Chemin de Santiago Aragonais «Légendaire et oublié»

POURQUOI CHOISIR LE CHEMIN DE SANTIAGO ARAGONAIS.

Réunissant authenticité et difficulté, le Chemin de Santiago Aragonais en España-Espagne est aussi le plus complexe et le plus long. Il implique la traversée des Pyrénées par l’ascension à un col entre les plus hauts et les plus légendaires d’Europe; depuis la frontière espagnole de Huesca jusqu’à l’arrivée à Saint Jacques ce sont 858 kilomètres (en ajoutant le long morceau où il s’est incorporé au Chemin Français. C’est celui qui subit le plus de changements d’altitude, de climat et de paysages: les Pyrénées, la rive de la rivière Aragon, les pré-Pyrénées de Navarre…

HISTOIRE: Ce Chemin de Santiago Aragonais de Saint Jacques n’est pas le premier à avoir été utilisé, celui qu’on appelle «le primitif» part d’Oviedo, mais étant celui qui est relié directement avec Rome il est bien possible qu’il ait été l’un des premiers. Il passe en France par la Voie dite Toulousaine ( venant de Toulouse) Certains historiens considèrent que avant l’an 1000, les pèlerins passaient par le col de Palo (1970 m) et le recoin isolé  du Parc naturel des Vallées Occidentales pour descendre ensuite jusqu’à la vallée de «Hecho». Au XIIe siècle dans le livre V de son Codex Calixtinus, le pèlerin Aymeric Picaud expliquait que le Chemin pénétrait dans la péninsule par le col du Somport (Summus Portus, le plus haut, à 1600 m d’altitude), pour arriver au légendaire Hôpital de Santa Cristina (déjà célèbre et très visité en 1078), un fait miraculeux avait converti ce petit Hospital extraordinaire en un lieu de pèlerinage en soi. Aymeric Picaud pour louer cette auberge arrive à la dénommer «l’un des trois piliers fondés par Dieu pour y exercer la charité envers les pauvres». De plus. Les pèlerins venus d’Italie, d’Europe Centrale et les français utilisaient plus facilement le Chemin Aragonais car depuis le XIe siècle jusqu’à la moitié du XVe, le duché d’Aquitaine appartenant à la monarchie anglaise, dominait Saint Jean-pied-de-Port et l’entrée du Chemin Français.

CLIMAT. L’altitude des cimes pyrénéennes implique des températures très froides en hiver -avec de la neige très certainement- étant fraiches et douces le reste de l’année car le trajet borde le versant sud des montagnes qui le protègent ainsi des vents froids venus du nord.

ESPACES NATURELS. Une fois passé le col du Somport, le Chemin de Santiago Aragonais borde par l’ouest le parc déjà cité des Vallées Occidentales. Le reste du trajet traverse un terrain tranquille parcourant l’imposant marécage de Yesa avant d’entrer en Navarre. Dépassé le Monastère de Leyre (N’hésitez pas à le visiter) on peut choisir la déviation par le Chemin officiel et parcourir la merveilleuse Foz de Lumbier, en suivant le chemin balisé par l’ancienne voie de chemin de fer de Irati qui traverse même des tunnels, une expérience que font des dizaines de milliers de pèlerins chaque année.

HISTOIRES ET LÉGENDES. La popularité du Chemin de Santiago Aragonais est liée à une légende de Fondation: Deux pèlerins Arnovio et Sineval prirent la décision téméraire de se lancer sur le Chemin Aragonais en plein hiver et ils montèrent au col du Somport alors qu’il neigeait Arrivés au sommet, ils étaient au bord de la congélation, et une horde de loups les poursuivait, moment où ils trouvèrent une grotte où se réfugier. Transis de froid et de peur ils firent la promesse de construire un refuge pour pèlerins s’ils survivaient jusqu’au jour suivant. Le lendemain, une colombe les réveilla et ils virent le soleil et que les loups avaient disparu. Ils édifièrent donc un Hospital qu’ils vouèrent à la sainte constructrice –Sainte Christine- en sculptant une colombe sur le linteau du portail.

À la fin du Chemin de Santiago Aragonais, lorsqu’il rejoint le Chemin Français, au très célèbre Puente de la Reina, il vous faut lire notre page sur les faits qui y eurent lieu le miracle du Chori.

MONUMENTS EMBLEMÁTIQUES. Au Somport, on peut encore voir les quelques ruines qui restent du légendaire Hospital de Santa Cristina. Il est étonnant qu’un endroit aussi humble arrive à devenir aussi célèbre. Abandonné depuis le XVIIe siècle la sévère climatologie est en train d’éliminer des ruines historiques qui devraient être consolidées avant qu’elles ne disparaissent complètement. La prospérité du Chemin de Santiago Aragonais au XIe siècle attira les donations nécessaires pour construire en Jaca, la première cathédrale romane d’Espagne: un édifice singulier qu’il convient de visiter avec calme. Après cette ville à quelques kilomètres avant Santa Cilia, est la déviation qui mène au Monastère de San Juan de la Peña. Ceux qui vont en bicyclette, voiture ou moto, doivent faire ce petit détour d’une dizaine de kilomètres pour voir le vieil édifice (et  en option le plus moderne à peu de distance). Une fois en Navarre, dans les environs du marécage de Yesa se trouve l’important Monastère de Leyre et un peu plus au sud, le château de Javier, un complexe religieux consacré à ce saint jésuite.

GASTRONOMÍE ET LOGEMENT. Le Chemin de Santiago Aragonais est le trajet le moins populaire, donc celui qui possède le moins d’auberges, mais il dispose tout de même d’hôtels plus que suffisante pour ceux qui le suivent. A la fin de cette page, nous avons préparé une section avec les meilleurs endroits où se loger et les plats traditionnels de chaque lieu. La gastronomie de cette partie des Pyrénées est très savoureuse, et il est possible de très bien se restaurer pour pas trop cher.

AMBIANCE. Le Chemin de Santiago Aragonais est actuellement le grand méconnu des routes vers Compostelle. La difficile ascension du Somport et le lointain point de départ d’un petit village français l’ont placé en queue des autres Chemins. Pour quiconque pense le réaliser en moto ou en voiture, aucun problème; les bons cyclistes eux doivent avoir une préparation physique excellente. C’est pourquoi, seulement au cours des mois d’été, quelques pèlerins intrépides le réalisent.

CONSEILS CLÉS POUR PROFITER AU MAXIMUM DU CHEMIN DE SANTIAGO ARAGONAIS.

Les 169 kilomètres du Chemin Aragonais sont balisés, mais il y a plusieurs branches et plusieurs options. Nous vous précisons les morceaux où il faut y prêter plus d’attention et de temps.

TRAVERSÉE DES PYRÉNÉES. C’est la partie la plus épique et intéressante de la route. Contrairement aux autres sorties des Chemins depuis Saint Jean-pied-de-port et d´Hendaye l’accès par transport public à la face nord du Somport est très compliqué. Pour atteindre le petit Peyrenère il convient d’y aller en taxi (ou en camionnette si vous allez faire le Chemin de Santiago à bicyclette.) Il faut jouir de la grimpée au col et prendre une photo avec les ruines de l’Hôpital de Santa Cristina avant qu’elles ne disparaissent complètement. Il est bon ensuite de se restaurer dans la station de ski de Candanchu. À la descente, il faut visiter l’ensemble de la Gare de Canfranc et son village médiéval.

JACA. Cette ville fut une des plus importantes du Chemin de Santiago, des quartiers entiers étaient occupés par les pèlerins qui en suite y sont restés devenant commerçants pour ceux qui leur succédèrent. Vous pouvez bien lui consacrer une journée entière. Son histoire, la visite de ce qu’il faut voir, vous le trouverez dans la page spéciale que nous avons préparé.

SANTA CILIA. Ce petit village historique est un lieu de repos, surtout si vous avez fait le détour pour visiter San Juan de la Peña.

LEYRE ET JAVIER. Si le Chemin officiel Aragonais suit la rive droite de la rivière Aragon, il existe une branche alternative qui arrive jusqu’à Sangüesa sur l’autre rive. Ce détour se fait à partir de Puente de la Reina de Jaca et traverse des villages comme Berdun avant de pénétrer en Navarre. Après être arrivé au Monastère de Leyre et l’avoir visité il faut choisir aller jusqu’à Sangüesa ou faire le détour par le Château de Javier (où l’on peut passer la nuit car ce sanctuaire possède des auberges pour pèlerins) Depuis Javier, on va à Sangüesa et on reprend le chemin normal qui suit dans la montagne par les petits cols de Aibar et Loiti. Une autre possibilité est d’aller de Javier à Lédena, visiter la ville romane de Liedena et parcourir ensuite la déjà citée Foz de Lumbier. C’est une route moins en pente que celle du col de Loiti. On reprend ensuite le Chemin de Santiago Aragonais. À 10 kilomètres se trouve le village de Monreal. Ici la page avec les monuments de Leyre et Javier.

BERDUN. Ce bastion du royaume d’Aragon près de la frontière avec le royaume de Navarre est situé sur la rive gauche de la rivière Aragon; c´est une branche parallèle du Chemin de Saint-Jacques officiel et une ville de pèlerins depuis les temps anciens. Dans notre page on vous parle de l´histoire et les monuments intéressants de cette localité.

SANGÜESA. Tête historique de la juridiction des aragonais du royaume de Navarre. On peut facilement y passer une demi-journée à la visiter. Bien observer les poutres de bois des ailiers de ses palais. Page de son histoire et ses monuments.

MONREAL. Cette ville stratégique a grandie en raison de l´important trafic commercial qui traversait le pont et de par le passage des pèlerins. Dans notre page spéciale on vous explique son histoire, ses monuments et des options où se loger.

PUENTE LA REINA. Un peu avant son pont, les deux Chemins se joignent, l’Aragonais et le Français. En traversant le pont, rappelez-vous l’histoire dramatique du Txori, et entrez dans l’église paroissiale pour y voir la statue coupable des faits. Ce village mérite au moins une visite de deux heures. Voici notre page.

LIEUX FASCINANTS OÙ SE LOGER ET OÙ SE RESTAURER AU LONG DU CHEMIN DE SANTIAGO ARAGONAIS.

En complément pour chaque lieu, nous préparons une page sur la gastronomie locale et les lieux locaux pour se restaurer. Pour entrer dans cette section, CLIQUEZ ICÍ. Le pèlerin qui préfère dormir dans des endroits particuliers a à sa disposition quelques uns des meilleurs hôtels d’Espagne sur le Chemin Français, Pas seulement des hôtels à prix forts, mais aussi des maisons rurales (agrotourisme en Navarre). Le choix des pages concernant les villages avec logements singuliers est la suivante (dans l’ordre de marche, d’est en ouest).

Gastronomie et logements en Aragon: Candanchú (Somport), Canfranc, Jaca, Santa CiliaBerdun.

Gastronomie et logements en Navarre: Javier, Sangüesa, MonrealPuente la Reina.

Ven a España !!! Venez en Espagne !!!

NB: Certains des liens vous conduiront à des sites en espagnol.

Texte: Ignacio Suárez-Zuloaga Gáldiz
Traduction: Danielle Khoyan Tondu et Juan Daniel Zuloaga Khoyan

Souhaitez-vous réserver du logement au Chemin de Compostelle?

Formulaire à Completer et on vous répondra le plus tôt possible:

Commentaires additionnelles (obligatoire)

J'accepte la politique de confidentialité

Comentarios Facebook

About the author

Simple Share Buttons
Simple Share Buttons

Utilizamos cookies de terceros para mejorar la usabilidad para dispositivo de usuario. Si usted continua navegando, consideramos que acepta su uso. Puede cambiar la configuración y obtener más información

Los ajustes de cookies de esta web están configurados para "permitir cookies" y así ofrecerte la mejor experiencia de navegación posible. Si sigues utilizando esta web sin cambiar tus ajustes de cookies o haces clic en "Aceptar" estarás dando tu consentimiento a esto.

Cerrar