Les Ramblas et le Quartier du Raval à Barcelone

Promenade bourgeoise et quartier multiculturel

Les Ramblas sont le coeur de la Barcelone bourgeoise, tandis que les ruelles immédiates du Raval furent  scène d’ambiances et d’existences  successives des personnages les plus mal famés de la ville, ce quartier conserve le mystère qui inspira tant d’écrivains locaux. Ces deux zones sont exactement les deux contrastes de cette ville.

Planifiez votre escapade à Les Ramblas et le Quartier du Raval à Barcelone

Pour visiter le quartier singulier du Raval, il vous faut partir des célèbres Ramblas barcelonaises qui elles-mêmes furent dans le temps un espace marginal, mais qui depuis le XIXe siècle sont devenues le principal emblème de la ville. Un parcours minutieux des Ramblas permet de comprendre les principales organisations culturelles et commerciales de la ville: le Liceo (bourgeois et sophistiqué) et le Marché de la Boqueria (populaire et naturel). Traverser le Raval, vous permettra de voir ce qu’il reste de la Barcelone ouvrière et anarchuiste- syndicaliste qui est devenue de nos jours l’avant-garde de l’art européen. En annexes aux Ramblas, vous avez trois espaces clés de la ville: la Barcelonetale Born et le Quartier Gothique. Une telle accumulation d’attraits en fait une zone touristique par excellence, qui de ce fait est très fréquentée par les voleurs à la tire et les prostituées (surtout le Raval). C’est pourquoi, si vous prolongez la soirée jusque tard dans la nuit, prenez garde. Nous recommandons de choisir avec soin où vous allez loger ainsi que les lieux de loisirs. Dans notre section Se loger et Manger sur les Ramblas et Le Raval, vous trouverez ceux à ambiance locale que nous avons sélectionnés.

Voulez-vous visiter cet endroit?

Le mot Raval provient probablement de l’arabe rabad (quartier), du IXe siècle, bien que l’histoire connue l’associe à l’ampliation de ses murailles médiévales. La Rambla était la voie qui séparait le Raval du Quartier Gothique: c’était le lit d’un torrent ensablé, utilisé au XIIIe siècle pour y construire la muraille.

Jusqu’au XIVe siècle, c’étaient des terres cultivées. Le premier nœud de population s’est formé autour du monastère de San Pablo del Campo (Xes), sous forme d’un petit village médiéval relié au monastère. Peu à peu il s’agrandit entre la deuxième muraille construite par Jaume I en 1268 et la Rambla actuelle, puis la troisième muraille levée par Pedro el Ceremonioso en 1348 (qui comprenait les Rondas et l’avenue du Paralelo). L’avenue-Promenade des Ramblas est devenue depuis le XIXe la zone la plus fréquentée par la population.

Fin du XIVe et début du XVe, suite aux guerres civiles, à la crise économique et les nombreuses épidémies de peste qui décimèrent la population, la croissance du Raval qui était consacré à l’agriculture se paralysa. Jusqu’à 1837, ce fut fondamentalement une «terre de couvents» car de nombreuses congrégations religieuses s’y installèrent, avec quelques industries textiles et des logements ouvriers. À partir de 1855, de nombreuses révoltes ouvrières se succédèrent et ce fut le début de l’exode des entreprises vers des zones plus saines de la ville. Le quartier maintiendra son caractère ouvrier jusque bien  avant dans le XXe siècle. C’est là que fut célébré le Ier Congrès Ouvrier Espagnol en 1870. L’année suivante, le syndicat du textile adhèrera à la Ière Internationale et en 1888 il joua un rôle primordial dans la fondation de la UGT. Ce sera aussi un protagoniste de l’incendie des couvents et des combats contre l’armée pendant la « semaine tragique » (du 26 au 31 juillet 1909).

Palau Moja

Zone oubliée pendant des années, replète de bars, de cabarets et de lupanars, dont la récupération  commença pendant la IIe République de la main des architectes rationalistes de la GATCPAC et continuerait à fond à partir des années 90 du XXe siècle, avec la réhabilitation d’immeubles, l’ouverture d’espaces et la création d’équipements communautaires qui donneraient une nouvelle vie au quartier. C’est à partir de ce moment que le nom historique de Raval commença à remplacer celui de «Barrio Chino» (quartier Chinois) que lui avait attribué en 1925 le journaliste Angel Marsa à cause de sa société si conflictuelle.

Au XIXe, la Rambla devint le lieu de prédilection des édifices emblématiques de la ville, à teneur commerciale qu’elle conserve encore de nos jours. C’est un des espaces parmi les plus caractéristiques de Barcelone.

Son plus important trait de caractère est lié à son côté sombre et sordide, ce qui fait de sa visite une expérience irrésistible. Sa population très mélangée a ouvert cafés, bars et restaurants de toutes classes. Nombre de studios et d’ateliers d’artistes y sont réunis ainsi que librairies et galeries modernes, en plus des deux grands centres culturels, le MACBA et le CCCB.

Nous partirons de la Place de Catalunya et suivrons la Rambla, trait d’union avec le Quartier Gothique. Son kilomètre de longueur se divise en plusieurs morceaux: le lieu de rencontres des footballeurs de Canaletes, les postes de vente d’oiseaux chanteurs, les stands de ventes de fleurs parfumées, et les terrasses bien vivantes qui culminent au marché des artisans qui se réunissent les fins de semaines sur la partie finale.

La Fontaine de Canalete ouvre la Rambla. C’est là que le Barça célèbre ses victoires. Descendons le boulevard plein de monde et de statues vivantes, nous avons à main droite l’église de Betlem, temple jésuite des XVI-XVIIe qui fut incendié en 1936. En face, le Palais Moja du XVIII, dont le couloir à portique fut ouvert en 1934 four faciliter le passage des piétons. Un peu plus bas, le somptueux Palau de la Virreina, construit par un vice roi du Pérou. L’énorme corniche de la façade soutient une balustrade et dans la cour centrale, l’escalier géminé. Actuellement il abrite un Centre de l’Image. Tout proche est le populaire Marché de Sant Josep ou de la Boquería, construit en 1840 avec quelques unes de ses places décorées selon le Modernisme.

Musée d´Art Contemporain, MACBA.

Le Pla de la Boqueria est une petite place d’aspect médiéval où confluent quatre rues en ailes de moulin. C’est le site d’une ancienne porte de la muraille. Maintenant elle héberge une fontaine néo classique (1824), un grand dragon chinois de fonte de style égyptien /(1896), une mosaïque du peintre Joan Miro au centre de la promenade et la moderniste Casa Figueres, une usine de 1902 décorée de mosaïques polychromes en trencadis.

En descendant nous trouvons le Cercle del Liceu (1847) club privé à l’aspect moderniste catalan qui garde une grande collection de peintures de Ramón Casas. De la même année date le Grand Théâtre du Liceu, une des premières scènes d’opéra d’Europe. Il surgit après la guerre de Succession en(1714) quand les commandants triomphants du roi Felipe V firent de l’opéra un moyen de passe temps pour les soldats et le peuple. En forme de fer à cheval il subit plusieurs incendies en 1861, et 1994, inauguré à nouveau en 1999.

Un peu plus loin, le Palau Güell (édifié en 1890, déclaré Patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO), œuvre de jeunesse de Antonio Gaudi pour son mécène le comte Güell. Son aspect néo gothique se combine à l’extravagance des plafonds à caissons, il comporte de grande innovations comme l’arc parabolique et plus de vingt cheminées sculptures avec des mosaïques de céramique, marbre et verre, qui sont devenues le signe d’identité de l’édifice.

Le Centro Arts Santa Mònica consacré à l’art contemporain occupe un couvent du XVIIIe et dans un petit palais singulier loge le Musée de Cire.

Vers la fin, au Portal de la Pau, se dresse le monument à Colon (1886) une spectaculaire colonne de fer de 50m de haut avec l’explorateur indiquant la direction de l’Amérique. Un ascenseur monte jusqu’au point de vue panoramique.

Nous entrons maintenant dans le Raval, vers l’église de Sant Pau del Camp, de style roman lombard. Son cloître du XIIIe est décoré de châpìteaux aux motifs végétaux, animaux et bibliques. Ce sont les seuls vestiges de l’ancien couvent. C’est une construction simple au milieu d’un jardin avec à côté l’ancienne maison de l’abbé, des XIII-XIVe réformée au XVIIIe.

Allons maintenant à la Rambla du Raval, espace couvert de terrasses et de tavernes, présidé par le Chatde Fernando Botero.

La rue carrer de l’Hospital nous mène à l’ancien Hospital de la Santa Creu. Siège de la la Bibliothèque Nationale de Cataluña (1401) avec à côté la Casa de Convalescence, de nos jours siège de l’Institut d’Estudis Catalans; avec la Real Academia de Medicina  et l’ancienne chapelle utilisée maintenant comme salle d’expositions.

Par la carrer dels Angels nous arriverons au principal centre de la culture: la place dels Angels et la rue de Montealegre où sont le CCCB-Centre de Cultura Contemporània de Barcelona (dans l’ancien édifice de la Charité dont la restauration reçut le prestigieux  premier prix FAD) et à côté le MACBA-Museu d’Art Contemporani de Barcelona un emblématique édifice blanc de Richard Meier dédié à la création des cinquante dernières années.

Vous devez voir...

Monumento a Colón
Iglesia de Sant Pau del Camp

Informations pratiques

Coordonnées

41° 22′ 57″ N, 2° 10′ 37″ E

Distances

Girona 105 km, Lérida 162 km, Tarragona 98 km, Madrid 621 km

Lieux proches

Comentarios Facebook

About the author

Simple Share Buttons
Simple Share Buttons

Utilizamos cookies de terceros para mejorar la usabilidad para dispositivo de usuario. Si usted continua navegando, consideramos que acepta su uso. Puede cambiar la configuración y obtener más información

Los ajustes de cookies de esta web están configurados para "permitir cookies" y así ofrecerte la mejor experiencia de navegación posible. Si sigues utilizando esta web sin cambiar tus ajustes de cookies o haces clic en "Aceptar" estarás dando tu consentimiento a esto.

Cerrar