Guadix

Capitale européenne des grottes habitées

Celle qui fut la première cité chrétienne de la Péninsule et capitale du royaume nasride est un ensemble monumental important dont la particularité est de posséder plus de deux milles grottes habitées, la plus grande concentration de toute l’Europe.

Planifiez votre escapade à Guadix

Esta milenaria ciudad posee encantos suficientes como para pasar un día recorriéndola; más vale que no ir allí el fin de semana, pues casi todos los monumentos visitables y la oficina de turismo cierran el sábado por la tarde y el domingo. De su monumental casco histórico cabe destacar la variedad de edificios de estilo mudéjar, su Barrio de las Cuevas (muchas habitadas) y la interesante arquitectura religiosa, buen ejemplo de ello son la preciosa Catedral en la cual se reflejan diferentes estilos arquitectónicos, la Iglesia de Santa Ana o la de San Francisco. Quien quiera hacer la escapada más larga puede hacer turismo activo en los dos cercanos parques nacionales a los que se puede acceder por autovía en pocos minutos: al oeste está la Sierra de Huetor y al sur la imponente Sierra Nevada. También se puede viajar hacia el noreste a conocer Baza e incluso hacer senderismo en la cercana Sierra de Baza. Hacia el sur muy cerca se encuentra La Calahorra mientras que si se opta por ir hacia el este por la A-92, se llega a Granada capital. Finalmente Guadix conserva una gastronomía fuertemente ligada a la tradición andalusí de la cual encontrarás toda la información necesaria en nuestra página Dormir y Comer en Guadix.

Voulez-vous connaître ce site?

Depuis ses débuts, cet endroit a été une  clé pour la communication entre le Levant et la zone Bétique, ce qui explique son peuplement précoce dès le Paléolithique supérieur; S’y sont succédés les Ibères, les Phéniciens, les Carthaginois et les Romains. Julio César l’a transformée en colonie autour de 45 avant JC, en l’appelant Iulia Gemella Acci, lui permettant de frapper monnaie. Acci fut la première ville qui se convertit au christianisme dans l’Hispanie romaine, devenant le siège épiscopal de l’Église catholique dont le responsable fut San Torcuato, le premier des sept Hommes Apostoliques. Sous les wisigoths, elle a continué à être une ville importante et un siège épiscopal

Les Arabes arrivèrent en 713 et l’ont appelé Wadh-Haix (rivière de la vie).

En 1145, le dirigeant local Ben Malham établit un royaume Taifa ( comprenant Baza) qui durera jusqu’en 1156, date d’arrivée des Almohades, aux quels ils se soumirent. En 1232 le leader Mohamed el Rojo  se proclama émir indépendant de Arjona, Guadix, Jaen et Baza, formant en suite le royaume nasride de Grenade de sorte que la ville fut capitale du royaume pour une brève période.

El 15 de enero de 1362 tuvo lugar la Batalla de Guadix, en las que las tropas granadinas derrotaron a los castellanos, capturando al maestre de la Orden de Calatrava y a varios importantes caballeros.

Le 15 janvier 1362 eut lieu la Bataille de Guadix, au cours de laquelle les troupes de Grenade défirent les Castillans, capturant le Maître de l’Ordre de Calatrava et plusieurs chevaliers importants.

Antigua foto de las cuevas típicas de Guadix

Après plusieurs guerres civiles et  la chute de la ville voisine de Baza ce fut le roi nasride lui-même El Zagal qui, en Septembre 1490, remit la ville à  l’armée des Rois Catholiques, dirigée par Rodrigo Gonzalez de Mendoza, archevêque de Toledo. Celui-ci lui restitua son ancienne condition wisigothique d’ Evêché « la plus grande dépendance de la Couronne de Castille, le pouvoir de la Casa del Infantado et la mitre de Tolède réunis. » Au cours de l’année 1490, on  découvrit que la population musulmane préparait une émeute avec le soutien du roi Boabdil de Grenade, ce qui amena son expulsion hors des murs de la ville, commençant alors  à construire le Faux-bourg de la Moreria et à creuser de nouvelles maisons dans l’argile des montagnes, formant ainsi les nombreuses Maisons- grottes qui ont rendu la ville célèbre.

Nous commencerons par visiter la cathédrale Guadix, située sur le site d’une église wisigothe du Xe siècle, siège du diocèse créé par San Torcuato au premier siècle et mosquée par la suite. Et en 1490,  on  restaura l’Évêché avec le nom de Sainte-Marie de l’Incarnation; Le pape Innocent VIII lui  accorda  l’état de cathédrale à travers un bulle. Sa construction a duré jusqu’au dix-huitième siècle, ce qui explique ses composantes gothiques, Renaissance, baroques et néoclassiques. Avec trois façades, la principale est dédiée à l’Annonciation, avec une décoration classique, des colonnes et des reliefs.

Ses deux grands joyaux sont  la Chapelle Principale avec cinq toiles expliquant la vie de la Vierge et le majestueux chœur baroque, situé juste en face. L’ensemble est présidé par un beau relief du Couronnement de la Vierge. Dans le musée de la cathédrale sont exposés des objets et des peintures du XVème au XVIIIème siècle. Nous soulignons les reliquaires où sont conservés la mâchoire et le bras de San Torcuato. Accolée à la cathédrale est la paroisse du Sagrario (1791) avec une belle façade dédiée à l’Eucharistie.

Dans la rue de Santa María del Buen Aire il y a de  très beaux bâtiments, comme le Palais Épiscopal, du 16ème siècle; le Palais des Marquis de Villalegre, de 1592; ou le Palacete de la Divina Infantita, du XVIIIe siècle, aujourd’hui centre éducatif.

Près de la vieille citadelle musulmane, nous trouvons l’église de Santiago, une œuvre gothique-mudéjar de Diego de Siloé. Sa façade de pierres en style plateresque se distingue par une tour sur le côté gauche décorée de céramiques. Dans l’intérieur, vous pouvez admirer ses plafonds à caissons d’une grande beauté

En face se trouve le Palais des Marquis de Peñaflor (16ème siècle) avec un balcon et toute une balustrade en bois qui sert de point de vue. À l’intérieur, ses beaux plafonds à caissons mudéjares se remarquent. On y a installé la Sala Alarconiana, une reconstitution du bureau de travail du romancier Pedro Antonio de Alarcón, auteur du célèbre roman El sombrero de tres picos où sont conservés de nombreux objets du quotidien de l’écrivain.

Fachada principal de la Catedral

Nous commencerons par visiter la cathédrale Guadix, située sur le site d’une église wisigothe du Xe siècle, siège du diocèse créé par San Torcuato au premier siècle et mosquée par la suite. Et en 1490,  on  restaura l’Évêché avec le nom de Sainte-Marie de l’Incarnation; Le pape Innocent VIII lui  accorda  l’état de cathédrale à travers un bulle. Sa construction a duré jusqu’au dix-huitième siècle, ce qui explique ses composantes gothiques, Renaissance, baroques et néoclassiques. Avec trois façades, la principale est dédiée à l’Annonciation, avec une décoration classique, des colonnes et des reliefs.

Ses deux grands joyaux sont  la Chapelle Principale avec cinq toiles expliquant la vie de la Vierge et le majestueux chœur baroque, situé juste en face. L’ensemble est présidé par un beau relief du Couronnement de la Vierge. Dans le musée de la cathédrale sont exposés des objets et des peintures du XVème au XVIIIème siècle. Nous soulignons les reliquaires où sont conservés la mâchoire et le bras de San Torcuato. Accolée à la cathédrale est la paroisse du Sagrario (1791) avec une belle façade dédiée à l’Eucharistie.

Dans la rue de Santa María del Buen Aire il y a de  très beaux bâtiments, comme le Palais Épiscopal, du 16ème siècle; le Palais des Marquis de Villalegre, de 1592; ou le Palacete de la Divina Infantita, du XVIIIe siècle, aujourd’hui centre éducatif.

Près de la vieille citadelle musulmane, nous trouvons l’église de Santiago, une œuvre gothique-mudéjar de Diego de Siloé. Sa façade de pierres en style plateresque se distingue par une tour sur le côté gauche décorée de céramiques. Dans l’intérieur, vous pouvez admirer ses plafonds à caissons d’une grande beauté

En face se trouve le Palais des Marquis de Peñaflor (16ème siècle) avec un balcon et toute une balustrade en bois qui sert de point de vue. À l’intérieur, ses beaux plafonds à caissons mudéjares se remarquent. On y a installé la Sala Alarconiana, une reconstitution du bureau de travail du romancier Pedro Antonio de Alarcón, auteur du célèbre roman El sombrero de tres picos où sont conservés de nombreux objets du quotidien de l’écrivain.

Dans la rue Concepción est situé  le couvent de Concepción, construit au XVIe siècle sur le site du souk arabe. Les abords de ce couvent furent l’endroit choisi par de nombreux nobles castillans pour construire leurs demeures ancestrales et c’est pourquoi il est entouré de vieilles demeures, dont en particulier la maison du magistral Domínguez, organisée autour d’un patio central où l’on remarque les peintures  de la voûte de l’escalier.

Répartis dans toute la ville, nous trouvons un grand nombre d’exemples de bâtiments religieux, tels que l’église de San Torcuato, fondée par les jésuites en 1599; l’église de San Francisco, temple mudéjar appartenant au couvent du même nom; Église de Santa Ana, construite au XVIe siècle en style Renaissance; l’église de la Magdalena, occupée par les mozarabes; l’église de San Miguel, une ancienne mosquée; ou l’église de San Diego, où est conservée une image de la patronne de la ville, la Virgen de las Angustias (faite en 1940 en remplacement de celle détruite pendant la guerre civile).

La Plaza de la Constitución abrite le centre d’interprétation de la ville de Guadix, où plus de 2 000 ans d’histoire sont expliqués.

Le plus singulier de Guadix sont les Maisons Grottes qui sont encore aujourd’hui le lieu de résidence de nombreux Accitanos. Les plus de deux mille logements souterrains ont fait de Guadix la «capitale européenne des grottes», formant ainsi la plus grande attraction touristique de la ville. Dans ce quartier se trouvent également différents points de vue tels que la Magdalena ou le Padre Poveda, d’où vous pourrez profiter d’une vue singulière d’une grande beauté.

La Grotte Musée de la Alcazaba  est situé à l’intérieur d’une ancienne grotte arabe qui, à ses débuts, remplissait des fonctions de logement. Il montre le grand passé des potiers de la ville, facilité par la quantité de terrains argileux qui entourent la cité (La Hoya de Guadix, par exemple) : Il y a plus de 1500 objets en céramique. Soulignant les variantes locales telles que le pichet Accitana et le Torico de Guadix

Le Centre d’Interprétation Cuevas de Guadix est un exemple clair de logement à l’intérieur d’une de ces grottes. Il contient un échantillon large et varié de meubles, ustensiles de ménage, vêtements et traditions caractéristiques de ces grottes.

Essentiels

Catedral
Mirador

Informations pratiques

Coordonnées

37° 17′ 58.39″ N, 3° 8′ 13.65″ W

Distances

Granada 60 km, Sevilla 304 km, Madrid 441 km

Stationnement

Zones activées dans les rues San Miguel, Álvaro de Bazán et à côté du centre sportif municipal

Altitude

949 m

Habitants

20 375 (2011)

Pèlerinage de San Antón (17 janvier); Carnaval, Semaine Sainte, Jour de San Torcuato, patron de la ville (15 mai), Foire (août dernier, début septembre), Fête de Cascamorras (9 septembre), Jour de Notre-Dame des Douleurs, patron de la localité (deuxième dimanche de novembre)

Cycle international de musique classique Guadix (deuxième quinzaine de mai), Katillo Rock (mai, Rock Festival)

La Jarra accitana et le torico sont des pièces typiques de la poterie que l’on peut trouver dans les différents ateliers de poterie, toujours en activité (J. Balboa Pottery), artisans d’alfa, bois, cuir et métal.

Autres destinations à proximité

Comentarios Facebook

About the author

Simple Share Buttons
Simple Share Buttons

Utilizamos cookies de terceros para mejorar la usabilidad para dispositivo de usuario. Si usted continua navegando, consideramos que acepta su uso. Puede cambiar la configuración y obtener más información

Los ajustes de cookies de esta web están configurados para "permitir cookies" y así ofrecerte la mejor experiencia de navegación posible. Si sigues utilizando esta web sin cambiar tus ajustes de cookies o haces clic en "Aceptar" estarás dando tu consentimiento a esto.

Cerrar