L´île de El Hierro

L´île du méridien zéro

Cette île entourée d’un spectaculaire jardin sous marin et avec une nature terrestre non moins riche et intéressant. Cet endroit lointain de l’Atlantique était connue pendant des siècles dans tout le monde comme le point où passait le méridien zéro.

Planifiez votre escapade à El Hierro

El Hierro est généralement accessible par avion depuis l’aéroport de Tenerife Nord. Aussi par le port de La Estaca, où les ferries arrivent de Tenerife (Port de los Cristianos) et de San Sebastián de La Gomera. Cette petite île, déclarée réserve de la biosphère, est un véritable paradis pour les amoureux de la nature. Ses terres volcaniques et ses forêts exubérantes se prêtent à la randonnée et à l’observation des paysages, de la flore et de la faune. Il est essentiel de visiter le Parc Rural de Frontera et le Monument Naturel de Las Playas. Les particularités de son littoral de lave volcanique, ses fonds marins et la transparence de ses eaux feront que le voyageur se sente piégé par ses possibilités pour la plongée, ainsi que par d’autres possibilités de tourisme actif. Les attractifs architecturaux disséminées dans toute l’île sont détaillées dans notre section ci-dessous, Que voir à El Hierro. La visite de ce bel endroit nécessite d´un minimum de trois jours d’escapade. El Hierro a plusieurs établissements et hôtels que vous trouverez sur nos pages pour Dormir et Manger à El Hierro.

Voulez-vous connaître ce site?

Au deuxième siècle, l’astronome et géographe grec Claudius Ptolémée a dessiné une carte du monde connu. Sur cette carte, les îles Canaries étaient placées à une extrémité, en supposant qu’au delà il y avait un précipice qui engloutissait les navires (car la terre n’était pas censée être ronde). Comme El Hierro est la plus occidentale de ces îles, le méridien originel y fut placé.

Jusqu’au XVe siècle, El Hierro était gouverné par les Bimbaches, un peuple d’ethnie apparentée aux Berbères, qui vivaient dans des grottes comme une civilisation néolithique. Ils appelaient leur île Eseró ou Heró.

Avant 1405, Bethencourt et ses compagnons firent une expédition et capturèrent l’indigène Augeron, frère du roi de l’île. Celui-ci apprit à la base de Rubicón (près de l’actuel Yaiza, à l’île de Lanzarote) la langue française de ses ravisseurs. En 1405, Bethencourt revint accompagné d’Augeron, qui réussit à convaincre ses compatriotes de ne pas résister à l’occupation, en échange du respect de leurs droits. Bethencourt, rompant ses promesses, en captura un grand nombre et les vendit comme esclaves dans la péninsule, repeuplant l’île de Français et de Castillans. Celle-ci devint une seigneurie juridictionnelle des Comtes de La Gomera, mariage composé par Hernán Peraza et Inés de las Casas, fille de Guillén de las Casas, qui avait acheté au comte de Niebla ses droits sur les îles. La géstion était depuis lors en charge d’un administrateur de comté et d’un «cabildo» (conseil) nommé par le comte.

Le 16 septembre 1492, la flotte de Christophe Colomb arriva sur l’île pour recueillir de l’eau et attendre que des vents favorables parviennent en Amérique. Une pratique que beaucoup d’autres navigateurs répéteront les siècles suivants

Un demi-siècle plus tard, un navire en voyage vers l’Amérique, en raison du calme persistant des vents, manqua de vivres et le 6 janvier 1546 parvint à s’approcher de la côte d’El Hierro où des bergers leur apportèrent de la nourriture et leur indiquèrent où trouver de l´eau. En reconnaissance, leur capitaine leur a donna la chose la plus précieuse qu’ils avaient sur le navire, une image de la Vierge Marie. A ce moment, une brise favorable commença à souffler et elle les aida à commencer leur voyage. Les bergers nommèrent la sculpture “Virgen de los Reyes” (Vierge des Rois) le jour qu´ils la reçurent; ils l’ont déposé dans la grotte du Caracol et plus tard ils construirent un ermitage et après un sanctuaire. Chaque 25 avril il y a une fête des bergers.

En 1553, le premier conseil municipal de l’île est formé à Valverde. En 1585, Francis Drake attaque El Hierro sans succès.

Entre 1702 et 1704, à la Costa de Sabinosa des roches basaltiques furent forées pour extraire l’eau saumâtre afin de donner de l’eau aux bovins, mais ils réaliserent que l’eau était médicinale, en même temps ils l’ont donc mis en bouteilles et ils ont commencé à l’exporter. Ils y ont construit un balnéaire pour soigner les voyageurs qui venaient loire cet eau et prendre des bains chauds.

En 1762, les Anglais George Cumberland et Berkeley parvenirent à débarquer dans le Port de Naos et à mettre à sac l’île.

En 1884, une conférence internationale fut tenue à Washington afin d’établir un seul méridien pour le monde entier. Historiquement, celui employé avait été celui qui traversait l’île d’El Hierro. Mais à partir de ce moment, il fut déplacé et remplacé par celui signalé par l’observatoire de Greenwich, près de Londres.

Jusqu’au XIXe siècle, les comtes gèrerent l’île. En 1899, l’incendie de l´anciènne Mairie, avec toute sa documentation, fit impossible la bonne connaissance du passé de l’île.

L’itinéraire à travers l´île de El Hierro peut commencer par une visite à la capitale de l’île, Valverde (anciennement Amoco). Son centre-ville est présidé par l’église de Nuestra Señora de la Concepción, reconstruite après 1769 et avec une horloge unique à son clocher. Nous vous signalons l’autel principal de style néoclassique, avec les images de la Inmaculada, le Cristo et le Señor de los Grillos.

A proximité se trouvent les nouvelles Casas Consistoriales (1910) et la Casa del Conde, avec un patio exceptionnel. Dans la Casa de Las Quinteras il y a exposés des éléments ethnographiques et le riche artisanat du fer, du bois, de l’argile et des textiles. Il y a aussi un petit Musée Archéologique.

Aux environs de Valverde, il est conseillé d’aller à El Mocanal, avec ses célèbres piscines naturelles. La petite localité de Pozo de las Calcosas conserve des maisons curieuses à toit élevé (de paille de seigle). Aussi, à la périphérie de San Andrés, il y a le Mirador de Jinama, sur la vallée du Golfe. L’étang naturel de Charco Manso est également recommandé, à Echedo, une localité connue pour ses mûres savoureuses. Alors que dans la localité productrisse de fromages d’Isora il y a la source ancestrale d’Azoya.

Au Risco de Tibajate il y a le Mirador de la Peña, à plus de 700 mètres au dessus du niveau de la mer et avec vue sur El Golfo. Là-bas il y a la simple Ermitage de la Virgen de la Peña.

L’événement festif principal à voir à El Hierro, La Bajada et l’Estancia de la Virgen de los Reyes, a lieu seulement tous les quatre ans, pendant l’été, et il y a un monument moderne, le Homenaje a la Bajada (l’Hommage à la Descente).

Et à San Andrés (Valverde), nous pouvons visiter le Centre d’Interprétation dédié à l’arbre sacré de l’île, appelé El Garoé. Son histoire légendaire est liée à l’approvisionnement en eau toujours problématique dans l´île, de sorte que, dans ses environs, vous pouvez toujours voir un système d´«albercas» (piscines). A proximité, ça vaut la peine de grimper jusqu’au Mirador de la Hoya de Fireba, la chaudière d’un imposant volcan.

Enfin, dans cette commune de la capitale il y a un ancien port de pêche, El Tamaduste.

Dónde dormir en Isla de Hierro
Santuario de Nuestra Señora de Los Reyes

La Frontera est l’autre village important de l’île. Son église de Nuestra Señora de la Candelaria a la singularité que son clocher soit séparé, derrière le temple, dans la petite colline de Joapira. Mais la principale attractif de cette partie de l’île est le Sanctuaire de Nuestra Señora de Los Reyes, patronne d’El Hierro pour avoir réussi à faire pleuvoir pendant l’année angoissante de 1614. Le temple, de silhouette blanche et immaculée, est niché dans un entourage boisé soigné.

Et dans la magnifique Vallée du Golfe, le Parc Culturel de l’Ecomusée de Guinea est intérêssant, son sujet est sur l’évolution de l’habitat depuis l’arrivée des conquérants castillans; Il présente des vestiges matériels de l’occupation indigène primitive et des nouveaux types de logements depuis le XVe siècle jusqu´au siècle dernier. Dans le même musée il y a le Centre de Récupération du Lézard Géant de El Hierro.

Depuis le Mirador de Bascos, vous pouvez voir le volcan Tanganasoga, une plate-forme idéale de lancement pour les amateurs de parapente. Et à Las Puntas, vous pouvez marcher sur la petite jetée sur le chemin des imposants Roques de Salmor, d’une telle singularité qu’ils ont été déclarés Réserve Intégrale. Dans cette même zone de La Dehesa, vous pouvez visiter la soi-disante Cruz de los Reyes (Croix des Rois, à 1400 mètres d’altitude), associée à la fête mentionné plus haut, car il y a lieu une «romería» (un pèlerinage) animée. Dans ses environs il y a un intéressant Sabinar.

Il est également possible de visiter la Cueva del Caracol, où la Virgen de los Reyes fut gardée pendant un certain temps.

Au village de El Pinar il y a le Monument Naturel de Las Playas (à plus de 1.000 mètres), El Julán, avec des falaises spectaculaires, et Tanajara.

Son enclave de La Restinga abrite le Musée de las Restingolitas, où son montrés les matériaux qui ont émergé de ce volcan sous-marin entre 2011 et 2012. Les gravures aborigènes, un ensemble de lignes géométriques, directement réalisées sur les parois rocheuses de El Lajial sont d’un grand intérêt.

Il est aussi essentiel d’aller au Monument du Méridien Zéro, un point fondamental de la géographie du monde depuis l’antiquité. Associé à celui-ci se trouve le spectaculaire Phare d’Orchilla, élevé entièrement avec des pierres d’Arucas entre 1924 et 1930. À côté il y a le tube volcanique connu comme Cueva del Faro. Enfin, à El Pinar il y a aussi la Réserve Marine de Mar de las Calmas.

Parmi les plages dans les environs de la capitale de l’île, nous citons El Verodal, Charco Azul et Arenas Blancas dans la municipalité de La Frontera; et celles de Puerto de La Estaca, El Charco Manso et de Las Playas. Dans cette dernière les eaux sont dominées par la silhouette volcanique de l´emblématique Roque de la Bonanza. Le paysage imposant coupé sur les falaises verticales est particulièrement impressionnant depuis le Mirador de Isora.

Essentiels

Iglesia de Nuestra Señora de la Concepción, Valverde

Informations pratiques

Coordonnées

27º44’N, 18º03”W

27º48’35”N, 17º54’55”W (Valverde)

Distances

Aéroport de El Hierro à 9 km

Stationnement

Il est plus pratique de laisser le véhicule à proximité des voies d’accès du centre urbain de Valverde

Altitude

571 m

Habitants

10 960 (2012)

5048 (2012) Valverde

San Antonio Abad (El Pinar, 17 janvier), Carnaval (Valverde et Frontera) Fête de Los Pastores (La Dehesa, 25 avril), La Cruz (El Pinar, 3 mai), San Isidro (Valverde, 15 mai) ), La Apañada (San Andrés, premier dimanche de juin), San Juan (Las Puntas et La Restinga, 24 juin), Bajada de la Vierge de los Reyes (premier samedi de juillet, tous les quatre ans), El Carmen (La Restinga, 16 juillet), Notre Dame de Fatima (Isora, 19 juillet), La Candelaria (La Frontera, 15 août), San Mariano (Las Playas, deuxième dimanche d’août), La Paz (El Pinar, 12 de Septembre), Los Reyes (La Dehesa, 24 septembre), San Simón (Sabinosa, 28 octobre)

Fête de Los Faroles (promenade nocturne, nuit avant Les Rois Mages)

Laine (couvertures pour les lits), Talegas, Vannerie, Bois (barils, chacaras-castagnettes, bols et ustensiles de cuisine), Céramique, Broderie, Forgé

Otros destinos próximos

Comentarios Facebook

About the author

Simple Share Buttons
Simple Share Buttons

Utilizamos cookies de terceros para mejorar la usabilidad para dispositivo de usuario. Si usted continua navegando, consideramos que acepta su uso. Puede cambiar la configuración y obtener más información

Los ajustes de cookies de esta web están configurados para "permitir cookies" y así ofrecerte la mejor experiencia de navegación posible. Si sigues utilizando esta web sin cambiar tus ajustes de cookies o haces clic en "Aceptar" estarás dando tu consentimiento a esto.

Cerrar