Begur

Le beau village Indiano de Girona

En pleine Costa Brava, Begur est encore dominé par sa forteresse médiévale tant de fois disputée et entouré de tout un ensemble de plages de sables, avec la particularité de ses maisons construites par les «indianos» (villageois ayant fait fortune aux Amériques).

Planifiez votre escapade à Begur

Le temps que vous passerez dans cette petite ville côtière dépend totalement de votre désir de profiter de ses plages magnifiques car le village est dénué de grands monuments et ses attraits peuvent être vus en une demi–journée. Cependant si vous aimez la plage et le soleil, vous y resterez à loisir. Des villages intéressants sont proches: Palafruguell ou Pals, en plus de la capitale, Gérone et aussi le Parc Naturel de la Garrotxa, d’origine volcanique, pour les amis de la Nature et du tourisme actif. N’oubliez pas non plus de consulter notre section Se Loger et Manger à Begur pour y connaître les meilleurs endroits où jouir d’une bonne gastronomie et d’un bon logement.

Voulez-vous visiter cet endroit?

Cette localité de la côte de Gérone fut occupée depuis la lointaine préhistoire. Puis les ibères et les romains s’y succédèrent. Ces derniers la nommèrent Esclanya.

Son centre urbain se développa au XIe siècle, encerclé dans une muraille construite sous l’initiative du chevalier Arnust de Begur. Ce fief serait géré successivement par Udalard Gausfred et Amat Elderic entre autres au nom du comte de Barcelone.

Le 2 novembre 1360, Gilabert de Cruïlles achète plusieurs châteaux dont ceux de Begur et de Peratallada au roi aragonais Pedro IV qui manquait de fonds pour financier sa guerre avec la Castille

Vers le milieu du siècle suivant, les villageois subissent les conséquences de la Guerre de la Remensa. Étant un fief nobiliaire, le propriétaire était contre les réformes que le roi d’Aragon Juan II essayait de faire. En 1468 les troupes françaises du duc de Loraine prennent le château de Begur au nom du roi.

Tout le XVIe siècle, Begur vécut sous la menace continuelle des incursions pirates sur la côte.

En 1604, le baron Carles de Vilademany i de Cruïlles, seigneur des lieux, vend les droits seigneuriaux sur le village et le château à ses habitants, qui ainsi deviennent libres. Sans troupes le défendant, Begur fut l’un des villages catalans que prirent les troupes  françaises du duc de Noailles.

Restes du Château de Begur (Foto V. Fargnoli)

Les combats ayant lieu entre les catalans et les troupes de Napoléon détruisent une partie du château pendant la Guerre d’Indépendance de 1810.

Au cours du XIXe siècle, des liens s’établissent avec Cuba  qui fut  le but choisi par bon nombre d’habitants de Begur pour y émigrer. De retour avec quelques richesses ils transforment l’aspect du village y construisant des demeures dites «maisons d’Indianos», de par leur apparence exotique et les fonds utilisés.

Le site de guet privilégié où se dréssent les restes du Château de Begur, fondé au XIe siècle, est un bon point de départ pour voir l’ensemble de cette localité accueillante de la Costa Brava. Ses défenses médiévales d’un XVIe siècle d’agitations comportent des tours médiévales comme celles de Can Pella i Forgas, à la belle forme cylindrique, de Hermanac de Can Pi intégrée par la suite à une demeure, de Sant Ramon y Can Marques. Les murailles furent très touchées au cours de la Guerre d’Indépendance de 1810 quand s’écroula aussi une partie du donjon.

L’église paroissiale de Sant Pere (XVIe Siècle, mais restaurée) conserve l’image du saint et celle de la patronne de la ville Sainte Reparada. À l’extérieur, un banc courant connu comme «Es pedris Llarg» est depuis toujours le point de rencontre des villageois. Très vénérée aussi est la chapelle de Sant Ramon(XVII et XX), prise d’assaut au début de la Guerre Civile.

Can Pella i Forgas

La forme actuelle de Begur est due à l’apport du capital indiano de la fin du XIXe qui se traduit en un grand nombre de maisons aux silhouettes particulières: Can Petu, d’un émigrant à Puerto Rico; Can Piqui conserve sa parcelle de terres de culture, Can Sora avec ses brillantes peintures du porche, Can Bataller et Can Josep Forment, construites toutes les deux en style classiciste. La Casa Ferrer Batallerse rapproche d’avantage du modernisme. N’oublions pas le centre de réunion de ces nouveaux riches, le Casino Cultural (1870).

Mais les grands attraits de ce villaje sont ses plages de sable, parmi les quelles la Plage du Raco, plage de Sa Riera, plage de Aiguafreda et plage Sa Tuna.

Vous devez voir...

Iglesia de Sant Pere
Vista de la localidad y del castillo

Informations pratiques

Coordonnées

41º 57’ 15” N, 3º 12’ 32” E

Distances

Girona 51 km, Barcelona 136 km, Madrid 733 km

Lieux proches

Comentarios Facebook

About the author

Simple Share Buttons
Simple Share Buttons

Utilizamos cookies de terceros para mejorar la usabilidad para dispositivo de usuario. Si usted continua navegando, consideramos que acepta su uso. Puede cambiar la configuración y obtener más información

Los ajustes de cookies de esta web están configurados para "permitir cookies" y así ofrecerte la mejor experiencia de navegación posible. Si sigues utilizando esta web sin cambiar tus ajustes de cookies o haces clic en "Aceptar" estarás dando tu consentimiento a esto.

Cerrar