Castropol

Avancée moderniste sur la Ría

Sur les bords de la rivière Eo, dessus un promontoire privilégié qui en fait une avancée des terres dans la mer, Castropol offre de très beaux édifices, espaces et promenades.

Planifiez votre escapade à Castropol

Bien qu’étant fort joli, Castropol n’a pas tant de choses à voir. En une bonne matinée vous pouvez facilement voir tout le village, vous y promener et jouir des vues magnifiques sur la ría. Son Conseil est bien différent, les plages les petites bourgades occuperont  le reste de la journée. Pour faire des excursions de par les plages et les falaises asturiennes, il suffit de parcourir le grand espace protégé de l’occident asturien. Une autre idée est de traverser la rivière jusqu’la la cité voisine de Ribadeo, et visiter (une fois le permis obtenu)  sa plage des cathédrales. Il n’y a pas de grandes infrastructures touristiques dans cette zone et cependant un bon nombre de visiteurs, il est bon de réserver à l’avance, notre page Dormir et manger à Castropol, vous aidera à résoudre le problème dans des établissements saveur locale.

Voulez-vous connaître ce site?

Les rives de l’estuaire dd l’Eo étaient autrefois peuplées, selon certains auteurs, par un groupe connu sous le nom de egobarros (Lugo galicien du Conventus Lucense, qui  pénétrait dans les terres asturiennes jusqu’à la rivière Navia). Comme son nom l’indique, l’origine du Castropol est un castro (village fortifié en hauteur). C’est de fait, le territoire a la plus forte densité de castros catalogués dans les Asturies, parmi lesquels la Punta del Corno à Villadun (Barres) ou Os Castros, à Piñera. La ville, capitale du conseil, se dresse stratégiquement sur la rive est de l’estuaire.

L’économie traditionnelle pendant l’histoire de Castropol a été basée sur la pêche et le commerce du sel. Depuis 1386, son port  acquit l’autorisation du roi Juan I pour la libre circulation des marchandises.

XIV siècle elle fut  fondée comme Puebla (Pola de Castropol) par l’évêque d’Oviedo, devenant le principal centre commercial des territoires situés entre les rivières Eo et Navia. Vegadeo et Ribadeo seront en compétition à partir de ce moment pour dépasser  Castropol, un conflit qui va colorer les relations entre ces villages jusqu’au 20ème siècle.

Devenu une cité «  villa »au XVIe, son développement économique  fut très important. Cependant, en octobre de 1587 un incendie  réduisit en cendres une grande partie du village.  Pendant les siècles XVII et XVIII la noblesse locale  construisit des palais et des grandes demeures. Dans de nombreux cas, il est possible d’observer comment ces bâtiments nobles sont situés dans des zones privilégiées, auparavant dominées par les commerçants de la région

Pendant la Guerre d’Indépendance, son inaccessibilité  conseilla qu’il soit déclaré « deuxième capital », en y établissant l’Audiencia, l’Intendance et les Finances de la Principauté des Asturies.

Comme dans bien d’autres villages des Asturies, entre 1884 et 1955 des milliers de paysans émigrèrent en Argentine. À leur retour ils construisirent des demeures modernistes, éclectiques et furent les agents de beaux parcs, investissant aussi dans l’industrie des conserves

Castropol est apparu plusieurs fois comme exemple littéraire de village sombre et solitaire, secoué de violents vents glacials et de tempêtes qui rendaient fous ses rares  habitants fantômes. C’est ainsi que le dépeint le récit de Luis Cernuda dans la Costa de Santiniebla (1937).

Actuellement l’économie de la commune repose sur l’agriculture, l’élevage, le tourisme et les chantiers de constructions navales.

La destruction causée par l’incendie de 1587 affecté l’architecture médiévale de l’environnement urbain, où  dominent les murs blancs et  les toits en ardoise grise . Cet endroit pittoresque, situé au sommet de la « roche verte », domine une perspective privilégiée vers les quatre vents (l’estuaire, la mer, les montagnes lointaines de l’intérieur et les douces prairies et les forêts de pins proches).

Le plus intéressant sont les trois grands palais,( propriétés privées), de la cité: celui de Valledor, celui des Monténégro ou des marquis de Santa Cruz, et celui des Pardo Donlebún ou des comtes deTrenor, noms qui indiquent la proximité de la Galice. De même  les deux églises, toutes deux du XVIIe siècle: Notre-Dame du Champ et l’église de Santiago Apóstol. Intéressante également  la maison du tuteur du grand écrivain du XIXe siècle, Don Marcelino Menéndez Pelayo,  lequel  bon santanderino aux multiples facettes  passa ici  une grande partie de son enfance.

Le Palacio de Valledor est un édifice avec une cour rectangulaire et deux étages, portant  les armoiries de la famille correspondante et leurs blasons.  Construit au XVIe siècle  il possède une chapelle attenante du XVIIIe siècle. D’autre part, le palais de Santa Cruz del Marcenado (anciennement le palais du Monténégro), est réparti en trois ailes en forme de U, avec dans l’un des angles une vieille tour. Sa chapelle  conserve un intéressant retable baroque dédié à l’Immaculée. Le Palais  des Pardo Donlebún ou Palais des Comtes de Trenor est situé dans la ville soeur de Castropol, Figueras. C’est une construction du seizième siècle, dont la structure originale  était avec deux corps symétriques, mais qui a été remodelée plusieurs fois. Les armes de la famille  sont accrochées à deux tourelles situées sur la porte d’entrée.

La chapelle de Santa María del Campo (1461,comme le certifie par le linteau de son portail) fut réformé au XVIIIe siècle, c’est l’un des rares bâtiments qui ait survécu à l’incendie de 1587. Elle héberge un petit retable baroque du XVIIIe , bien que le relief magnifique (XVe) qui est au centre de sa partie inférieure lui soit étranger. L‘église paroissiale de Santiago Apóstol, datant de la fin du XVIe siècle, a été complétée par une tour au XIXe siècle, avec un toit en ardoise et une aiguille. Le temple conserve un ensemble de retables baroques des XVIIe et XVIIIe siècles.

Le visiteur peut venir au célèbre Hôtel Peñalba, situé à Figueras, à Castropol. Ce bâtiment est connu pour être un bel exemple d’architecture Art Nouveau. Il a un plan rectangulaire avec des tourelles circulaires, de grands points de vue et des terrasses sur trois de ses façades, décorées  de formes végétales. L’intérieur entier se répartit autour d’une cour centrale couverte d’une verrière qui sert de puits de lumière; Il y a un beau jardin avec  un petit échantillon de sculptures modernistes.

D’autres beaux espaces modernistes à voir à Castropol sont le parc Vicente Loriente, Casino – La Casa de Cultura (Maison actuelle de la célèbre Bibliothèque populaire, fondée en 1921) et le Monument à Fernando Villamil, célèbre marine local dont la sculpture est l’œuvre du sculpteur Cipriano Folgueras , le situant devant une énorme colonne avec la boule du monde, l’allégorie de la patrie et un génie ailé.

Le conseil de Castropol a d’excellentes plages: celle de Peñarronda (zone de dunes avec bars, services et camping); l’ Arnao, à l’entrée de l’estuaire et en face de la Galice, où les visiteurs peuvent voyager sur les eaux de la rivière, dans  l’un des divers bateaux d’excursion qui partent des quais de Castropol, avec des grottes naturelles et des sources d’eau douce qui donnent lieu à une flore endémique intéressante; Punta del Horn,  de pierre et d’accès difficile (seulement utilisable à marée basse); et la plus proche, dans la grande crique qui forme l’estuaire, celle de Linera, aux eaux très calmes.

Castropol est un village de traditions. Dans ses chantiers de constructions navales de Pacho,on assemble les pièces de bois des barques de la même façon que le faisaient les constructeurs d’antan. À Figueras, chaque mois d’aout, les marins rendent hommage à leur patronne dans une procession maritime fascinante à travers l’estuaire de l’Eo. Vestiges du passé , quand il devenait tout un fleuve de fleurs alors que les habitants décoraient leurs rues avec de spectaculaires tapis de fleurs, de pétales et de graines pour la fête du Corpus (La Fête-Dieu). La mer et la Ría font de ce lieu un centre de sport pour rameurs. Le Club de la Mer de Castropol organise fin juillet, La Bandera Principe de Asturias de « traineras » et en décembre a lieu la « Régate Internationale Villa de Castropol ». Parfois, c’est à Castropol que se dispute le championnat d’Espagne.

Essentiels

Informations pratiques

Coordonnées

43° 52’ 72’’ N, 7° 03’ 01’’ W

Distances

Oviedo 140 km, Lugo 90 km, Madrid 580 km

Altitude

10 m

Habitants

3677 (2013)

Fête de Corpus Christi (Festival d’Intérêt Touristique Régional, pour lequel les artistes floraux traditionnels de Castropol décorent les rues avec de beaux tapis floraux), Fiestas del Carmen (autour du 16 août)

Concours de Habaneras (mai ou juin). Célébration commémorative du Pont des Saints (depuis 1997, l’année de l’ouverture du pont, il est célébré dans les mois d’été et alternativement dans les Asturies et la Galice, l’inauguration du pont). Régates de Traineras (tout au long de l’année, principalement en été, la régate du Prince des Asturies, en juillet, est la plus emblématique), Feria de la Faba (octobre)

Dans le passé il y avait dans cette ville des ateliers pour la fabrication des bougies de lin pour les bateaux; à Barres et à El Esquilo il y a encore des charpentiers de berges et, à Vilavedelle, un ferreiro (forgeron)

Autres destinations à proximité

Comentarios Facebook

About the author

Simple Share Buttons
Simple Share Buttons

Utilizamos cookies de terceros para mejorar la usabilidad para dispositivo de usuario. Si usted continua navegando, consideramos que acepta su uso. Puede cambiar la configuración y obtener más información

Los ajustes de cookies de esta web están configurados para "permitir cookies" y así ofrecerte la mejor experiencia de navegación posible. Si sigues utilizando esta web sin cambiar tus ajustes de cookies o haces clic en "Aceptar" estarás dando tu consentimiento a esto.

Cerrar