Navia

Entre fortifications celtes et palais

Visiter Navia, c´est connaitre la patrie de don Ramon de Campoamor est une petite ville propre et tranquille. Son développement mercantile, industriel et touristique l’on transformée en centre important.

Planifiez votre escapade pour visiter Navia

Le site de l’embouchure de la rivière Navia est un parage de grande beauté intégré dans le Parc Historique de la Navia. Le lieu est riche en palais d’«indianos» (villageois ayant émigré en Amérique et y ayant fait fortune) et en villages du Conseil totalement intégrés dans leur environnement naturel. Cependant pour visiter Navia, il est possible d’en parcourir tous les coins et recoins en une journée complète y compris le «Castro» primitif de Coaña, à 6 Kms de Navia (castro: fortifications des villages pré romains) qui est magnifiquement conservé. Comme destinations additionnelles de l’escapade à Navia, vous pouvez vous diriger vers les villages de Luarca, ou encore de Ribadeo à la limite entre la Galice et les Asturies. Dans notre section Se loger et Manger à Navia vous trouverez les secrets de la gastronomie locale et tout un choix d’hôtels, bars et restaurants à Navia.

Voulez-vous visiter cet endroit?

Navia est le nom donné à tout l’environnement de la rivière homonyme dont le toponyme est d’origine pré romaine. Dès le VIe siècle a.C. les traces de présence humaine (celte) sont importantes. La rivière Navia servit certainement de frontière entre Albiones (tribus Galaiques) et Astures.

À l’époque romaine, il est considéré que Navia formait partie de ce que Ptolomée  appelait la région Flavionavia, patrie des Páesicos. La grande quantité d’or charrié par la rivière, en fit un lieux stable d’installation romaine.

Au Moyen Age, sans que l’on sache quand exactement, les monastères de Santa Marina de Vega, San Salvador de Pîñera et San Martin de Siloyo furent consacrés Aux débuts du XIIe siècle, l’identification du territoire avec l’appellation de Navia s’étend, mais  la première référence  écrite date du Xe siècle.

Vers 1270, le roi Alfonso X donna à Navia «la Lettre Puebla», permettant d’y organiser un marché hebdomadaire, de protéger le village avec des murailles et de s’organiser administrativement comme étape du Chemin de Saint Jacques de Compostelle sur la côte en y ouvrant l’«hospital» del Santisimo et la Magdalena ou encore la lèproserie de San Lazaro.

Vers 1369, le roi Enrique II donna les seigneuries de Navia et Ribadeo à Pierres de Villain, le Basque, contre un service à la couronne. Après plusieurs siècles de changements de juridictions et des seigneurs, au XVIe, don Juan Alfonso de Navia achète les droits juridictionnels et de territoire au comte de Ribadeo. Ce n’est donc qu’à partir de la fin du XVIe que le port de Vega subit un fort développement économique, lié à la pêche à la baleine, ce qui multipliera toutes les perspectives du Conseil.

Au cours de la guerre d’Indépendance, Gaspar Melchor de Jovellanos (du despotisme illustré) s’arrêta dans sa fuite au Port de Vega et y mourra le 28 novembre 1811.

Port d´Ortigueira à Coaña

Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, la muraille médiévale est démontée pour agrandir la ville et la pêche récupère son rôle de premier plan. Ce qui n’empêcha pas le départ de nombreux villageois à la recherche de meilleures conditions de vie, ce qui sera essentiel pour Navia par la suite. L’arrivée de capitaux indianos permet au cours de la première partie du XXe siècle, la construction d’écoles, de chemins, et la croissance de zones résidentielles avec des édifices élégants.

La Navia actuelle est un village à l’air très Dixneuvième qui conserve une grande partie de son patrimoine issu de son histoire singulière. Le Conseil continue plongé dans une grande activité industrielle, sans oublier ni la pêche ni l’agriculture.

La ville est située dans le Parc Historique du Navia, auquel appartiennent en tout neuf communes (Conseils) Navia, inclus. La localité a gagné du terrain peu à peu sur la ria et ses marécages et le centre urbain montre encore des vestiges du tracé médiéval avec d’autres restes hérités des agrandissements du dix-neuvième et les quartiers des dernières décades. C’et un site blanc et paisible sis sur la rive droite d’une ria navigable sur 4 kilomètres.

Navia fut la  ville de naissance du poète Ramon de Campoamor (1817-1901) qui y vécut son enfance jusqu’à son dèpart pour Saint Jacques de Compostelle pour y étudier. L’ambiance paisible et soignée des rues et promenades de la ville est embellie par la présence d’édifices comme les demeures des Marquis de Santa Cruz et la Maison de Coaña, toutes deux du XVIIe. Et aussi l’église  paroissiale néo gothique de Notre Dame de La Barca de la fin du XIXe. Au XXe,  des indianos firent construire plusieurs édifices éclectiques autour des «jardinillos» et le Casino (1922).

Avant de sortir de la capitale de la Commune pour connaître  les richesses  que nous offrent les environs, il est bon d’aller voir les restes de la Muraille médiévale, le peu qui ait  survécu aux agrandissements du XIXe, de parcourir le Paseo maritimo, et suivre le sentier qui part de la capitale et conduit à la petite plage de Navia (360m) et continue tout au long de la côte.

Dans les environs de Navia, vous avez le Palais de Anleo (XIII-XIVe), en forme de L et transformé en plusieurs occasions depuis le XVIe. Selon la tradition, Saint François d’Assise y aurait passé une nuit au cours de son pèlerinage à Saint Jacques de Compostelle, Du Palais de Lienes (XVIe) on remarque surtout sa tour carrée. D’autres édifices aussi sont intéressants : le Palais de Tox,  et celui de Piñera. L’église paroissiale de San Miguel (XVIIe), fut construite à Anleo. Elle conserve un calvaire proto-gothique et un christ d’ivoire Philippins (XIXe).

Après visiter Navia, de l’autre côté de la ria, à 4 kilomètres vers la mer est Ortiguera. Depuis son phare (cap San Agustin) on jouit de magnifiques vues panoramiques. Dans les environs aussi quelques maisons d’indianos peuvent être vues.

Prenant la route nationale vers la Galice on arrive à La Caridad (9Kms) fameuse localité de la Commune de El Franco, pour ses jolies maisons gaies et décorées de verdure et de fleurs. De là vous pouvez descendre vers le célèbre et pittoresque petit port de pêche de Vialvez, un site pratiquement inconnu et éloigné de tout tourisme de masses.

Le célèbre Castro de Coaña (à 6 Kms de Navia, par la route de l’intérieur vers Grandas de Salime) situé dans la commune à la quelle il donne le nom, est un établissement du IVe siècla a.C qui pourrait avoir été habité jusqu’au Ie d.C. C’est l’un des Castros le plus étudié d’Asturies, et l’un des plus grands que l’on connaisse. Il conserve les dessins de plusieurs édifices de pierres, de formes circulaires, des restes de pavés et les ruines d’un système d’évacuation des eaux.

Dans la Commune de Illano le village de San Esteban de los Buitres (déclaré Bien d’Intérêt Culturel) mérite un arrêt. C’est l’un de ces villages asturiens conservé pratiquement intact, avec ses maisons traditionnelles, de pierres de tailles et toits de grosses ardoises. San Esteban doit son nom complet aux oiseaux qui il y a longtemps nichaient dans les rochers du point de vue de Peñamayor. La commune de Boal aussi est singulière, c’est un village élégant situé près du lac de barrage de Doiras et plein de constructions d’indianos.

imagenCL_asturias_navias_Palacio-de-Anleo_cd

Palais d´Anleo

Dans sa commune, il faut voir à Navia le port de Vega.C’est dans la Maison de Trelles Osorio opù mourut Gaspar Melchor de Jovellanos en 1811. Dans l’église de Santa Marina (XVIIIe) sont conservés plusieurs retables du maître majeur de la Cathédrale de Oviedo, Jose Bernardo de la Meana, et un orgue antique et bien conservé. Là aussi vous trouverez le Musée Ethnográfique Juan Pérez Villamil et le Musée des Histoires de la Mer.

La côte de Navia possède plusieurs plages de bonne qualité parmi lesquelles vous avez la Plage de Frejulfe (accès en voitures et camping proche) ou la Plage de Fabal (petite, au sable fin avec de bons postes de pêche et accès en voiture).

Vous devez voir...

Promenade Maritime
Sentier de la côte

Informations pratiques

Coordonnées

43° 32′ 24″ N, 6° 43′ 23″ W

Distances

Oviedo 110 km, Madrid 555 km

Lieux proches

Comentarios Facebook

About the author

Simple Share Buttons
Simple Share Buttons

Utilizamos cookies de terceros para mejorar la usabilidad para dispositivo de usuario. Si usted continua navegando, consideramos que acepta su uso. Puede cambiar la configuración y obtener más información

Los ajustes de cookies de esta web están configurados para "permitir cookies" y así ofrecerte la mejor experiencia de navegación posible. Si sigues utilizando esta web sin cambiar tus ajustes de cookies o haces clic en "Aceptar" estarás dando tu consentimiento a esto.

Cerrar