Peñaranda de Duero

La Cité, son rocher et la rivière

Juchée sur une colline qui domine plusieurs rivières se dresse un château imposant et de belles preuves d’architecture populaire de torchis et de colombages, des monuments médiévaux et renaissance. Ici, le voyageur pourra faire des emplettes dans la pharmacie la plus ancienne d’Espagne, ouverte depuis le XVIIIe siècle.

Planifiez votre escapade à Peñaranda de Duero

Visiter le château et Peñaranda de Duero prendra une demie-journée; l’escapade peut se prolonger en prenant la Bu-925 pour aller voir l’importante cité romaine de Clunia à proximité du village de Peñalba de Santiago. Les amateurs de vins chercheront dans les environs quelques caves ouvertes au public de la D.O. Ribera del Duero. Si vous avez un jour de plus vous pouvez visiter la ville tote proche de Aranda de Duero. Notre section pour Se loger et manger à Peñaranda de Duero vous informera sur la gastronomie locale vous indiqua aussi où réserver pour la nuit.

Voulez-vous visiter cet endroit?

Le nom de Peñaranda fait allusion au rocher fortifié qui domine les rivières affluentes du Duero. Ce fut une enclave de  la tribu celte-ibère des Arevacos, dépendants de la proche cité de Clunia (actuelle Coruña del Conde) qui fut un centre de résistance  important contre les romains.

Dans les débuts du Xe siècle, lorsque les chrétiens repoussent les maures jusqu’au fleuve Duero ils occupent la localité. Nous ne disposons pas de chroniques sur le sujet mais selon la tradition la forteresse aurait été construite par le Comte Fernan Gonzalez lui-même.

Aux débuts du XIVe, le roi Fernando IV, remit la cité au chevalier Fernan Ruiz de Amaya qui la vendit en 1311 à l’infant Don Pedro, fils de Sancho IV de Castille. Sous Alfonso XI, la cité passa à la seigneurie de la famille des Avellaneda, comtes de Miranda del Castañar qui furent à l’origine des principaux travaux architectoniques de la cité dont la réforme du château au XVe siècle. Apparentés par la suite aux Zuñiga, au cours des XVIe et XVIIe siècles plusieurs membres de ces familles eurent des charges importantes dans l’empire espagnol organisant toute une cour seigneuriale dans la cité qui prit l’habitude de recevoir des personnalités. En 1608, le roi Felipe III établit le titre de Duc pour le quatrième comte de Miranda del Castañar, Juan de Zuñiga y Avellaneda, vice-roi de Catalogne et de Naples. Par la suite, la seigneurie passa à la famille Portocarrero pour finalement s’incorporer au duché de Alba.

Pendant la Guerre d’Indépendance ce fut la zone des activités du chef guerrillero de Burgos le Curé Mérino. Le 16 avril 1812, dans une embuscade à Valdearados (près de Peñaranda) il attaqua et massacra un bataillon de 669 lanciers polonais au service de Napoléon. Fait qui est remémoré chaque année par l’Association Culturelle La Francesada.

Nous conseillons de commencer la visite de Peñaranda en traversant le portail à arcades qui donne accès à la Plaza Mayor. Sur cet espace pavé est dressé le Poteau juridictionnel du XVIe siècle. C’est un bien d’intérêt culturel, lieu où les comtes de Miranda del Castañar faisaient leurs Avis. À l’origine il était hors de la muraille, mais fut transféré à cette place pour des raisons décoratives en 1959.

Les maisons de la cité, dont celle de Ribera, sont construites de torchis et de colombages, elles sont peu profondes et ne dépassent pas les deux étages avec chien assis. Le rez de chaussée est consacré au pressoir, et l’étage à la résidence. Un sous sol  donne accès aux caves qui parsèment tout l’espace urbain. La façade est occupée par un balcon de bois au soleil.

Entourant la Plaza Mayor, ces maisons à arcades  sont interrompues par le Palais ducal et l’église. Cette place fut choisie pour tourner le film «alegres picaros» (De joyeux lurons) en 1988 avec l’acteur italien Vittorio Gassman.

Le Palais des Zuñiga et Avellaneda est un imposant édifice renaissance du XVIe au quel on accède par un très beau portail plateresque orné de marbres jaspés. L’entrée donne sur une cour de deux étages à arcades, avec un puits très décoré. Les plafonds sont garnis de caissons  variés  et de grande valeur décorative, gothiques, mudéjares et renaissance. Voyez en particulier celui dit du Salon des ambassadeurs.

Dans une rue transversale, il ne faut pas manquer d’aller voir à Peñaranda de Duero la Botica de Ximeno, régie des générations durant par la même famille depuis sa création à la fin du XVIIe. Dans ses dépendances on a monté le Musée de la Pharmacie avec toute une collection de céramiques de Talavera de la Reina.

L’église de Santa Ana est une ancienne Collégiale construite vers la moitié du XVIe, restaurée avec un portail baroque du XVIIIe. Le grand retable compta avec l’intervention de l’architecte Ventura Rodriguez. Dans le presbytère, un reliquaire conserve le chœur de don Cipriano de Portocarrero, comte de Montijo, père de Eugenia, impératrice de France.

Au centre du village, le Couvent des Mères Franciscaines de la Conception, fondé en 1558 par les comtes de Miranda possède une très belle cour renaissance et dans l’église un fort joli plafond à caissons mudéjar.

Hors de la cité est le Couvent du Carmen avec son église classiciste et ses retables du XVIIe.

La visite de Peñaranda doit se compléter par la montée à son château: on y arrive en prenant la déviation vers Caleruega où une indication sur la gauche vous montre le chemin de la forteresse. Ce que vous voyez est issu de la réforme du XVe siècle. Ses créneaux sont en assez mauvais état, mais le donjon lui est bien conservé. Il a été restauré et abrite le siège du Centre d’Interprétation des Châteaux de la Frontière (Frontière: les terres limitant les royaumes chrétiens et musulmans).

ImagenCL_castilla-leon_burgos_penaranda-de-duero_bi

Architecture typique des maisons avec le château au fond

À 7 Km au sud se trouve le Monastère de la Vid, du XIIe à l’origine, toujours occupé par des moines augustins. Sa façade occidentale baroque  spectaculaire est dominée par un clocher plat sur trois hauteurs. L’église de trois nefs avec lanterne sur la croisée de transept mélange les styles gothiques et renaissance. De l’église romane primitive restent les colonnes couronnées de magnifiques chapiteaux, ainsi que les fonds baptismaux. La visite du cloître du XVIe vous donnera un beau point de vue sur la lanterne.

À 10 km, aux environs de Peñalba de Castro, se trouve le gisement archéologique de Clunia Sulpicia, une colonie romaine qui atteignit les 30.000 habitants. On dit que c’est là que Galba fut proclamé empereur de Rome en 69 av.J.C. Le théâtre splendide creusé à même la roche pouvait recevoir 9.000 spectateurs. On y remarque aussi les Thermes des Arcs, le Forum, les Tabernae et les demeures à mosaïques comme celle des Pigeons de la Maison Triangulaire.

Vous devez voir...

Informations pratiques

Coordonnées

41º 41’ 14’’ N, 3º 28’ 39’’ O

Distances

Madrid 183 km

Lieux proches

About the author

España Fascinante usa cookies para asegurarte una experiencia maravillosa. Si usted continua navegando, consideramos que acepta su uso. Puede cambiar la configuración y obtener más información

Los ajustes de cookies de esta web están configurados para "permitir cookies" y así ofrecerte la mejor experiencia de navegación posible. Si sigues utilizando esta web sin cambiar tus ajustes de cookies o haces clic en "Aceptar" estarás dando tu consentimiento a esto.

Cerrar