Pas d’Honneur de Suero de Quiñones

Don Suero demanda au roi son autorisation pour accomplir une promesse d’amour  faite à sa dame, Doña Leonor de Tovar. Ce vœux consistait à porter tous les jeudis cet anneau métallique jusqu’à avoir accompli les gages de sa libération de cette « prison » Dite libération consistait à rester en vie dans un geste de pas d’honneur – un rituel de combat individuel à cheval- et ensuite effectuer le pèlerinage à Saint Jacques de Compostelle.

Pour célébrer cette  geste d’honneur,  Quiñones demandait au roi l’autorisation de prendre place sur l’un des lieux parmi les plus transités du royaume : le pont de Hospital de Orbigo (León), sur le Chemin de Saint Jacques— et en interdire le passage à tout chevalier voulant le traverser. Comme ces chevaliers voulant traverser seraient en grand nombre il avait pour l’appuyer les neuf autres compagnons chevaliers. Il prétendait réaliser ce haut fait durant tout un mois, , les quinze jours avant et les quinze suivants le 25 juillet,  fête de  la Saint Jacques.

Les dix chevaliers “compromis dans ce pas d’honneur” présentèrent au roi un « chapitre »( les normes régissant cet acte) avec l’obligation de «rompre» un total de trois cents lances ( rompre les lances pendant le combat, désarçonner l’ opposant ou le blesser) entre tous les « chevaliers aventureux » qui se présenteraient. S’agissant d’un lieu très fréquenté et de dates importantes, le roi en discuta avec ses conseillers et finalement donna son autorisation. À la cour de Castille, comme dans toutes les autres cours médiévales, existait la charge de « Roi d’Armes » chargé qui devait enregistrer les hauts faits des chevaliers pour décider des prix ou des châtiments, ainsi que d’élaborer l’héraldique et organiser les tournois, Le roi chargea donc son Roi d’armes de transmettre les chapitres du défit  de Don Suero aux autres cours royales (y compris celle du roi d’Aragon). La nouvelle eut tant de succès qu’elle parvint non seulement aux diverses cours d’Espagne, mais encore à une grande partie de celles d’Europe.

Les semaines précédant l’évènement, des charpentiers contactés par le père de Don Suero de Quiñones se mirent à couper des arbres, tailler des planches pour fabriques des tribunes pour le public et des passerelles pour les combats. On monta aussi 22 tentes de campagne pour héberger les chevaliers, officiers, écrivains, maréchaux ferrants, écuyers, tailleurs, armuriers, palefreniers…pour tous ceux qui pourraient être nécessaires.

Afin d’orienter les chevaliers désireux de tenter l’aventure la famille Quiñones plaça sur le pont San Marcos de la  ville de León la statue d’un héraut montrant le chemin.

Un chevalier allemand et deux valenciens se présentèrent le 10 juillet 1434 pour participer. Tous les trois durent remettre leurs éperons gauches, qui devaient être exhibés sur un panneau jusqu’à la fin des combats. Une certaine tension s’établit entre les trois chevaliers car chacun voulait être le premier à participer, de plus ils voulaient tous trois lutter contre Suero et non pas  contre l’un de ses compagnons (car ile étaient dix en tout) à participer à cette geste du pas d’armes.

Le chapitre huit des règles de la geste du Pas d’Armes stipulait très clairement que les chevaliers aventureux ne devaient pas savoir contre qui ils combattaient et ne devaient pas demander le nom de leur opposant avant la fin du combat. Les juges chargés de surveiller le pas d’honneur étaient des chevaliers chevronnés qui fixaient l’ordre des combats. Il était prévu que eux si, devaient dialoguer avec les soutenants pour savoir qui  luttait  chaque fois.

Les règles des gestes d’honneur étaient  très strictes (pas comme dans nos spectacles sportifs actuels) et étaient appliquées d’une façon draconienne. Durant l’attaque de son seigneur, le page de l’un des chevaliers soutenant s’écria « Sus !, Sus !. Les juges s’en rendirent compte et ordonnèrent d’emprisonner le page et de lui couper la langue. Les chevaliers participants prièrent les juges de ne pas être aussi durs et d’adoucir la sentence, disant que l’émotion du spectacle avait dominé le page. Devant l’insistance des protagonistes de la Geste d’armes, les juges changèrent le châtiment par une bastonnade et un séjour en prison (ce qui priverait le page de la fin du spectacle). Vous pouvez penser que tout le reste du Pas d’honneur se fit dans le plus grand des silences.

La geste d’armes se réalisait selon un cérémonial fort stricte : Toute communication devait se faire par écrit, étant transmise par le roi d’armes et les hérauts qui circulaient entre les chevaliers et les juges. Tout devait être ratifié par le notaire du royaume selon la suite des évènements. Chaque journée commençait par une messe solennelle et s’achevait par un festin au quel participaient tous les chevaliers assistants. Ces normes si rigoureuses n’empêchaient pas des rivalités, ni que les chevaliers  servants essayent d’utiliser à leur profit ces mêmes normes pour tenter d’éviter le combat avec les chevaliers de passage parmi les plus dangereux. D’autre part, ceux-ci, venus de loin dans le but d’accroire leur renommée voulaient tenter par tous les moyens de ridiculiser Suero de Quiñones et ses compagnons.

Un beau matin , les juges aperçurent deux dames dans les abords du pont, ce pourquoi ils mandèrent au roi d’armes et au héraut pour savoir si elles étaient nobles et si les accompagnait un chevalier qui pourrait prendre leur défense.- les règles du chapitre de la geste d’armes, exigeaient que toute dame noble voyageant à moins d’une demie lieue du pont devrait remettre sn gant droit si aucun chevalier ne luttait en leur faveur.- Elles répondirent que nobles, elles l’étaient en effet, mais que le chevalier qui les accompagnait n’était pas en mesures de combattre. Apprenant ceci, l’un des chevaliers aventureux qui attendait son tour pour entrer en lice se proposa pour être leur servant. Ce qui se fit, et chacune put ainsi récupérer son gant.

Les combats de la geste d’honneur se succédèrent jusqu’au 6 aout, quand Suero affronta le chevalier catalan Esberte de Claramente. Dans la neuvième lance, la lance de Suero atteignit son adversaire à l’œil droit qui fut éjecté hors du casque, le chevalier désarçonné mourant peu après, créant le problème de savoir où l’enterrer car l’église interdisant ce genre de spectacles, l’évêque de Astorga  nia au mort une sépulture en terre consacrée. Il fut finalement enterré dans une chapelle non consacrée. Trois jours plus tard le geste d’armes s’achevait, sans que les 300 lances aient été rompues.

Les chevaliers attendant pour combattre étaient encore très nombreux car la convocation avait eu un grand succès, sans compter tous ceux qui arrivèrent une fois passé le temps légal fixé pour s’inscrire. Étant donné que Suero et ses compagnons s’étaient rendus  célèbres, les chevaliers de passage refusaient de partir, mais ils n’obtinrent pas gain de cause car Quiñones et ses compagnons, usèrent de tous les subterfuges possibles pour éviter de nouveaux combats, : l’expérience leur  avait ôté toute envie de lutter contre ceux qui voulaient se faire connaître à leurs frais.

Don Suero réalisa son pèlerinage à Compostelle et en revint libre de sa «  prison ». Il épousa sa bien aimée, ils eurent deux enfants. Le fameux don Suero de Quiñones mourut vingt deux ans plus tard, vilement assassiné par les hommes de Gutierre de Quijado, chevalier avec le quel il était en dispute.

Texto de Ignacio Suarez-Zuloaga e ilustraciones de Ximena Maier

Comentarios Facebook

About the author

Simple Share Buttons
Simple Share Buttons

Utilizamos cookies de terceros para mejorar la usabilidad para dispositivo de usuario. Si usted continua navegando, consideramos que acepta su uso. Puede cambiar la configuración y obtener más información

Los ajustes de cookies de esta web están configurados para "permitir cookies" y así ofrecerte la mejor experiencia de navegación posible. Si sigues utilizando esta web sin cambiar tus ajustes de cookies o haces clic en "Aceptar" estarás dando tu consentimiento a esto.

Cerrar