1835, la communauté partit et l’abandon et la ruine s’emparèrent des édifices. Le déambulatoire qui entoure le presbytère de ses belles colonnes est le plus intéressant de cette église romane à trois nefs.

Relié au monastère par derrière se trouve l’ancien Hospital de Sant Julià (XIIe) qui hébergeait les pèlerins et les grands pauvres. L’église médiévale qui l’accompagne montre un très beau portail roman.

Le Monastère de Sant Pere

La Collégiale de Santa Maria fut à l’origine une simple petite chapelle de dans la forteresse (disparue) du Haut Moyen Age. Entre 1017 et 1020, ce fut le siège provisoire du diocèse éphémère de Besalu, passant d’être vouée de Sant Genis et Sant Miquel à Santa Maria. L’arrivée d’une communauté d’Augustins apporta de grands travaux, mais au XVIe, elle perdit sa qualité de cathédrale pour devenir une simple Collégiale. Ruinée au XVIIIe, on n’en conserve que la chapelle principale et une nef transversale. Bon nombre de ses éléments sont aujourd’hui au Musée National d’Art de Catalogne.

Sant Vicenç (XIII) qui a remplacé une église du Xe montre encore une rosace imposante, une fenêtre gothique et ses cloches du XVIIIe

Besalu fut un lieu important pour les hébreux en Catalogne: son quartier juif en témoigne, avec la rue de Llibertat, les restes archéologiques du Micvé (XIIe), édifice sous terrain de bains rituels pour purifier le corps. De la synagogue du XIII, nous restent la cour et une partie de la salle de prières, et des vestiges du vieux portail.

Ne ratez pas la Casa Cornella (XIIe), une extraordinaire résidence privée dont la cour magnifique vous surprendra, ainsi que l’imposante galerie qui couvre la partie supérieure.

La Curia Real est un édifice gothique avec ses arcs en ogive et des plafonds à caissons originaux (XIII-XIVe). Ce fut la résidence de Bernat Cavaller, le procureur du roi.

L’image la plus emblématique, nous la donne le Puente Viejo (XI-XIVe) qui couvre une distance de plus de cent mètres au dessus de la rivière avec ses belles arcades gothiques. Au milieu du pont existe encore la tour de péages où le voyageur devait payer pour le traverser. Dynamité en 1939, il fut reconstruit.

Les environs de Besalu comportent quelques églises médiévales dont la plus intéressante est Santa Eulalia de Crespia dont l’abside du chevet est remarquable.

Vous devez voir...

Iglesia de Sant Vicenç
Dónde dormir en Besalú
Puente Viejo

Informations pratiques

Coordonnées

42º 12’ 9”N, 2º 42’ 0” E

Distances

Girona 32 km, Barcelona 134 km, Madrid 674 km

Lieux proches

Comentarios Facebook

About the author

Simple Share Buttons
Simple Share Buttons

Utilizamos cookies de terceros para mejorar la usabilidad para dispositivo de usuario. Si usted continua navegando, consideramos que acepta su uso. Puede cambiar la configuración y obtener más información

Los ajustes de cookies de esta web están configurados para "permitir cookies" y así ofrecerte la mejor experiencia de navegación posible. Si sigues utilizando esta web sin cambiar tus ajustes de cookies o haces clic en "Aceptar" estarás dando tu consentimiento a esto.

Cerrar