Burgo de Osma

La Cité disputée des évêques de Soria

Tout autour de l’antique Uxama, scène stratégique de plus d’un siècle de batailles féroces entre Maures et Chrétiens, s’est développé un bourg fort bien gouverné par les évêques qui s’y succédèrent. De nos jours, c’est un joli village bien conservé avec une riche offre culturelle et gastronomique.

Planifiez votre escapade à Burgo de Osma

Une cathédrale, deux enceintes de fortifications voisines et de nombreux édifices intéressants vous demanderont bien de passer toute une journée à Burgo de Osma pour tout y voir. Pour les plus intrépides, nous leur conseillons de suivre le cours de la rivière jusqu’à l’antique enceinte du château – Il leur faudra grimper jusqu’au haut de la colline où sont les ruines du vieil Osma. (Prenez la voiture si vous n’êtes pas en bonne forme physique) pour imaginer comment fut l’alcazaba musulmane. Pour le second jour d’escapade vous avez plusieurs options: Faire une excursion de toute la journée pour visiter la forteresse de Calatañazor et son beau sabinar et le Monument naturel de La Fuentona. Les marcheurs de tous âges pourront parcourir le Parc naturel des Gorges du río lobos. Sur le chemin du retour pour Madrid ou Valladolid, on peut faire un arrêt dans la localité proche de San Esteban de Gormaz. Notre sections pour Manger et se Loger à Burgo de Osma vous informera sur la gastronomie locale et les logements possibles.

Voulez-vous visiter cet endroit?

e fut l’une des bases de Sertorio lors de sa guerre contre Rome et fut détruite par Pompeyo en 72 av.J.C. Au moment de sa reconstruction on y construisit des infrastructures sophistiquées (l’apport de l’eau du Ucero depuis sa naissance à 20 kilomètres au nord par une galerie transitaire). Depuis le VIe siècle les wisigoths la nommèrent Oxoma ou Osoma De l’évéché installé dans la masse du château, en 597, l’évêque Juan assista au Concile Douze à Tolède.

Au Xe siècle, les arabes qui l’appelaient Wasxima édifièrent une tour de guet sur un bastion de la première muraille.  En 912, le chevalier Gonzalez Tellez en fit la reconquête, transférant le village sur la colline voisine, sur la rive gauche de l’Ucero. Il y construisit un château et fortifia le village de Osma. En 939, le roi Ramiro II de León et le comte castillan Fernan Gonzalez y gagnèrent la bataille contre le calife Abderraman III. Quelques années plus tard les musulmans en seraient les maîtres à nouveau et elle servirait de base pour les chevauchées d’Almanzor. C’est à proximité de Calatañazor l’année 1000 qu’il recevrait sa première défaite qui marquerait un point d’inflexion dans sa guerre. Le caudillo Soleyman la remettra au comte Sancho Garcia en 1011 comme paiement pour ses services. C’est en 1088 que le roi Alfonso VI commença un repeuplement actif, y rétablissant le diocèse.

Une fois éloigné le danger musulman, la population de Osma commença à s’installer en dehors des troisièmes murailles sur la rive droite du Ucero, autour des ruines d’une église wisigothe dédiée à San Miguel. En 1101, le nouvel évêque d’origine française, Pedro de Bourges s’y installa aussi (par la suite il serait canonisé en tant que San Pedro de Osma). Il utilisa les fondations de ce temple pour construire une cathédrale romane. Sous ses murs s’établirent les artisans et les marchands dépendant de l’évêque qui formèrent ainsi le nouveau Burgo de Osma. Vers 1240, l’évêque Juan Dominguez fit démolir la cathédrale romane pour y construire une plus grande de style gothique.

Vers la moitié du XVe siècle, l’évêque belliqueux Pedro de Montoya se mêla aux luttes intestines de Castille, voulant assurer sa position en construisant une muraille autour du Burgo (dont nous restent quelques pans proches de la Porte de San Miguel). En 1469, déguisé en marchand, Fernand le Catholique se rendit au château de Osma (lorsqu’il allait à Dueñas pour ensuite se marier à Valladolid avec Isabelle. Un garde lui décocha un tir d’arbalète (de l’avoir atteint, l’histoire de l’Espagne aurait été différente). À la fin du XVe siècle, les rois concédèrent la seigneurie de Osma au duc de Uceda. Mais la population diminua au profit du nouveau bourg situé dans la plaine, de l’autre côté de la rivière et gouverné directement par le diocèse. En 1541ce nouveau bourg gagne du prestige quand l’évêque inaugura l’Université de Santa Catalina, en prolongeant pour deux siècles la stabilité et la prospérité.

Plaza Mayor

En mai 1808, une Junta de Défense fut nommée en réponse aux évènements de Madrid; ce qui provoqua qu´en novembre elle soit assaillie par les français sous les ordres du maréchal Ney qui la mirent à sac pendant neuf jours, provoquant une véritable famine. En 1811 les français y laissèrent une garnison stable qui fut expulsée en 1812 par l’armée espagnole.

Malgré le fait que les seigneuries ecclésiastiques aient été abolies lors des Cortes de Cadiz, l’autorité de l’évêché sur la région se prolongea jusqu’au désamortissement de 1836 quand l’église fut dépossédée de ses biens.

Depuis les débuts du XIIIe siècle les responsables de la Collégiale de San Pedro Apostol de Soria cherchaient à convaincre les Papes de leur transmettre le siège de l’évêché. Mais le succès de la gestion et  l’influence du clergé du Burgo ne le permirent pas, même après la réorganisation provinciale de 1833 quand Soria fut déclarée capitale de la province. Il fallut attendre 1959 pour que les deux cathédrales soient déclarées co-cathédrales, Burgo de Osma et Soria.

En 1993, le centre historique fut déclaré Ensemble Historique et Artistique par le Gouvernement.

Le premier grand édifice que l’on voit de la route à l’entrée du Burgo de Osma est l’ancienne Université de Santa Catalina (de nos jours un hôtel balnéaire), Elle fut terminée en 1549 par l’évêque Acosta dont les armes sont sur la façade près de celles de l’empereur Carlos V, flanquant les deux écussons la statue de la sainte patronne de l’université. Celle-ci fonctionna entre 1778 et 1841. Il y a dedans une vaste cour avec un graffiti d’étudiants du XIXe siècle.

On entre dans la cité par la Calle Mayor bordée de typiques maisons castillanes de briques à arcades reposant sur des colonnes de pierre ou de bois protégeant les passants de la pluie et du froid des hivers. Sur la Plaza Mayor (baroque et à arcades) se trouve la Mairie (1768) depuis la quelle les membres du Pouvoir Civil pouvaient assister aux courses de taureaux qui se déroulaient sur la place même jusqu’au XXe siècle. En face, l’Hospital de San Agustin qui fut reconstruit au XVIIIe avec deux tours avec chapiteaux de chaque côté de la façade présidée par une image du saint entre des blasons. Y sont réunis le Bureau du Tourisme, un centre d’expositions temporaires et l’Aula Arqueologica Antigua Osma qui propose un parcours intéressant depuis la Uxama préhistorique jusqu’à la cité chrétienne.

Rue Palafox se dresse le Palacio del Obispo (palais de l’évêque) construit en 1515, avec un curieux portail à arcature double avec des effluves musulmanes: il faut y voir les animaux fantastiques dans  le cadre entourant les armes de l’évêque.

Un peu plus loin se trouve la cathédrale gothique, commencée en 1232, en forme de croix latine à trois nefs de cinq travées chacune, couverte d’une voute ogivale, sauf l’abside qui porte une voute à nervures. En 1512 on y rajouta le cloitre gothique et en 1767 la tour baroque de 72 mètres de haut, qui est le symbole de la localité, Le grand retable (1554) est œuvre de Juan de Juni et de Juan Picard. La grille plateresque qui ferme la chapelle centrale est due à Juan Frances (XVIe). La sacristie et la chapelle Palafox  du chevet furent construites au XVIIIe par Juan de Villanueva. Elle héberge le Museo Catedralicio et Diocesano installé dans plusieurs dépendances autour du cloître et aussi y est conservé le sépulcre de pierre polychromée de Pedro de Osma (1251) auquel on attribue un certain nombre de miracles et de légendes au cours des quelles on l’aurait vu abandonner sa sépulture. On peut voir aussi un pupitre de marbre, des vitraux renaissance… Dans la sacristie vous pouvez contempler le «Beato de Osma» (1086) codex qui reproduit le Commentaire de l’Apocalypse de Saint Jean, du Beato de Liebana illustré de miniatures mozarabes.

Cathédrale de la Asunción

Sur la rive de l’Ucero, une Promenade conduit au sud au Pont Médiéval et à la Torre del Agua (tour de l’eau) vestige visible de la troisième muraille du château où était située l’antique Osma médiévale. Si vous n’avez pas une forme excellente il vaut mieux accéder aux ruines du château en voiture (prendre la SO-160 pour l’Enebral ou la SO-180 pour La Rasa). Sur le haut de la colline restent une partie des murs de maçonnerie et pierres de taille, ainsi qu’un grand nombre de dalles sculptées d’origine romaine. Se sont aussi conservé le donjon et l’arc en fer à cheval, accès depuis l’ouest. On distingue difficilement les trois enceintes de murailles de l’antique Osma à flanc de colline face à la rivière.

Vous devez voir...

Ayuntamiento
Puente romano

Informations pratiques

Coordonnées

42° 36′ 17″ N, 0° 31′ 24″E

Distances

Huesca 148 km, Barcelona 297 km, Zaragoza 218 km, Madrid 534 km

Lieux proches

Comentarios Facebook

About the author

Simple Share Buttons
Simple Share Buttons

Utilizamos cookies de terceros para mejorar la usabilidad para dispositivo de usuario. Si usted continua navegando, consideramos que acepta su uso. Puede cambiar la configuración y obtener más información

Los ajustes de cookies de esta web están configurados para "permitir cookies" y así ofrecerte la mejor experiencia de navegación posible. Si sigues utilizando esta web sin cambiar tus ajustes de cookies o haces clic en "Aceptar" estarás dando tu consentimiento a esto.

Cerrar