Bagà

Ville légendaire et refuge de Cathares dans le Cadí.

Dans un cadre de montagnes, aux pieds des Pyrénées, Bagá fut le berceau du héros médiéval légendaire Galceran de Pinos. Ce fut aussi un refuge pour des Cathares persécutés. Avec un passé minier, elle fait maintenant partie du Parc Naturel de Cadí-Moixeró.

Planifiez votre escapade à Bagá

Bagá est un très joli petit village retiré lié à certain épisode historique qui fut la cause de l’ouverture de son centre de recherches sur le Catharisme.  Visiter Baga vous prendra une demi-journée et habituellement, on consacre le reste de l’escapade à deux grands centres touristiques proches : Puigcerda et l’enclave de Llivia. Bagá étant situé dans le Parc Naturel de Cadi-Moixero, pour utiliser les divers services de tourisme actif qui y fonctionnent tout au long de l’année, vous devrez vous diriger aux entreprises sises dans la proche vallée de la Cerdanya (Puigcerda, Alp et La Molina) que nous vous indiquons dans notre page de Tourisme Actif à Gérone. Notre page de Dormir et manger à Bagá vous donnera toute l’information nécessaire pour profiter au maximum de la gastronomie locale ainsi qu’une liste des établissements des environs.

Malgré un environnement accidenté, il ne fait aucun doute que pendant la Préhistoire, des communautés primitives étaient installées dans cette zone de Barcelone, comme en témoignent les vestiges matériels d’il y a 5000 ans. Cependant, nous avons peu d’informations sur cette occupation précoce dont certains anciens rites païens nous en sont restés, comme la célébration de la fia-faia, qui est toujours pratiquée dans la localité à la veille de Noël.

Ce même silence historique prévaut tout au long de l’Antiquité et au début du Moyen Âge jusqu’à ce que le lieu soit nommé dans un document  au IXe siècle. Ainsi, les premiers temps de l’histoire de Bagà sont unis au comte de Cerdanyà et à ses vastes domaines, entre lesquels elle figurait. Des églises et des monastères  dépendant directement de l’évêché d’Urgell étaient répartis sur les terres.

La famille Pinós  exerça son autorité sur les lieux, ce qui leur donnera un certain brillant  grâce à ses liens avec les comtes de Barcelone et la monarchie aragonaise. C’est ce qui amena  que en 1147, le comte Galceran II de Pinós avec des guerriers de la région, ait  joué un rôle actif en tant qu’amiral responsable des navires aragonais envoyés pour la conquête d ‘Almeria.

En 1233, ce centre urbain se développa pleinement lorsque le comte Galceran IV  accorda la lettre de peuplement à la ville, la transférant depuis la colline à un endroit plus pratique pour ses habitants, au bord de la rivière Bastareny. Ce noble conçut le tissu urbain de la ville, lui donnant de l’essor avec des privilèges tels que la célébration d’un marché hebdomadaire.

À partir de 1244, de nombreux cathares (hérétiques chrétiens qui cherchaient une foi plus authentique) s’ échappèrent du sud-ouest français vers la Catalogne et un bon nombre s’ installèrent à Bagá et ses environ.

Dans le premier tiers du XIVe siècle, le village avait tellement grandi qu’il y avait déjà un faubourg. En raison de la résidence de nobles seigneurs, la ville  reçut en 1344 la visite de Pedro III, dernier roi de Majorque.

ruelle del Raval (ed. Rosell)
ruelle del Raval (ed. Rosell)

Au milieu du XIVe siècle, le monastère cistercien de Santes Creus,  mit par écrit la légende du comte Galceran de Pinos, selon laquelle il fut libéré miraculeusement par San Éstèphe de sa prison à Almeria, évitant ainsi la remise d’une centaine de jeunes filles de sa contrée de Bagá; Voilà pourquoi l’histoire et le personnage sont très populaires parmi les femmes de la région.

Aux  XIVe et XVe siècles, la population souffrirait d’épidémies de peste, des guerres, des tremblements de terre et des incendies. Cependant, elle se consolida comme un noyau urbain de référence pour ses environs, prospérant grâce au commerce de la laine.

Ce village occupe une place prépondérante dans l’historiographie catalane, car le chevalier Pere Tomic y écrivit en 1438, la première histoire de  Catalogne. À la fin du Moyen Âge, la domination des barons de Pinós s’acheva et progressivement ce village dépendra successivement des maisons ducales d’Alba et de Medinaceli;  les quelles contrairement aux précédentes,  n’y résideraient pas.

Les XVIe et XVIIe siècles seraient de nouveau marqués par des épidémies et surtout par les guerres des ‘Segadores’(Faucheurs) et de Succession  malgré les quelles la ville su conserver son importance. En revanche, au XIXe siècle, la guerre d’Indépendance et les conflits Carlistes en accentuèrent le déclin et la perte de population.

Au cours du siècle dernier, l’exploitation des mines de charbon redonna une certaine importance à Baga, lui permettant  une récupération.

La visite commence par les sites des bords  de la rivière Barasteny, qui est traversée par un pont d’origine médiévale. Puis, nous atteignons le centre urbain de Bagà : la Plaza de Galceran de Pinós, où se trouve la sculpture  rappellant le célèbre personnage local.

L’église de San Esteban (XIVe siècle) est le monument le plus connu à Baga, un magnifique temple à trois nefs avec à l’extérieur un imposant portail de style gothique. Remarquez au dedans la chapelle du Santisimo et une croix byzantine.

Autre  lieux emblématique de cette ville est le Sanctuaire de la Vierge de Paller (milieu du XVIIIe siècle), une construction d’une seule nef où est conservée l’image de la patronne de Bagá, de la même époque que l’édifice. Le retable aussi est baroque.

Église de San Esteban
Église de San Esteban

Cette ville médiévale a un site incontournable : le Centre d’Interprétation du Catharisme, situé à l’intérieur du Palais Pinós. C’est un ancien bâtiment décoré de peintures murales des XVIIe et XIXe siècles. Les cathares venus de France  rejetaient les richesses matérielles, ils furent exclus par l’Église Catholique et même condamnés comme hérétiques. Leurs traces dans la région, fuyant les autorités franques, est le thème principal de ce curieux musée.

Dans les environs de Bagà se trouve l’église romane de Sant Joan del Avellanet, une petite chapelle  avec une petite nef et l’abside médiévale caractéristique au chevet. Elle est  connue dans des documents depuis le Xè siècle.

La visite de la ville est complémentaire à celle du Parc naturel des Sierras del Cadí et de Moixeró, dont le centre d’interprétation est situé rue Viña dans la ville. Cet espace naturel abrupt est l’un des plus importants de la géographie catalane et comprend des zones de plus de 2500 mètres d’altitude qui anticipent le paysage des Pyrénées. Dans ce même environnement, la présence de la station de ski de Cerdanya est très importante.

Renseignements pratiques

Coordonnées

42° 15′ 17″ N, 1° 51′ 49″ E

Distances    

Barcelona 131 km, Madrid 637 km

Stationnement

Il vaut mieux laisser la voiture dans les voies d’accès immédiates au centre urbain.

Altitude

785 m

Habitants

2 396 (2012)

Carnaval, Semaine Sainte, Grande Fête de Terradelles (après San Pedro en juillet), Fête Majeure (3 aout), Fête des Chasseurs (2e. quinzaine de septembre) Foire de la Toussaints (2 novembre)

Fête du riz (2e. dimanche de février), Semaine et Marché Médiéval (à la mi juillet) Fête de la Sardine de Terradelles (aout), Fia-faia (24 décembre).

Autres destinations proches

Comentarios Facebook

About the author

Simple Share Buttons
Simple Share Buttons

Utilizamos cookies de terceros para mejorar la usabilidad para dispositivo de usuario. Si usted continua navegando, consideramos que acepta su uso. Puede cambiar la configuración y obtener más información

Los ajustes de cookies de esta web están configurados para "permitir cookies" y así ofrecerte la mejor experiencia de navegación posible. Si sigues utilizando esta web sin cambiar tus ajustes de cookies o haces clic en "Aceptar" estarás dando tu consentimiento a esto.

Cerrar