Potes

Seigneurie de l’”Infantado” et capitale du Liebana

La petite ville de Potes sur le flanc sud des Pics de l’Europe avec comme  fond de paysage leur impressionnant massif oriental est une région à tradition agricole qui s’est tournée vers le tourisme rural, devenant l’entrée principale du Parc National des Pics de l’ Europe.

Planifiez votre escapade à Potes

“La cité aux ponts et aux tours” possède une histoire et une gastronomie remarquables, des constructions comme la Tour de l’Infantado, l’église de San Vincente et de nombreux ponts que vous pouvez voir en une matinée. Si vous en avez le temps, partez vers l’est et pénétrez dans ce paradis de la nature qu’est le Parc National des Picos de Europa. Vous pouvez d’autre part vous diriger vers le nord et passer la journée à lézarder sur les plages de San Vicente de la Barquera. Quant à la gastronomie locale, maintes tavernes vous permettront de vous régaler avec les Quesucos de Liébana et autres délices régionaux. Pour connaître les établissements et faire vos réserves, consultez notre section pour Se loger et manger à Potes.

Voulez-vous visiter cet endroit?

Quatre vallées composent la région du Liebana: Valdebaro, Cereceda, Piedrasluengas et Cillorigo, avec leurs petits villages respectifs, étant Potes la plus petite municipalité. Ce sont donc une succession de pentes avec seule une frange de terrain plat entre les rivières Deva et Quiviesa qui  confluent dans la citée.

Des vestiges  indiquent que la région fut peuplée depuis la préhistoire, puis par les romains, les wisigoths et les arabes. Sous ces derniers elle eut une certaine période de splendeur.

Après le Reconquête, la chronique du roi Alfonso III (848-910): Dernier roi asturien et premier de León mentionne que le repeuplement par des gens de la meseta eut lieu au VIIIe siècle, sous le roi Alfonso I des Asturies.

Au IXe siècle, apparait pour la première fois le nom de Pautes, qui donnera Potes. Le Monastère de Santo Toribio et la Couronne se partageaient le pouvoir sur ces terres. Au Xe siècle le lieu devint le centre administratif du comté de Liébana et rapidement une bonne économie commerciale s’y développa. Pour cette raison, le roi Sancho IV de Castille par une ordonnance en 1291, obligeait à tous ceux qui venaient au marché à laisser leurs armes à l’auberge durant tout leur séjour en ville.

Au XIVe siècle, la localité devint seigneurie de l’infant don Tello, fils du roi Alfonso XI de Castille et premier seigneur de Castañeda. Mais la maîtrise de la forteresse aux mains des Seigneurs de Castañeda, descendants de don Tello fut revendiquée par la toute puissante famille Mendoza qui y mit le feu en 1444. À partir de ce moment les Mendoza  dominèrent la région, car  étant sous la protection des Rois Catholiques, ceux-ci leur concédèrent le titre du duché de l’Infantado en 1475.

La relation étroite entre les Mendoza et la Couronne, fit que les comuneros menés par Garci Gonzalez Orejon de la Lama prirent d’assaut la tour des Infantado. Fait prisonnier le commandante des royalistes: Toribio Alonso de Mogrovejo  fut lancé dans le vide depuis les créneaux de la tour. La loyauté des Infantado au roi Carlos I fut récompensée par le titre de Grand d’Espagne. La famille continuera à dominer la province du Liébana depuis Potes: dans sa tour logeait le corregidor royal. La tour servit aussi de prison jusqu’à la disparition des seigneuries en 1833.

Vieux Marché hebdomadaire

En 1808, Potes fut la scène de luttes furieuses entre français et maquisards du Liebama, qui repoussèrent les ennemis jusqu’à seize fois. Le général français Mahy se vanta d’avoir réussi à les vaincre.

En 1823 Manuel de Colmenares, seigneur de Liebana souleva, arma et organisa mil six cents habitants contre le gouvernement pour libérer le roi Fernando VII de ses obligations constitutionelles. Ces dénominés «royalistes» s’en furent assiéger la tour de l’Infantado, siège de l’autorité de la province et s’en emparèrent.

En 1868, le XVe duc de l’Infantado vendit sa tour à un savetier, dans le but de se délier complètement lui et sa famille de la localité.

À la fin du XIXe et au début du XXe siècle, beaucoup de voisins émigrèrent en Amérique. Ceux qui y réussirent au retour ils firent construire de importants édifices à la localité dans un style connu comme les architectures des «Indianos».

Un incendie en 1937 pendant la Guerre Civile affecta une grande partie de la vieille ville qui fut reconstruite et est considérée comme «Bien d’intérêt Culturel» dans la catégorie d’Ensemble Historique.

Le village de Potes, à l’est de la Cantabrie est l’un des plus atrayant de la communauté par son caractère historique, sa gastronomie et ses traditions particulières, le tout situé dans un emplacement incomparable. Les rues traversent le Deva et son affluent le Quiviesa par de nombreux ponts. Les ponts de San Cayetano et celui de la Carcel (prison) relient les deux rives du Vieux Quartier, chœur de la vieille ville historique, qui malgré les restaurations conserve tout son charme médiéval.

On peut en commencer la visite par l’ancienne église de San Vicente (ou Vieille église XIV-XVIIe) qui héberge de nos jours une salle d’expositions. En face se dresse La Nouvelle èglise de San Vicente(XIXe) moins intéressante artistiquement mais qui conserve de beaux retables baroques provenant de vieux couvent de San Raimundo. Dans un jardinet tout proche, vous verrez le monument en honneur du violoniste local Jesus de Monasterio, réalisé par P. Estany en 1903. Au bout de la rue portant son nom, se trouve la maison natale du musicien

Dans le centre de la ville, s’élève la Tour de l’Infantado, Mairie locale actuelle. C’est une Maison-Tour du XVe siècle, carrée, de peu d’ouvertures et terminée par quatre tourelles  à créneaux aux angles. La famille Lama en ordonna la construction, elle passa ensuite à Diego Hurtado de Mendoza, père du célèbre Marquis de Santillana qui dans ses «serranillas» écrivit sur cette région. La tour fut la scène de multiples violences, siège du corregidor et prison (nous vous en avons parlé dans la rubrique «histoire»).

Passant sous des arcades, à l’ouest vous arrivez au quartier del Sol (soleil) où vous trouverez la Tour de Orejon de la Lama (XVe), carrée, trois étages et blasonnée des armes de Bedoya et Celis. On y célèbre des expositions et autres manifestations culturelles. Le quartier possède aussi un certain nombre de demeures nobles, dont la Casona de la Canal qui héberge le Musée Cartographique de Juan de la Cosa. Ce navigateur et cartographe Cantabre est surtout connu pour avoir dessiné la carte la plus ancienne du continent américain. Si vous traversez le pont de San Cayetano, vous parvenez au quartier de la Solana (L’ensoleillée) avec de simples maisonnettes d’architecture populaire dans d’étroites ruelles aux petits pavés.

Dans le quartier San Roque, il ne faut pas manquer d’aller voir le Couvent de San Raimundo de Potes, fondé en 1608 dont on a conservé la façade et le cloître. Les quartiers El Tullo et la Fuente la Riega, maintiennent encore cette atmosphère de noblesse rurale qui caractérise la localité.

Tour du « Infantado »

Restent encore quatre chapelles intéressantes: la Chapelle de San Cayetano près du pont du même nom, la Chapelle de la Vierge del Camino, celle de San Miguel et celle de la Virgen de Valmayor, la plus éloignée du centre ville, mais la plus populaire car tous les 15 aout les habitants de Potes s’y rendent en procession, transportant la statue de la vierge.

Tous les lundis a lieu le marché tout autour du parc Jesus de Monasterio. Vous pouvez y acheter les typiques produits locaux du Liebana et des provinces voisines: fromages, eau de vie, chorizo et miel.

Quand Santo Toribio (16 avril) tombe un dimanche on célèbre l’Année du Jubilé de Liebana au Monastère de Santo Toribio (à Camaleño, à 5 Kms de Potes). C’est là que vécut dans le monastère de San Martin de Turenio, le moine  auteur du fameux  Beato de Liebana (776) manuscrit illustré des Commentaires de l’Apocalypse de Saint Jean.

On vénère dans ce monastère le Lignum Crucis, le fragment le plus grand qui ait été conservé de la Croix du Christ. C’est le protagoniste d’une fête très en vogue dans le Liebana: l’«Exaltation de la Croix» qui a lieu depuis la nuit des temps  sur les terres autour du monastère. Ces fêtes sont accompagnées à Potes par des concours d’omelettes espagnoles, descente de la rivière Diviesa, feux d’artifices, bals populaires…

Lors d’une fin de semaine de novembre a lieu la fête de «l’eau de vie», boisson alcoolique élaborée à base de moût de raisin : Sur la grande place, on allume les alambiques de cuivre et on offre des dégustations à quiconque assiste à la fête. De plus on concède la distinction de «Grand Orujero» à une personnalité choisie.

D’autres évènements traditionnels se célèbrent à Potes: les foires de bétail qui sont documentées depuis le XIVe siècle. De nos jours, ont lieu sur le champ de foire de la Serna, six foires de bétail annuelles, chacune d’une journée entière.

Vous devez voir...

Dónde dormir en Potes
Ermita de San Miguel
Casas típicas de la localidad

Informations pratiques

Coordonnées

43° 9′ 13″ N, 4° 37′ 24″ W

Distances

Santander 107 km, Madrid 420 km

Lieux proches

Comentarios Facebook

About the author

Simple Share Buttons
Simple Share Buttons

Utilizamos cookies de terceros para mejorar la usabilidad para dispositivo de usuario. Si usted continua navegando, consideramos que acepta su uso. Puede cambiar la configuración y obtener más información

Los ajustes de cookies de esta web están configurados para "permitir cookies" y así ofrecerte la mejor experiencia de navegación posible. Si sigues utilizando esta web sin cambiar tus ajustes de cookies o haces clic en "Aceptar" estarás dando tu consentimiento a esto.

Cerrar