Teror – Gran Canaria

Demeure de la Virgen del Pino

Cette localité mariale de Gran Canaria est une destination pour les pèlerins qui viennent prier sa Virgen del Pino. Son histoire a tourné autour de ses champs de cultures et de la lutte pour l’eau pour les arroser. Cet endroit est un excellent point de départ pour des excursions dans le Parc Naturel de Doramas.

Planifiez votre escapade à Teror

C’est une municipalité qui conserve de magnifiques exemples de l’architecture traditionnelle canarienne. Le plus significatif de Teror est la basilique de Nuestra Señora del Pino et le palais épiscopal; les reste est détaillé ci-dessous dans la section Que voir à Teror. La visite de cette ville peut prendre une matinée et si vous voulez prolonger l’escapade il y a plusieurs options; Il est possible de se diriger vers le sud sur des routes complexes et magnifiques pour visiter Santa Brígida ou Tejeda. Pour ceux qui veulent plus de divertissement, vous pouvez choisir d’aller au nord-est pour voir la capitale, Las Palmas de Gran Canaria. Pour les amateurs de plein air, nous vous recommandons de visiter le fabuleux Parc Rural de las Doramas. Teror a une infrastructure hôtelière limitée; nous avons sélectionné le meilleur de celle-ci dans nos pages pour Dormir à Teror et Manger à Teror.

Voulez-vous connaitre cet endroit?

En 1481, une image de la Vierge est trouve sur un arbre de pins dans la localité et un premiere ermitage de Santa Maria de Therore fut construite, et qui deviendra plus tard une église et en 1514 elle dépendra de la cathédrale de Las Palmas. Il se rend indépendente au milieu du siècle, devenant une paroisse indépendante. L’image gagne devient fameuse pour devenir Teror une population d´advocation Mariale en 1590. Dix ans plus tard, la basilique de Nuestra Señora del Pino est construite, et à partir de 1607 a lieu la descente de l’image à Las Palmas.

L’implantation après la conquête système administratif concejil permet aux résidents d’élire leur maire; Cela a duré jusqu’à 1629 lorsque ce poste devient nommé par le corregidor (maire) de l’île, un résident de Las Palmas.

Au cours des XVIIe et XVIIIe siècles des affrontements se sont produits entre voisins et de ceux-ci avec ceux des populations voisines, en raison de la distribution de l’eau pour irriguer leurs champs. Au XVIIIe siècle fut introduite la culture de pommes de terre et le millet et plus tard, les légumineuses, les légumes et fruits divers. Avec l’immigration de familles riches se produit une revigorisation de l’économie locale. La prospérité a permis en 1767de construire un nouveau temple pour l’image de la Vierge del Pino.

En 1808, en raison du mauvais état du temple, il fut question de le démolir entierement, un soulèvement populaire s´est produit pour l´empêcher; on y mettra fin avec à la réforme du temple deux ans plus tard.

À partir de 1877, l’archevêque Urquinaona a promu des pèlerinages massifs au sanctuaire de la Virgen del Pino, en faissant de plus en plus populaire l’image à travers toute l’île. En 1888 le couvent du Cister est inauguré et en 1925 le couvent des Dominicains.

Une première visite de Teror nous conduit nécessairement à visiter la monumentale Basilique de Nuestra Señora del Pino  (XVIIIe siècle), dont l’origine remonte à un modeste ermitage construit au début du XVIe siècle. Son extérieur surprend par le bel effet chromatique obtenu grâce à l’utilisation de bleus et de jaunes, comme ceux de la tour-clocher d’esthétique gothique. Cependant, l’air classique du front de la basilique prédomine. A l’intérieur on peut apprécier le spectaculaire dôme et l’ensemble des retables du XVIIIème siècle, notamment celui de la chapelle principale, où se trouve le vestiaire du saint titulaire. L’autel dédié au Sacré-Cœur est également intéressant. En outre de la Virgen del Pino (XVIe siècle), il y a les images de San Matías (XVIIIe siècle) et plusieurs commandées par Luján Pérez sont à signaler, comme le bouleversant Le Crucifié et du Christ de la Colonne. Dans son trésor abondent les objets liturgiques sculptés dans l’argent et le bois, comme le choeur ou le même trône de la Vierge, du XVIIIe siècle. La fonte baptismale rouge du XVIe siècle est frappante. L’église possède également un magnifique ensemble de vitraux modernes.

À côté du sanctuaire se trouve le Palais Épiscopal (XVIIIe siècle), un don des voisins aux évêques qui ont fait la promotion des travaux de la dernière basilique. Dans son exécution les mêmes matériaux furent utilisés pour être érigé que avec ceux pour le temple. L’ensemble, de grande beauté et de style classique, fut agrandi à la fin du XIXe siècle. Il y a actuellement jusqu’à trois patios, dont l’un il y a la Cruz del Siglo, utilisé dans les grandes solennités religieuses locales.

Nous vous recommandons d’aller à la vieille et commerçante rue Real de la Plaza, avec plein de maisons intéressantes, comme celle des Henríquez (XVIIe siècle). La Casa Consistorial est située sur la Plaza del Pino.

Casa Consistorial

Une première visite de Teror nous conduit nécessairement à visiter la monumentale Basilique de Nuestra Señora del Pino  (XVIIIe siècle), dont l’origine remonte à un modeste ermitage construit au début du XVIe siècle. Son extérieur surprend par le bel effet chromatique obtenu grâce à l’utilisation de bleus et de jaunes, comme ceux de la tour-clocher d’esthétique gothique. Cependant, l’air classique du front de la basilique prédomine. A l’intérieur on peut apprécier le spectaculaire dôme et l’ensemble des retables du XVIIIème siècle, notamment celui de la chapelle principale, où se trouve le vestiaire du saint titulaire. L’autel dédié au Sacré-Cœur est également intéressant. En outre de la Virgen del Pino (XVIe siècle), il y a les images de San Matías (XVIIIe siècle) et plusieurs commandées par Luján Pérez sont à signaler, comme le bouleversant Le Crucifié et du Christ de la Colonne. Dans son trésor abondent les objets liturgiques sculptés dans l’argent et le bois, comme le choeur ou le même trône de la Vierge, du XVIIIe siècle. La fonte baptismale rouge du XVIe siècle est frappante. L’église possède également un magnifique ensemble de vitraux modernes.

À côté du sanctuaire se trouve le Palais Épiscopal (XVIIIe siècle), un don des voisins aux évêques qui ont fait la promotion des travaux de la dernière basilique. Dans son exécution les mêmes matériaux furent utilisés pour être érigé que avec ceux pour le temple. L’ensemble, de grande beauté et de style classique, fut agrandi à la fin du XIXe siècle. Il y a actuellement jusqu’à trois patios, dont l’un il y a la Cruz del Siglo, utilisé dans les grandes solennités religieuses locales.

Nous vous recommandons d’aller à la vieille et commerçante rue Real de la Plaza, avec plein de maisons intéressantes, comme celle des Henríquez (XVIIe siècle). La Casa Consistorial est située sur la Plaza del Pino.

Une autre construction religieuse remarquable de Teror est le Couvent Cistercien (de la fin du XIXe siècle), situé dans le soi-disant Cercado de los Castaños; les friandises faites par ses moines sont célèbres. Le Couvent des Dominicains (1925) est une masse de style historiciste dont le point de vue sur le jardin, ouvert dans le cloître, permet de contempler toute la vallée.

À Arbejales se trouve l’Église du Sagrado Corazón de Jesús (1918), d’élévation impressionnante. L’Église de Nuestra Señora de las Nieves a un beau front flanqué de deux tours carrées.

Sur la place de Nuestra Señora del Pino, il faut voir à Teror la maison de la Diputación (1880). A proximité se trouvent les résidences de Los Patronos (XVIIe-XVIIIe siècles), un ancien musée qui gardait les trésors du Sanctuaire, et de Los Quintana (XVIIe siècle), où était entreposée la dîme payée par les agriculteurs pour maintenir leurs clercs.

La maison des Manrique de Lara (XVIIIe siècle) est une visite indispensable, située dans la Calle Herrería et strictement contemporaine du actuel sanctuaire. Aussi il faut visiter la Finca Osorio, dans les domaines du Parc Rural Doramas, qui contient des châtaigniers, laurisilva et araucaria.

Chaque dimanche, le soi-disant Rincón del Artesano (coin de l´artisan) est installé sur la Plaza de Sintes, un marché où exposents des artisans spécialisés dans la vannerie, la broderie et le bois.

Retour à la capitale provinciale, vous pouvez voir le Puente del Molino. En outre, vous ne pouvez pas manquer de gôuter l’eau de source de Fuente Agria, située à un kilomètre de Teror.

Dans les environs il y a la Caldera del Pino Santo, un bel endroit d’un cône volcanique. Un bon point pour observer le contour de l’endroit est le point de vue de Vuelta de los Pájaros. Les vues depuis El Faro sont également intéressantes.

Vous devez voir

Dónde dormir en Teror
Vista de la Basílica de Nuestra Señora del Pino
Dónde dormir en Teror
Calle Real

Informations pratiques

Coordonnées

28° 3′ 32.4″ N, 15° 32′ 51.23″ W

Distances

Las Palmas de Gran Canaria à 20 km, l’aéroport de Gran Canaria à 22 km

Stationnement

Il est plus pratique de laisser le véhicule à proximité des voies d’accès à la zone urbaine.

Altitude

543 m

Habitants

12 761 (2013)

Carnaval, San José et la Santa Cruz (premier dimanche de mai), Semaine Sainte, Sagrado Corazón de Jesús (juin), Festival de l’Eau (dernier dimanche de juillet), Fête patronale et insulaire de Gran Canaria de la Virgen del Pino (8 Septembre), Fête del Dulce Nombre de María (deuxième dimanche de septembre)

Brûlage de Judas (Semaine Sainte), spectacle pyrotechnique El Barco et El Castillo (veille de la Cruz, mai), Foire artisanale Villa de Teror (juillet)

Pirotecnia, Bordado, Alfarería, Cestería, Calado, Macramé, Tela, Madera, Cuchillo canario, Latonería

Autres destinations à proximité

About the author

España Fascinante usa cookies para asegurarte una experiencia maravillosa. Si usted continua navegando, consideramos que acepta su uso. Puede cambiar la configuración y obtener más información

Los ajustes de cookies de esta web están configurados para "permitir cookies" y así ofrecerte la mejor experiencia de navegación posible. Si sigues utilizando esta web sin cambiar tus ajustes de cookies o haces clic en "Aceptar" estarás dando tu consentimiento a esto.

Cerrar