Espinosa de los Monteros

Origine de la Garde Royale

De ses habitants fut choisie l’escorte qui a perduré le plus de la monarchie espagnole. Le village possède encore de très belles demeures des membres de ce corps et de leurs familles. Dans les environs se trouve le Monument Naturel Ojo Guareña si impressionnant.

Planifiez votre escapade à Espinosa de los Monteros

Une demi-journée vous suffira pour parcourir ce que nous vous indiquons dans notre rubrique «que voir à Espinosa de los Monteros». Vous pourrez consacrer le reste de votre escapade à la randonnée ou autres initiatives de tourisme actif au lac de barrage de l’Ebre et au Monument Naturel de L’«Ojo de Guareña». Si vous allez vers le sud, vous y visiterez les cités médiévales de Medina de PomarFrias et Oña. Consultez notre section pour Se loger et manger à Espinosa de los Monteros. Pour connaître la gastronomie locale et où réserver.

Voulez-vous visiter cet endroit?

Les premiers occupants connus datent du VIIIe s. av.J.C. et faisaient parti de la tribu cantabrique des Coniscos. Son premier nom fut Vellinga et elle s’étendait autour de San Martin (actuel) vers le mont Edilla. Sa forte résistance face aux romains obligea à ce que Octavio Cesar Augusto commande en personne les troupes qui la soumirent. Les romains y construisirent une forteresse qu’ils nommèrent Barrutha o Barrustha (site entièrement fortifié) depuis la quelle ils exploitèrent l’or des rivières

En 554, le roi wisigoth Atanagildo vainquit les romains et arrasa le site. Les Goths créèrent entre 600 et 700 de petits villages dont le nom d’ensemble (de par la végétation locale) Val de Espinosa.

Passé le 720, les arabes firent de si nombreuses incursions que les habitants s’en furent se réfugier dans la haute montagne, vidant la région de sa population. Peu à peu les habitants revinrent mais la grande razzia des troupes de Abderraman III vers 920 la dépeupla à nouveau.

En 1006 eut lieu le fait qui donna son surnom de Espinosa de los Monteros et que de là provenaient par la suite tous les gardes –chasse du comte Sancho Garcia, fils du comte Garci Fernandez et de son épouse doña Sancha dont l’histoire est contée dans la légende de La comtesse Traitresse: l’un des garde du roi lui sauva la vie en lui révélant que sa propre mère voulait l’empoisonner. Au IXe siècle, donc fut fondé le Corps des Gardes, gentils hommes chargés de la surveillance nocturne des personnes royales, et qui est à l’origine de la Garde Royale

Une autre légende de Espinosa de los Monteros mentionne la comtesse comme doña Aba et le musulman avec le quel elle pensait se marier après avoir liquidé son fils se nommait Mahomad Almohadio. Le majordome qui fut institué avec le titre de Montero était Sancho Espinosa Pelaez.

Ancienne photographie aérienne de Espinosa de los Monteros

La cité fut fondée à nouveau en 1086 par le roi Alfonso VI qui chargea les chevaliers Martin Ruiz de Berrueza et son frère de la repeupler. En 1501, elle reçut le privilège de tenir un marché par semaine, le mardi. D’importantes fabriques textiles s’y construisirent car les toiles des voiles de bien des navires de l’«Armada Invincible» provenaient de cette cité (1588). En novembre 1808, au commencement de la Guerre d’Indépendance, l’armée de Galice sous les ordres du général Joaquin Blake y fut battue par le général français Victor. Après la bataille, les vainqueurs mirent le village à sac et le détruirent.

Deux quartiers historiques composent Espinosa de los Monteros: Quintanilla et Berrueza. La Place de Sancho Garcia au tracé irrégulier est le centre urbain. Elle comporte des maisons sur arcades à l’architecture de montagne et galeries vitrées. L’église de Santa Cecilia (XVIe), renaissance, église hall à trois nefs domine la place. Elle est couverte de créneaux de dentelle de pierre gothiques et l’abside comporte une voute en coquille appuyée sur deux pendentifs. De la première église romane est conservé un mur avec une colonne adossée.

Le Palais des Marquis de Chiloeches (XVI-XVIIe) présente une belle façade blasonnée sous un arc surbaissé entre deux tours. Les écoinçons de l’arc comportent un homme et une femme portant des miroirs. L’écu sur le fronton triangulaire du portail est un bel exemple héraldique qui reproduit en pierre un champ d’or avec deux chênes verts et deux renards noirs, et un champ d’azur pour une tour d’argent avec deux hérons parachevant les côtés. Déshabité depuis le XVIe il servit de caserne aux troupes passant par la cité jusqu’à sa restauration au XXe siècle.

Dans le quartier de Quintanilla se trouve l’église de San Nicolas, reconstruite au XVIIIe. D’une seule nef, elle comporte un beau retable du XVe composé de plusieurs tablas (bois peint) hispano-flamencas peintes par Fray Alonso de Zamora et le Maìtre de Oña. Curieusement, l’esprit saint y est représenté comme une femme.

Tout prôche et protégé par une doublé enceinte de murs et de grilles se trouve le Palais Cuevas de Velasco (1623), maniériste avec une chapelle baroque digne d’être vue.

L’église Santa Maria de Berrueza (XVIIIe) est présidée par tout un baldaquin baroque. Le Palais du Marquis de Lefarda est du XIVe, on le nomme aussi «Tour des Monteros» ou Tour Velasco par son aspect de forteresse et son fait en créneaux et petites tours d’angles.

La Casa de Velasco est de deux corps rectangulaires unis (tour et écuries) près de la rivière Trueba et datant du XIVe siècle.

En 2006, le Musée des Monteros del Rey fut inauguré, avec des audio visuels et des panneaux explicatifs, vous y trouverez toute l’information sur l’histoire du village et le corps des Monteros (disparu en 1931 avec le départ de Alfonso XIII) et sur la bataille de 1808.

Le Musée Ethnographique Cuatro Rios Pasiegos, offre des informations sur la vie traditionnelle des vallées de cette région.

imagenCL_castilla-y-leon_burgos_espinosa-de-los-monteros_prop

Palais des Marquis de Chiloeches

Dans le terme municipal de Cornejo (à 15 kms à l’ouest) est situé l’ensemble karstique de Ojo Guareña, un ensemble de grottes sous terraines de 100 kms de long qui hébergent plusieurs sanctuaires préhistoriques. Le Centre d’Interprétation Ojo Guareña est dans le village voisin de Quintanilla del Rebollar qui informe sur la visite des grottes et de l’Ermitage rupestre des Saints Tirso et Bernabe. Il est considéré comme le plus grand ensemble karstique d’Espagne avec ses presque 100 kms de galeries sur six niveaux se communiquant. On y a trouvé des invertébrés uniques au monde, des traces fossiles et des peintures rupestres. À l’entrée, protégée dans les rochers est nichée la chapelle troglodyte de San Bernabe depuis la quelle on peut visiter quelque 400 mètres de galeries. La chapelle conserve une statue du XIIIe de San Tirso et sur sa voute des peintures des XVIIIe et XIXe siècles.  La Mairie a installé un point de rencontre dans une autre salle.

Vers l’est, une fois passé le Col du Cabrio, vous pouvez faire une excursion dans la Vallée de Mena où poussent plusieurs forêts de hêtres (Relloso, Guardieta, Portillo de Aro), des fontaines et cascades: Fontaines de la rivière Cadagua. Les villages y ont de très jolies églises romanes.

Vous devez voir...

Informations pratiques

Coordonnées

43° 4′ 0″ N, 3° 32′ 0″ O

Distances

Burgos 97 km, Santander 72, Bilbao 76, Madrid 333 km

Lieux proches


About the author

Otras noticias de interés
[vc_row][vc_column][vc_custom_heading text="Projets de tourisme à Ségovie. Gastronomie, activités de plein air et fêtes toute l’année" Más información
[vc_row][vc_column][vc_column_text]L’art Roman, considéré comme le premier grand style international, a capitalisé les manifestations artistiques européennes Más información
[vc_row][vc_column][vc_column_text]Ces divers châteaux que nous rencontrons dans toute la géographie espagnole témoignent de notre histoire Más información
[vc_row][vc_column][vc_column_text]Quand on parle de la splendeur artistique vécue entre le Xe et le XIIIe siècle, Más información
[vc_row][vc_column][vc_custom_heading text="Le «Miracle de la lumière» et l'hôpital de pélerins qui fit se déviér le Más información